mar. Sep 17th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

On était à Amiens – Strasbourg (et Strasbourg – Amiens) !

5 min read

Double confrontation multi-sports la semaine dernière!

Mardi soir, Strasbourg accueillait Amiens dans un match trépidant de Coupe de la Ligue de hockey. Puis le vendredi suivant, Strasbourg se déplaçait à Amiens, en foot cette fois. Vu qu’on est une multi-nationale implantée un peu partout en France et ailleurs (Pays-Bas, Suisse, Belgique), on s’est dit que c’était l’occasion d’envoyer nos reporters sur place pour un double reportage.

Mardi soir : l’Etoile Noire brille dans la nuit.

Premier match de hockey pour bibi! J’arrive dans la salle sans rien connaitre ou presque de ce sport (j’ai déjà joué à NHL2013 quoi) avec l’intention de mettre autant d’ambiance qu’en virage Nord du stade Vélodrome.

Ca tombe bien, on est venu à plusieurs, on va foutre le sbeul.

C’est parti !

Bon, on rate les 5 premières minutes de jeu (3 x 20 minutes). L’étoile Noire Strasbourgeoise est menée 0-1. On s’installe devant les tambours, on file les pom pom aux filles, les drapeaux aux mâles, et on commence à hurler, chanter, crier.

BIM. 1-1. BIM 2-1. On sent clairement l’apport du public.

Tiers-temps : 2-1 pour Strasbourg. Pendant la pause, on va se recharger à la buvette.

C’est reparti.

BOUH 2-2. AH BIM 3-2. Tiers-temps. Pression.

Ca reprend. Amiens revient avec les crocs sur la glace. D’entrée ils mettent une grosse pression. 3-3. Puis 3-4. Et là, contrairement aux moutons de Panurge du Vélodrome commandés par un capo débile (#Punchline),on ne siffle pas nos joueurs; on encourage, on donne de la voix, on montre la voie. 50e minute : 4-4. 58e minute : 5-4! C’est la folie. On tente de lancer la ola, mais ces gens ne sont pas réceptifs. Le gardien multiplie les exploits. Les tribunes scandent son prénom (Dimitri, si tu veux savoir). Ca tient, on a gagné, c’est la folie. Les joueurs viennent nous voir à la fin du match. Ils ont kiffé. Nous aussi. Je reviendrais. Peut-être.

PUMPELUP

Bon, finies les bêtises, place au foot

Vendredi soir, 20 heures, température fraîche et temps venteux. L’occasion pour nous d’assister à un match de National Vrai comme on l’aime sur TLMSF ! Pour moi qui suis expatrié à Amiens, c’est l’occasion d’aller découvrir le stade de la Licorne à l’occasion de la belle affiche entre le SC Amiens et le RC Strasbourg soit la 22ème ville française en nombre d’habitants contre la 7ème.

On s’approche de la fameuse Licorne

5669 spectateurs se sont déplacés, ce qui me déçoit un peu. Mais d’après les camarades cambodgiens qui m’ont accompagné, le SC Amiens, cette année, c’est un peu le Stade Rennais de Frédo le corse. Je comprends donc mieux que le stade ne soit qu’à moitié plein.

De plus, les 2 équipes galèrent cette année : Strasbourg est 14ème et Amiens est 17ème devançant d’un petit point le Poiré-sur-Vie d’Evan Chevalier. (Pour avoir un résumé du National week-end par week-end, n’oubliez pas de consulter la rubrique National Vrai de Julien)

Direction la tribune Est

Côté ambiance, heureusement que les ultras strasbourgeois étaient présents pour chanter du début à la fin, cela a permis d’avoir une ambiance vivante. Je n’ai pas entendu le kop amiénois (chantaient-ils?) et pour le reste, des locaux en tribune Nord chantaient par parcimonie.

C’est dans ce contexte que l’arbitre pouvait lancer le coup de sifflet de début du match. Amiens se montrait porté vers l’offensive mais sans réellement bousculer les strasbourgeois qui n’avaient pas trop de mal à anticiper le jeu des picards qui consiste à balancer vers les 2 attaquants. Strasbourg essayait quant à lui de poser le jeu en jouant à terre et se créait quelques situations. Cependant, les 2 seules occasions ont été à mettre à l’actif d’ Amiens grâce au meilleur joueur du match Koubemba auteur d’un tir détourné par le gardien (30′) et d’un tir sur le poteau après une jolie série de dribbles.

Mi-temps. Il est l’heure pour nous de se rendre à la buvette. Avec satisfaction, on paya 2€ la pression ce qui reste convenable et on est même arrivé à temps pour voir la mascotte (une licorne bien sûr !) parader au milieu du challenge des petits.

Plus d’une centaine de supporters strasbourgeois ont chanté pour encourager leur équipe
Le Kop amiénois, plus petit que le Kop strasbourgeois …

Alors que mes voisins n’avaient pas fini de grogner sur le niveau de jeu amiénois de la soirée et que je n’avais pas fini de boire la bière supplémentaire que je venais de commander, Marega n’était pas loin de faire respirer les blancs et noirs mais son tir passa juste à côté (47′).

Beaucoup de longs ballons vers l’avant plus tard, l’attaquant Tehoué est remplaçé par Sanches («Comment il s’assoit?» ose tenter un spectateur proche de moi) qui sort immédiatement sur civière après un tacle appuyé de Grimm (qui n’a à priori rien à voir avec les contes). Le remplaçant du remplaçant, soit Jordan Pierre-Charles, entre en jeu et prend dans la foulée un carton jaune.

Les Amiénois, qui n’arrivent pas à être décisifs malgré leur domination, se font surprendre par un beau tir en pleine lucarne de Sichi (83′). On se dit que la saison est décidemment catastrophique pour une équipe qui faisait de la montée en Ligue2 une priorité absolue. C’est alors que surgit Koubemba pour égaliser lui aussi d’une frappe en pleine lucarne après une action construite -ce qui est assez rare pour être signalé- (86′). Le stade se met alors à donner de la voix et à espérer mais il ne se passera plus rien, Amiens concède son troisième match nul et reste en position de relégable 4 points derrière Strasbourg qui a pour objectif le maintien en National après 2 montées consécutives.

8 thoughts on “On était à Amiens – Strasbourg (et Strasbourg – Amiens) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.