jeu. Nov 26th, 2020

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

On était à Maribor-Séville ! (Devant la TV)

6 min read

Dernier club de nos Balkans en lice en coupe d’Europe, Maribor recevait le FC Séville, 8e du championnat espagnol mais qui n’a plus connu la victoire depuis le 5 janvier. Maribor, de son côté, se retrouvait en 16e de finale pour la première fois de son histoire et n’avait pas joué de matchs officiels depuis le 7 décembre. Voici pour les forces en présence, maintenant place à la compo :

 1

L’équipe est tout à fait classique hormis la titularisation surprise d’Armin Dervišević à la place de Goran Cvijanović qui est habituellement titulaire. Dejan Mezga remplace quant à lui Aleš Mertelj, suspendu pour ce match. Tout le monde à Maribor attendait ce match de gala depuis 2 bons mois et le stade est à guichets fermés depuis bien longtemps.

source : www.rtvslo.si
source : www.rtvslo.si

1e : Je lance le match fébrilement en espérant qu’on ne se prenne pas une branlée et je prends un gros plan d’une beauté slovène dans la face. Ca débute bien.

15e : Je me rends compte qu’on a l’emprise sur le match en créant de jolis mouvements en une touche qu’on ne voit pas en Ligain. Premier quart d’heure rassurant.

17e : Mendy réalise un rush tout en puissance en éliminant 3 sévillans et arme des 25 mètres, juste à côté. Premiers frissons de la soirée.

20e : Tir de Mezga seul aux 25mètres, c’est bien capté par le gardien sévillan. Ca se précise.

32e : Passe en profondeur lumineuse de Dejan Mezga du rond central pour Martin Milec sur l’aile droite qui élimine son vis-à-vis et centre très intelligemment en retrait pour Marcos Tavares, idéalement placé au point de pénalty et libre de tout marquage. Je me retrouve en train de hurler tout seul chez moi à la gloire de Tavares. Ca fait 1.0.

45e : Sur un centre dévié par un de ses coéquipiers, Gameiro se retrouve absolument seul aux 6mètres. Au lieu de tirer normalement et de marquer, ce génie tente une talonnade absolument ridicule qui termine dans les bras de Handanović. Il se marre. Moi aussi.

Mi temps : En fait, on n’a strictement rien à envier à Séville ! Par souci de prévention, je note déjà les dates des 8èmes de finale, ça pourrait être utile.

45e : Dès le retour des vestiaires, Rakitić lance Gameiro pour un face à face avec Handanović que ce dernier remporte. Gameiro débute la seconde mi-temps comme il a terminé la première : par un loupé invraisemblable.

46e : Je n’ai pas encore fini de me foutre de la gueule de Gameiro que cet enfoiré se jette victorieusement au second poteau sur un centre de Rakitić, qui a pu courir 40 mètres et centrer  tranquillement sur le côté. J’insulte copieusement notre arrière gauche Viler qui a déjà subi mes foudres lors du premier acte.

60e : Après une petite baisse de régime, on reprend les armes. Tavares et Mezga combinent, ce dernier lance Damjan Bohar sur la gauche qui enroule à la Thierry Henry et c’est… à côté, ça a frôlé le poteau. Le gardien était archi-battu, j’y ai cru bordel !

70e : Corner. Un foutu sévillan prend le dessus sur Mendy et marque. Dépit et désespoir.

80e : MIRACLE !!! Alors qu’on ne montrait plus rien, Dare Vršič, recruté au mercato à l’Austria Vienne, et qui venait d’entrer, propulse un missile tendu des 30mètres dans le petit filet du gardien sévillan ! Quel comeback !

87e : Je n’y vois plus très clair mais il semblerait que Séville ait frappé sur le poteau et qu’Handanović ait réalisé un arrêt. Je souffre.

90e et des poussières : OUI ! C’EST FINI ! Vu la seconde période, on peut s’estimer heureux de décrocher ce match nul qui nous laisse un brin d’espoir pour le match retour, jeudi prochain.

Les notes :

Handanović (1/5) Il ne sait toujours pas maîtriser les sorties aériennes et n’a aucun réflexe. Plot sur le 2ème but. Ce mec ne progressera plus. Dehors.

Milec (4/5) Pas inquiété défensivement et très présent offensivement, auteur d’un superbe centre sur le but de Tavares, le jeune Martin Milec est promis à une très belle carrière

Rajčević (3/5) Bon placement, solide au duel, peu rapide

Arghus (3/5) La même que son compère de défense centrale

Viler (0/5) Techniquement, c’est une buse. Tactiquement, c’est bien pire. Laisse tranquillement Rakitic sur le côté droit pour l’égalisation. Qu’est ce que tu fous là Mitja ?

Mezga (3/5) A joué plus haut que prévu initialement et s’en est très bien sorti, il a fait preuve d’une belle aisance technique tout au long du match même s’il a manqué de tranchant.

Filipović (4/5) Le roc a 6 poumons. Il a permis à Mezga et Dervišević quelques envolées car il était partout et a récupéré un nombre incalculable de ballons.

Dervišević (3+1/5) Recruté cet été, le grand Amir n’a quasiment jamais joué cette saison (5 matchs). Je me demandais réellement ce qu’il pouvait nous apporter mais il s’en est bien sorti en conservant des ballons chauds et en effectuant un pressing tout terrain qui a gêné les attaques sévillanes. A même effectué quelques chevauchées et surtout une magnifique semelle sur Cheryshev qui vaut +1.

 Bohar (2/5) Le petit Damjan est fragile et ça se sent. A bien ouvert son pied pour la balle de 2.1 mais pas de chance, c’est passé à côté.

Tavares (5/5) Marcos Tavares est depuis toujours au club, c’est le capitaine et l’âme de l’équipe. Comme un symbole, il marque dans ce match historique. Je t’aime Marcos.

Mendy (3/5) Excellent en première mi-temps, notre français a fait la différence grâce à sa percussion et à sa puissance. Il s’est éteint en 2e période et a perdu son duel de la tête sur le corner du but sévillan

Les entrants :

Vršič (6/5) Il entre et à la réception de son 2e ballon, il envoie une patate de 30mètres dans le but. Grandiose. Sublime. Orgasmique.

Cvijanović (Non Noté) Rebaptisé Bananovich par mon commentateur espagnol.  Il est entré à la 87e et a tenté de tenir le score

Fajić (Non Noté) Est rentré à la place de Mendy et n’a pas eu le temps de se montrer. De toute façon, vu son niveau, il peut déjà s’estimer heureux d’être rentré.

Les Sévillans

 

Gameiro (Joke/5) Le mec se marre après avoir tenté une talonnade foirée tout seul à 6 mètres du but, rate un face à face en tirant mollement sur le gardien et marque la minute d’après. Il a ensuite disparu.

Rakitić (4/5) A la base de toutes les actions dangereuses sévillanes, ce joueur est de loin le meilleur de son équipe. Magnifique qualité technique.

Marko Marin (Fantôme/5) Le petit allemand ne s’est toujours pas remis de son transfert à Chelsea.

Pour les joueurs et le staff de Maribor, les sentiments étaient mitigés après ce 16e de finale : la déception de ne pas avoir pu remporter le match et d’avoir encaissé 2 buts à domicile, mais aussi la satisfaction d’avoir pu rivaliser avec un cador européen au budget tellement plus important.

Le buteur Dare Vršič résumait le match après le coup de sifflet final « Nous étions parfaitement placés sur le terrain en 1ere mi-temps, Séville n’a pas été en mesure de développer son jeu, on a appliqué à merveille les consignes du coach », expliquant la baisse du début de la seconde période par l’interminable trêve hivernale « physiquement nous avons baissé pied et nous leur avons laissé trop d’espace »

Malgré les 2 buts encaissés, l’optimisme était de rigueur en prévision du match retour. Le légendaire directeur sportif Zlatko Zahović (dont le fils Luka est un grand espoir du club) déclarait « Nous ne sommes pas morts. Séville a actuellement des problèmes avec l’ambiance dans son stade qui sera quasiment vide en raison de billets trop coûteux. Ils ne sont pas bien en championnat et les supporters présents transmettent une énergie négative. Cela leur fera commettre des erreurs contre nous. ». Le milieu Zeljko Filipović appuyait « Nous avons marqué 2 fois et je ne vois pas pourquoi nous ne serions pas capable d’en faire de même à Séville »

Le rendez-vous est donné dans une semaine au stade Sanchez  Pizjuan pour un match de gala entre les slovènes et les espagnols.

1 thought on “On était à Maribor-Séville ! (Devant la TV)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.