mer. Nov 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Un Œil des Tribunes – Nos tribunes sont-elles condamnées?

4 min read

Oeil-Tribunes

L’actualité des tribunes est riche en ce moment. La banderole bastiaise fait chavirer la Fronce, le CNSF (Conseil National des Supporters de Football) cherche à se faire entendre et les dirigeants du football français continuent leurs actions de prédilection : sanctionner et faire la sourde oreille… C’est un joli florilège pour le second opus de « un œil des tribunes » !

Banderole de la honte VS Liberté d’expression

Bastia recevait Paris juste après les actes d’illuminés assassinant 17 personnes. Au cours de la rencontre, une banderole au texte coïncidant maladroitement avec l’actualité est affichée par les supporters bastiais. On pourra s’attrister du moment, justifier ou non l’acte et polémiquer sur le sujet, en Corse, le respect des morts est sacré comme la provocation et la souveraineté territoriale.

Crédits Spiritu Turchinu
Crédits Spiritu Turchinu

L’événement a fait couler beaucoup d’encre, et déraper quelques personnalités aussi… J’ai même eu l’occasion de visualiser le statut de l’Equipe du Soir qui proposait comme débat : « La banderole de Bastia est-elle la pire banderole de l’Histoire du football ?  » On use bien trop souvent de superlatifs au point d’être prêts à sombrer dans le ridicule ! Car y a-t-il vraiment débat ? Banderoles diffamatoires, blessantes où qui font références à des moments tragiques de l’Histoire, il y en a eu (un florilège français ici…) Pour simple exemple je noterai deux banderoles qui, selon moi, peuvent aisément remporter la palme bien devant celle de la tribuna Petrignani de Bastia :

Inter-Juventus (2011) : « Acciaio scadente : Nostalgia dell’Heysel » une traduction? « Mauvaise structure : Nostalgie du Heysel » faisant référence au 39 morts juventini pendant la tragédie du Heysel en 1985.

 Inter-Juve

Saint-Etienne-Lyon (parcage lyonnais en 2000) : « Les gones inventaient le cinéma quand vos pères crevaient dans les mines. »

 Lyon-St-é

La LFP a convoqué le club insulaire pour une commission disciplinaire le 5 février prochain concernant « 3 banderoles  déployées dont une diffamatoire envers le PSG ». La diffamation est une infraction pénale, pourtant le club parisien n’a pas engagé de poursuites et n’envisage pas de le faire. Ceci car c’est le Qatar qui est visé et non le club directement. Diffamatoires les Bastiais ? Les faits sont avérés et authentifiés par des enquêteurs internationnaux !

Trois jours plus tard, les Stéphanois l’ont joué plus fine, en apposant un splendide « Toutes les libertés sont bonnes à défendre… Pas besoin de vous faire un dessin ! », pointant du doigt les méthodes liberticides de la Ligue et du PSG envers les supporters. Libre à vous de l’interpréter comme il se doit, mais c’est un joli clin d’œil (des tribunes) !

Une main tendue ? En pleine face !

L’indifférence et la gestion tyrannique des instances françaises vis à vis des supporters ne font qu’empirer, ce qui attise encore un peu plus le désamour des passionnés des tribunes à leur égard…

Alors que le CNSF a été reçu par Noël Le Graët, le président de la FFF, ce que nous pouvions imaginer comme une porte ouverte a tourné court telle la durée de l’entretien (moins de 30 minutes): « Le débat avec les supporters ne m’intéresse pas » a déclaré le dirigeant de la « 3F » ! Au moins, on ne peut pas faire plus clair. Le dire avant de les accueillir leur aurait permis d’annuler un aller-retour pour rien…

Les prochaines Assises du supportérisme (le 11 février prochain au Sénat) auraient pu être un bon moyen d’avancer un peu dans le débat « tripartie » (politiques-instances-supporters), mais on apprend que le président de la LFP ne sera finalement pas présent pour ce rendez-vous. L’Association Nationale des Supporters (que nous avions reçu en décembre dernier) et le CNSF (qui propose d’ailleurs la signature d’un manifeste pour un football transparent et responsable) pourront toutefois se tourner vers une délégation de politiques sur le sujet, un groupe parlementaire où figurent deux anciennes ministres des sports, Mmes Buffet et Fourneyron.

Les fédérations oligarchiques ne voient pas d’un très bon œil cette implication grandissante des supporters, si bien qu’elles ne tentent même pas de suivre les propositions indiquées dans le « rapport Glavany« . Au mois de janvier 2014, la FFF et la LFP avaient déjà indiquées qu’elles « partageaient la vision proposée » mais restaient « réservées sur sa mise en œuvre et son impact ». Le temps aura donc fait pourrir leurs bonnes intentions. Ces instances – qui par ailleurs prônent un football propre et sécuritaire – ne cherchent même plus à se cacher et refusent le dialogue. Se sentiraient-elles au-dessus des lois ?

Malheureusement, en parallèle de ces événements, les sanctions administratives et disciplinaires pleuvent sans discontinuer sur de nombreux supporters. Cette répréhension abusive pourrait pousser le mouvement de supporters qui cherchent à se faire entendre par tous les moyens à se radicaliser en l’absence complète de dialogue, serait-ce le but recherché ?… Mais alors quelles sont nos chances de voir la porte s’entrouvrir ?

5 thoughts on “Un Œil des Tribunes – Nos tribunes sont-elles condamnées?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.