lun. Mai 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Un traitement médiatique prisonnier de l’audience

4 min read

Si la France compte son lot de brillants journalistes, de blogueurs émérites et d’auteurs talentueux en matière de foot, elle n’en reste pas moins un pays dont le traitement médiatique du sport est avant tout concentré dans le journal l’Equipe.

Une culture football à deux vitesses

Si cette tribune se concentre sur le traitement du football en France, nous pourrions également débattre de celui des autres pays. La vision très partisane du journalisme espagnol, l’importance des tabloïds dans le domaine sportif anglais… l’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs. Pour autant, c’est bel et bien de la France dont nous allons parler aujourd’hui puisqu’il s’agit de la presse que nous connaissons le mieux et celle animant aujourd’hui la majorité des débats d’amateurs de football.

Véritable institution en matière de sport, l’Equipe n’est pas loin de connaître une situation de monopole de l’information foot. Si des visions différentes sont proposées, on pourrait notamment citer So Foot côté presse papier, le grand public reste avant tout lecteur du premier journal. La situation est également exacerbée depuis la montée en puissance croissante de La Chaîne l’Equipe proposant chaque jour de très nombreux débats.

On se retrouve donc avec de la production d’une information foot de qualité, mais seulement lue par un public d’ores et déjà éveillé aux problématiques plus complexes de ce sport (économiques, tactiques…).


A lire également : Guide des droits TV : sur quelle chaîne voir mon match de foot ?


La création de débats n’ayant pas lieu d’être

Le cas de La Chaîne l’Equipe est particulièrement intéressant. La promesse d’une chaîne 100% sport gratuite est alléchante tant les amateurs de football sont consommateurs de contenus sur leur passion et que la télévision reste un media de référence pour de nombreuses personnes.

Au cours des dernières années, la chaîne n’a cessé d’accorder une place toujours plus importante aux débats sur le football. Là où la rediffusion de journaux TV représentait la majorité de la grille de programmation de la chaîne, l’Equipe TV est aujourd’hui ponctuée de débats de 17h30 à 20h35 puis de 22h30 à 00h00. Cela ne représente pas moins de 4h30 de débats journaliers sur le football !

Si le volume horaire peut sembler surréaliste concernant la quantité d’informations véritables utiles à traiter chaque jour, il est néanmoins cohérent côté commercial. Ces débats sont autrement plus générateurs d’audience qu’une rediffusion de journal.

Il faut alors créer l’actualité, à défaut de commenter les éléments intéressant. Spéculer durant de longues minutes sur les déclarations des joueurs, les rumeurs de transfert, voire même créer des échanges alarmistes à la moindre contre-performance d’un joueur ou d’un club. Vous l’aurez deviné : ce n’est pas pour le plus grand bien de la culture foot.

 

Une obligation d’audience bien trop influente sur l’éditorial

Pour rester dans le domaine télévisuel, lorsque CNews décide d’axer une partie de sa grille de programmation autour du football, avec ses émissions 20h et 13h foot, ce n’est pas par passion du beau jeu. C’est pour offrir un programme attractif, le football étant très populaire, à des heures où les chaînes d’informations souffrent de la concurrence des journaux télévisés des grandes chaînes. Les logiques d’audience gouvernent avant l’intérêt sportif.

C’est d’ailleurs pour ça que l’Equipe fut qualifié de pro Parisien par de nombreuses personnes là où les fans du PSG se plaignaient au contraire du traitement qui était accordé à leur club, situation des plus cocasses ! Dans les deux cas, le sentiment provient du même fait : l’Equipe parle beaucoup du PSG. Cela amène certains à penser que le journal est pour cette équipe. Pour autant, c’est un choix économique : faire une Une sur l’équipe vend plus qu’en faire une sur le FC Nantes. Là encore, il faut créer de l’info, quitte à spéculer sur des rumeurs et ainsi se voir accuser d’amplifier les polémiques… et donc d’être anti Parisien.

 

La démocratisation d’un traitement médiatique indépendant

Face à ces problématiques que nous connaissons tous, de nombreux medias parallèles se montent sur internet pour répondre à un besoin d’information différent. Bien évidemment, TLMSenFoot est l’exemple parfait de cette tendance puisqu’il traite le football qui, toujours pour les mêmes raisons économiques, n’intéresse pas les médias grands publics.

On retrouve également des sites partisans gagnant en puissance. Le cas du PSG est intéressant car, malgré l’omniprésence du club dans les médias, des sites comme CulturePSG ou ParisUnited arrivent malgré tout à fédérer une communauté.

Enfin, des sites mettent en avant d’autres moyens de développer sa culture foot, notamment à travers la littérature football prenant un poids toujours plus importance en France. On peut citer Livres de foot  et Livre Foot s’inscrivant parfaitement dans cette démarche.

L’information de qualité existe donc, même si elle est avant tout l’apanage d’un public bien spécifique. Il ne reste plus qu’à espérer que certains grands medias suivent le courant et jouent le jeu en prenant quelques risques côté audiences !

 

Mickaël, pour TLMSF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.