lun. Nov 11th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Et si c’était pour ça qu’on aime le foot ?

2 min read

Vendredi dernier, la France s’est faite « gifler » par l’Ukraine en match aller des barrages pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Un 2-0 des plus cinglants.

Cependant, il y aura mardi un match retour. 90 autres minutes où tout peut arriver. Le pire, mais également le meilleur.
Avant même que le match aller soit bouclé, les statistiques pleuvaient déjà : jamais une équipe s’est qualifié pour une CDM après avoir perdu 2-0 au match aller des barrages.
Statistique catégorique certes, mais statistique quand même. Que personne ne l’ai fait ne revient pas à dire que c’est impossible.

Pour résumer, il faut sortir les grands mot : nos Bleus devront écrire l’histoire. Tout simplement.
Voilà un exercice compliqué. Le climat pesant autour de Clairefontaine n’aidant en rien, ce sont des Bleus acculés, abandonnés de tout support qui entreront sur la pelouse mardi soir.
Les Français ont lâché l’affaire. Les « spécialistes » aussi.

« Oui, je souhaite que la France n’aille pas au Brésil. Un exploit devant l’Ukraine, une soirée de rêve, un match de légende pour rien, à quoi bon ? » a déclaré Daniel Riolo (consultant RMC).

Ces mots là sont durs. Très durs. Ils révèlent cette résignation ambiante.
Cette vision selon laquelle nous sommes des loosers et que ça ne changera pas. Qu’on y peut rien.
Alors « à quoi bon » ? Et bien Monsieur Riolo, pour la raison même qui nous fait regarder le foot, qui nous fait aller au cinéma, qui nous fait manifester, étudier, travailler : l’espoir d’un avenir plus radieux, tout simplement.

Mardi soir, l’enjeu sur la pelouse transcendera le football.
Mardi soir, toutes les analyses, toutes les pics, les petites phrases à polémiques n’auront plus aucune valeur. Il ne restera plus que la vérité du terrain.
Mardi soir, nous verrons si nos joueurs sont des hommes capables de prendre leur destin en main. La victoire contre tout les pronostics voilà ce dont on rêve…
Depuis 2006, la France n’est pas à la recherche de joueurs mais d’un groupe et ce groupe là peut naître mardi. Ce groupe là a la possibilité de renverser son statut à condition bien sûr de renverser une montagne. Ce groupe là a la possibilité de redevenir intimidante.
Benzema parlait de talent, au diable le talent ! Les ukrainiens nous ont proposé un combat, pas un spectacle. Quel que soit le résultat, seules les valeurs humaines seront retenues. Les compteurs sont à zéro, alors messieurs, s’il vous plaît, faites nous rêver. Et n’oubliez pas, vous avez un coq brodé sur le coeur.

Bonus track : Pour motiver ses joueurs, Didier Deschamps peut toujours la jouer comme Al.

12 thoughts on “Et si c’était pour ça qu’on aime le foot ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.