mer. Sep 18th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Messieurs, ils ont tué le défenseur strict.

4 min read

Le petit enfant, toujours présent, qui écrit cet article est nostalgique. Fan de Diego Maradona depuis son plus jeune âge, il avait 10 DVD, vendus par la Gazzetta dello Sport. Ces 10 DVD racontaient les carrières de 10 immenses joueurs. Diego donc, Baggio, Platini et Pelé étaient ses préférés. Il a regardé celui de Dieu plus d’une dizaine de fois, analysant chaque interview, chaque mouvement, chaque but. Mais à chaque fois, ce n’était pas une interview, un mouvement, un but qui l’impressionnait. Non, ce qui m’impressionnait le plus, c’était le marquage de Claudio Gentile.

Source : http://24.media.tumblr.com/1463c9b6d3e229e1cf24afc11a132d60/tumblr_mtwes4DPGI1srijuro1_1280.jpg
Source : http://24.media.tumblr.com/1463c9b6d3e229e1cf24afc11a132d60/tumblr_mtwes4DPGI1srijuro1_1280.jpg

Il faut dire que votre serviteur, après 3-4 ans en attaque venait de passer défenseur, et qu’il commençait à apprécier l’effort défensif. (Voir « De la dictature du beau jeu »). Lors d’un Argentine-Italie, le défenseur juventino (oui, je sais, ça me fait du mal) était au marquage de DM10. Sur le DVD, ce match durait 2,3 minutes, et montrait comment Gentile avait complètement détruit le petit gaucho de la pampa. Une œuvre d’art, que je vous ferai un plaisir de décrire dans le prochain paragraphe. Car les exploits de cet homme, mais aussi de Costacurta, de Desailly, de Baresi, de Captain Cris (oui, le lyonnais. RPZ), et des autres défenseurs de bas ou de haut étage méritent d’être contés, car nous sommes en train de les perdre. Les John Terry, les Vidic, les Chiellini sont les derniers vieux représentants d’une classe de défenseurs d’un autre temps. Un temps où défendre salement était un art, un temps où des déchets come Piqué, Bonucci ou Rami n’auraient pas vu le jour.

Nous sommes en 1982, en Espagne. Non, pas Séville 82. L’Argentine de Maradona, de Burruchaga et co.  affronte les futurs champions du monde, la bande à Tardelli, à Paolo Rossi,  à Dino Zoff, à Claudio Gentile. L’entraineur italien le sait, la victoire passera par l’annihilation complète de Diego Armando. Il sait aussi qu’il a un homme dans son effectif capable de le faire. Le joueur le plus sale et le plus efficace de l’Histoire du football : Claudio Gentile. Surnommé « Kadhafi » pour ses origines libyennes, Claudio est l’homme qu’il faut. Rugueux au possible, il ne lâchera jamais son homme. Et en ce chaud été ibérique, il est temps pour Maradona d’affronter le seul qui lui aura vraiment posé des problèmes en 20 ans de carrière. Pendant 90 minutes, jamais, mais vraiment jamais, Claudio Gentile ne lâchera sa proie d’une semelle. Grâce à une technique, de nos jours complètement interdite, consistant à rester coller au corps de Dieu, même dans la surface adverse où dans les vestiaires, Gentile bloque complètement le jeune Diego. Toujours à la limite du légal, Gentile tacle aux chevilles quand l’arbitre ne regarde pas, tacle aux genoux quand l’arbitre refait ses lacets. Tout un art, et après 2 décennies de football, Gentile s’en tirera avec une seule expulsion, pour 2 cartons jaunes consécutifs. Un exploit. Loin de moi l’idée de défendre la FDPuterie, car je hais les Busquets, les Thiago Motta, les Mascherano. Car leurs vices, leur malice n’est pas évidente. Tout est caché sous un voile de pureté qu’eux même dresse sur leurs épaules. Le grand défenseur, il détruit, et il le montre. Le grand défenseur fait mal quand c’est nécessaire, et il ne bronche pas face à l’arbitre. Le grand défenseur ne se cache pas. Il se cache aux yeux de l’arbitre, certes, mais pas aux yeux du spectateur ou de l’adversaire. Ils savent. Ils savent que Claudio Gentile va vous gêner, mais ils savent aussi qu’il le fera pour le jeu, et non pas contre celui-ci, comme le font les chacals susmentionnés.

Oui, car nous sommes en train de perdre le défenseur central qui marque sur l’homme, et non sur la zone. Le milieu de terrain survit, comme nous avons vu Malbranque le faire contre Pirlo. Nous avons perdu le marquage individuel à tout temps, et non à l’occasion. Un marque sur l’homme est plus efficace, mais il implique d’avoir un joueur capable d’en suivre un autre pendant 90 minutes.  Peu savent le faire, et ils sont vieillissants. Vidic était un maître il y 3-4 ans. La tradition italienne des Baresi, Costacurta, Gentile et autres se perd, Chiellini se positionne entre les deux catégories, jonglant entre la lâcheté et la guerre sportive (oui Giorgio, le tirage de cheveux sur Cavani est toujours présent. Goujat). La nouvelle génération internationale, porté par Varane, Evans, Marquinhos sont tous beaucoup plus esthétiques et « zonard » que dur sur l’homme. Je ne vois que Sakho et Zouma pour faire une légère exception à la règle. Et encore, il faut être très malin et intelligent pour ce type de défense.

Le défenseur strict a disparu à cause des multiples cartons jaunes, cumulables sur plusieurs matchs, et pour les fortes punitions pour un mauvais tacle. Les sanctions s’alourdissent, les tacles se font plus rares, et pourtant les longues blessures restent (Clement, Ben Arfa, Ramsey… etc). Une légère modification des règles serait nécessaire, tant nous risquons de voir disparaitre un des aspects les plus beau du football, et une des phrases les plus entendues sur les bords des terrains boueux de province : « Serre-le ! Serre-le ! A la culotte ». Et à toi, Claudio, je te salue. Merci pour ces 3-4 minutes de bonheur.

3 thoughts on “Messieurs, ils ont tué le défenseur strict.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.