lun. Mai 27th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Coup de gueule d’un passionné de l’Equipe de France

6 min read

La France joue ce soir un match amical contre l’Australie. Malheureusement aujourd’hui, qui dit match de la France dit journalistes qui souillent le maillot. Les simples civils que nous sommes assistons à une sorte de lynchage régulier de nos joueurs. On nous explique qu’ils jouent mal, qu’ils ne mouillent pas le maillot et le constat reste le même : c’était mieux avant. Nouveauté, ils vont maintenant jusqu’à dire en rigolant, qu’il faut supporter la Belgique. Le problème est le suivant : rigolent-ils vraiment ? Et si. Et si pour une fois, pour juste 5 minutes, on prenait du recul et surtout on arrêtait les conneries.

Objectivement, notre équipe est loin d’être dégueulasse, sur le papier, elle est même plutôt cool. Ribery est le favori du Ballon d’Or, nos titulaires sont dans le onze de départ de grands clubs. Pourtant, leur traitement médiatique est plein de haine. Les « spécialistes » en sont presque a dire qu’ils ont un niveau de DH. Même une victoire arrachée contre la Biélorussie n’est plus un motif de satisfaction. Faire une une après un match gagné semble un supplice pour le journal « L’Equipe ». Quoi qu’il arrive, les nuages ne sont jamais loin et ce depuis maintenant des années.
En 2010, Thierry Henry contrôle de la main avant d’envoyer un centre décisif pour Gallas. Ce but fait la honte de toute la haute société française. En 1986, quand Maradona envoyait le ballon dans les cages anglaises avec la main pour qualifier l’Argentine en demi-finale de la coupe du monde, tout le monde criait au génie. Bien sur le contexte est différent. Mais les faits sont là, depuis quand la victoire ne suffit plus ? Depuis quand doit-elle être belle ? Des hommes politiques français ont proposé d’exclure le pays de la compétition. Pourquoi ? Est-ce la première fois qu’une équipe gagne sur un malentendu ? De l’histoire du foot, n’y a-t-il jamais eu de penalty décisifs non sifflés ? Ni de joueurs marquant en position de hors jeu ? Bah si. Alors pourquoi ? La France doit-elle montrer l’exemple aux autres pays ? Non. Ce n’est pas bien de parler de choses que l’on ne connait pas messieurs les politiques.

Les médias se sont également appropriés ce mouvement qui prétend que notre équipe est la risée. Autant les politiques sont des personnages extérieurs, sans connaissance réelle du sport, autant les journalistes eux doivent maitriser leur sujet. Alors pourquoi ne nous proposent-ils pas du recul ? Dans « l’affaire Benzema » par exemple, certes l’attaquant est muet depuis plus de 1000 minutes en sélection, mais est-ce la première fois que cela arrive pour un attaquant ? Non, alors pourquoi la presse ne le rappelle-t-il pas ? Seul SoFoot s’est joué de la situation. D’ailleurs comment la même presse peut lyncher Benzema tout en admirant Zlatan Ibrahimovic qui lui aussi a fait le mort en attaque suédoise pendant des centaines de minutes ? La presse montre une absence totale de recul, d’analyse. Les débats sont tous plus ridicules les uns que les autres.
Prenons celui de la Marseillaise, soit disant l’équipe n’aime pas le maillot et ne gagne pas parce qu’elle ne chante pas l’hymne. Ok. Le Times a sorti dans l’année une étude montrant que durant l’Euro 2012, 77,3% des joueurs de l’équipe de France chantaient l’hymne. 100% des joueurs italiens et anglais et seulement 68,2% des allemands. Pourtant, l’Allemagne développe un meilleur jeu que la France et que l’Angleterre. Par A+B, il est impossible de mettre en évidence une corrélation entre performance et chant. Maintenant, le problème des barrages. La présence de la France en barrages est évoquée comme un échec alors que la situation est la suivante : dans un groupe il y a 6 équipes, la première est qualifiée, la seconde va au barrage. Dans le groupe de la France, il y a la meilleure équipe du monde et 4 autres qui sont prenables. Est-ce normal d’être deuxième et d’aller aux barrages ? Oui. Loin de moi l’idée de mettre les mauvais résultats de l’équipe de France entièrement sur le dos du traitement médiatique dont ils bénéficient, ils ne sont pas des victimes. Mais nous avons affaire à de jeunes joueurs et il est peut-être nécessaire de créer un environnement positif pour leur épanouissement. En 2006, le sélectionneur de l’Espagne avait déclaré que son équipe était encore trop jeune pour gagner des titres. Il avait construit son groupe dans le calme et les résultats avaient suivi. Même déclaration pour Bert van Marwijk, sélectionneur de la Hollande en 2008, presque même résultat en 2010. Bien sûr, ce n’est pas une formule magique, mais peut-être un indice. Peut-être que le temps est une bonne chose. Mais que dis-je. Vous le savez, c’est évident non ?

Alors oui, ce paragraphe était vrai en 2008 mais ils sont grands aujourd’hui. Le niveau n’est toujours pas à la hauteur. On devrait alors se résigner et accepter que notre équipe ne touchera pas d’or pendant longtemps. Si l’on y réfléchit, c’est ce qu’il risque d’arriver. Le football fonctionne par cycle. Ces cycles sont alimentés par la présence ou non d’une génération dorée et aussi d’une certaine chance. L’Espagne par exemple connait en ce moment son époque la plus prolifique. Deux Euros et une Coupe du Monde. Mais tout a une fin, le Brésil a infligé un sanglant 3-0 aux Ibériques en finale de la Coupe des Confédérations. De la même manière, tout s’est fini lors de la désillusion de la coupe de monde en Asie en 2002. La France se fait sortir dès la phase de groupe (l’Argentine aussi d’ailleurs) et la rancœur post-1998 a commencé. En 15 ans, les événements extra sportifs autour de l’équipe de France ont perdu toute cohérence, les sanctions envers les jeunes sont devenus ridicules (14 mois de suspension pour être allé en boite) et la controverse autour de Patrice Evra et son discours à la mi-temps du match contre la Biélorussie est quant à elle carrément scandaleuse. Certes il était le capitaine des grévistes en 2010, mais de l’eau a coulé sous les ponts depuis et si aujourd’hui il arrive à transcender l’équipe pour lui faire arracher une victoire, il doit être considéré comme un leader. La rédemption existe également dans le football. Mais non. Bixente Lizarazu se plait à rappeler que suite à Krysna, le Mancunien devrait rester dans l’ombre et éviter de la ramener et c’est son avis qui est mis en avant qui est mis en avant. Du coup, que penser de Ribery ? Souvent loué par l’ami Bixente, le joueur du Bayern est l’un des favori pour le Ballon d’Or aujourd’hui alors qu’il était gréviste hier. Aidez-moi, je ne comprends plus.

Plus on y réfléchit, plus il semble que la presse s’amuse à créer de toute pièce une image négative de l’équipe de France. Pourtant, le harcèlement n’a jamais aidé personne à sortir d’une mauvaise passe. La presse fait partie du problème et pas de la solution. Alors, en tant que supporter de l’équipe de France, je vous demande, vu qu’apparemment, ce n’est pas possible de changer de joueurs, peut-on changer de presse ? A bon entendeur.

9 thoughts on “Coup de gueule d’un passionné de l’Equipe de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.