dim. Oct 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Nous étions au plus grand tournoi de Sixte d’Europe

4 min read

Le week end du 29 et 30 Juin se tenait le plus grand tournoi de Sixte (Football à 6 pour les incultes) du monde. Bon on s’emballe, d’Europe.

Le tournoi prend place dans un petit bled paumé du centre de la Suisse : Unterägeri.
Petit point géographie :

Merci Google Maps

#infoTLMSF : si vous avez déjà joué à NFS Carbon, vous vous souvenez sûrement de ce duel imposé en début de partie dans une petite route de montagne, en descente, bien escarpée, de nuit. Si vous voulez la revivre en vrai, elle se situe entre Sihlbrugg et Unteraegeri. Et c’est une tuerie. De rien.

Notre reporter de choc (bibi) est allé vous faire un magnifique reportage photos (et participer également, c’est quand même le but de la manoeuvre).
Je vous propose de vous placer dans la peau du personnage.

 

Vendredi 21 Juin : Mes collègues de boulot apprennent que je joue au ballon. Ils décident de m’inviter à participer à un tournoi de Sixte, dans une équipe composée de collègues de travail.
N’étant que stagiaire et voulant m’intégrer – et surtout désireux de retaper un peu dans le cuir – j’accepte volontiers.
Dans la foulée, on me propose un petit tournoi d’échauffement le dimanche qui vient. J’accepte évidemment sereinement.

Dimanche 23 Juin : Le jour du premier tournoi est là. Je ne connais qu’une personne. Ca joue au ballon, le niveau est élevé. Dans notre équipe faite sans raisonnement tactique, seuls 3 tirent leur épingle du jeu.
Nous nous faisons massacrer, mais avec les honneurs.
Bilan personnel : C’était dur physiquement. Peut-être que les deux soirées en boîte + les 2 x 400 km parcourus la veille n’ont pas aidé également. Va falloir reprendre un peu de condition physique avant la semaine prochaine. J’étais autant débordé qu’un Marc Planus au sommet de sa forme et a fait autant de courses qu’un Riquelme des grands jours.
M’en fous, en boîte j’ai gagné un CD et un autographe du meilleur quaterback de France (ou apparemment on joue au Football Américain en France aussi)

 

La semaine qui suit n’est qu’une petite préparation physique au grand tournoi du week-end.
Soyons honnête, rien d’important.

 

Vendredi 28 Juin :
Je reçois enfin le programme officiel de ce qui nous attend. WOW. 245 équipes. Plus de 1500 joueurs donc (en comptant les remplaçants petit malin). 8 Terrains. Un jour entier de matchs non stop de 7h30 à 18h30.
Il faut que je vous explique plus en détails le fonctionnement.
Les joueurs sont répartis en 5 catégories :
Les footballeurs
Les non-footballeurs locaux
Les équipes mixtes IL et ELLE
Les équipes féminines
Les non-footballeurs du reste du monde.

Chaque catégorie est un tournoi à part. Les phases de poule se jouent le samedi, et les meilleurs reviennent le dimanche.
La programmation fait que chaque équipe joue 15 minutes, puis dispose de 1h15 entre chacun de ses matchs.
Notre équipe fait partie de cette dernière catégorie. Nous sommes l’équipe 192, groupe 39.Nous jouons sur le terrain H. Notre premier match est à 12h30.

Samedi 29 Juin :
J’ai tout bien fait comme Pierre Bouby m’a conseillé : couché tôt, du sport la veille, mais pas trop : je suis au top physiquement.
Rendez vous initialement prévu à 11h30, j’arrive comme un homme poli en avance à 11h.

Petite présentation photos de la ville :

[nggallery id=3]

Ne disposant pas de numéro de téléphone suisse, je ne sais pas où attendre mes collègues. Après un tour d’observation pour aller tâter le terrain, je me dirige donc tout naturellement vers là où ça meugle, ça boit, là où il y a de la musique, où les joueurs chantent et où la bière coule à flot : l’entrée.

 

La journée s’annonce excellente. Je regarde nos adversaires, prospecte pour d’autres tournois, drague quelques charmantes aborigènes, bref je m’occupe en attendant.
12h : 2 de mes coéquipiers arrivent enfin.
12h20 : 1er match dans 10 minutes, nous ne sommes toujours que 3, mais nous sommes prêts.
12h30 : le match commence, nous ne sommes que 3.
12h31 : ça y est nous sommes 6 (magie).
12h45 : fin du match. Défaite 1-0 sur la seule frappe des adversaires, râgeant.

Le repas des guerriers est prêt

Pause repas, pause alcool, pause soleil, pause alcool, pause tchatche : pause tranquille.

Les matchs s’enchaînent, les bières aussi.
Le soleil est toujours là, fait plaisir.

Tout le monde vit foot, tout le village vit foot, parle foot, regarde du foot, joue au foot ou boit des bières : je veux vivre là.

Voici les images :

[nggallery id=4]

Après le tournoi, un repas tous ensemble est prévu, l’ambiance est excellente, ça discute ballon, filles, ballon, bière, ballon, filles. Comme de vrais beaufs en somme. On est là pour ça.

Pour finir la soirée en folie, vient l’heure de s’enjailler (coucou @brooklyn8s) sur un peu de musique et profiter de cette folle journée jusque tard dans la nuit. On profite on s’éclate. On s’en fout, on n’est pas obligé de revenir demain.

Je conclurais en vous donnant mon impression : JE NE ME SUIS PAS AUTANT AMUSE A JOUER AU FOOT DEPUIS LA COUPE DU MONDE 1998!

 

Merci AEGERI FC et à l’année prochaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.