lun. Oct 14th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Swansea, mon amour

8 min read

OK STOP ON ARRETE TOUT !

 

C’est vrai, je l’avoue vous me gonflez. La période des transferts a beau être géniale (ou pas si vous supportez un club formateur), là ça devient du grand n’importe quoi.

Tous autant que vous êtes, allez-y touchez vous à chaque transfert « incroyablement record ligain PSG Monaco argent qatar Madrid Barça Bayern LOL », ouais okay c’est bien, les grands joueurs évoluent, les championnats aussi, certains clubs adaptent leur nouvelle politique sportive avec leurs possibilités budgétaires. Mais honnêtement, quand vous allumez Football Manager (ne me mentez pas, chacun d’entre vous a Football Manager sur son PC, et un émulateur Gameboy) n’allez pas me dire que vous prenez d’entrée un club du Top européen déjà sur-armé et avec un budget transfert de vainqueur de l’euromillions?! Si vous le faîtes, alors laissez moi dire que vous n’avez pas pigé l’essence du jeu et que je suis sûr que les jeux à mode de difficulté réglable devraient comporter une option « bac à sable » avant « débutant » pour vous. Ceci étant dit, j’en viens à mon sujet principal.

 

  La vraie raison qui nous pousse à allumer Football Manager, c’est gagner la Ligue des Champions avec Gueugnon, c’est de hurler de joie après une victoire en coupe de la ligue avec un club  récupéré en CFA. Nous sommes bien d’accord? Bah ça, c’exactement ce que les supporters de Swansea ont vécu en l’espace de 10 ans, et encore je suis large.

 

Allez me dire que le Pays de Galles est dégueulasse et que la ville est pourrie….

 

L’histoire? Le club a été fondé en 1912, son unique histoire dans l’ancêtre de la Premier League remonte aux années 1980. Sous la direction de la légende John Toschak (pour ceux qui ne le connaissent pas, directement sur wikipédia vous irez), le club va obtenir son meilleur classement de l’histoire (6e) et va devenir le club gallois le plus titré en remportant 3 coupes du pays de Galles consécutivement à partir de 1981. La suite? Une descente aux enfers progressives.

   Pourtant, en 1992, le championnat de football du Pays de Galles va être créé. Malgré son statut, Swansea refuse de le rejoindre et continue dans les division inférieures du football anglais. Choix important car la résurrection du cygne (pas du Phénix voyons) va avoir lieu à partir de 2007. C’est à cette date que Roberto Martinez (par ailleurs ancien joueur du club) va prendre le contrôle de l’équipe première. Oui oui, LE Roberto Martinez qui a fait gagner la FA cup à Wigan. Celui-là même. Bah ce mec est un génie, car avec les Swans, il va faire passer le club de la League two (D4) à la 8e place de championship (D2), c’est vous dire la performance. Le tout en 2 ans.

 

  Malgré la perte de son entraineur, le club va continuer sa nouvelle politique : faire grandir le club en créant une identité de jeu propre à l’équipe. Après l’intérim une année de Paulo Sousa, c’est Brendan Rogers qui débarque au club. Le coach va réussir dès sa première année à atteindre la Premier League en remportant les play-off de la saison 2011-2012. Le club est alors la première équipe galloise de l’histoire de la Premier League à atteindre ce niveau.

 

 Pour sa première saison au top niveau, le club terminera 11e. La saison dernière, pour son centenaire, le club a vécu plusieurs évolutions majeures. Premièrement, Michael Laudrup a remplacé Brendan Rogers parti à Liverpool. Deuxièmement, le club a terminé 9e de PL. Enfin, troisièmement, le club a remporté la coupe de la ligue anglaise. Le premier trophée anglais de son histoire. Trophée lui offrant par la même occasion une place en UEFA Europa League pour la prochaine saison. Imaginez un peu le chemin parcouru par le club?

 

 Pour comparer avec la France, c’est comme si Evian Thonon-Gaillard avait remporté la coupe de France ou de la ligue cette année… A la différence que le club de Swansea appartient à une vraie ville et qu’ils ont un public. Coucou les gars d’Evian.

 

  Voilà pour la vision historique. Passons maintenant à l’aspect qui m’intéresse dans ce club : la tactique.

 

 Quand je vous disais que Swansea avait cherché à créer un style de jeu propre à l’équipe ce n’était pas une formule en l’air. Dès la reprise en main de l’équipe par Roberto Martinez jusqu’à aujourd’hui, l’équipe s’est disposée en 4-2-3-1. Cette recherche d’une continuité est assez rare pour être soulignée.

 

  Prenons un exemple concret, entre la composition de l’équipe qui remporte les play-off contre Reading et celle qui remporte la coupe de la ligue contre Bradford il y a 4 joueurs TITULAIRES qui sont les mêmes : Williams, Rangel, Dyer et Britton. Sachant que Tate et Monk qui ont participé à la montée sont absents pour la finale (remplaçant ou blessure). Ils sont donc encore dans l’effectif utilisé. Soit 6 joueurs sur 11.

   Les absents étant De Vries (le gardien hollandais), Allen (parti avec Rogers à Liverpool), Sinclair (auteur d’un triplé en finale de play-off parti à City) et Borini (Liverpool).  Des départs pour raison budgétaire essentiellement. Car là aussi le club est un peu différent du modèle économique anglais.

 

  Il faut savoir qu’en 2001, le club était au fond du trou économiquement parlant. Swansea n’a été sauvé que grâce à ses supporters qui ont créé en 2001 le Swansea City Supporters Trust. Les supporters (environ 600 à la création du trust) ont pu réunir un consortium qui a repris le contrôle du club en levant notamment la somme de 50 000 livres. Aujourd’hui, le trust possède 19.9% des parts du club et siège de façon permanente au conseil d’administration de Swansea (pour plus de renseignements : supporters-direct.org).

  Le club est donc administré en fonction de ses possibilités budgétaires, à l’inverse d’une grande partie des clubs de Premier League.

 

  Les ambitions du club sont donc contrôlées de façon rigoureuse. L’argent collecté au travers des transferts (Joe Allen 15 millions (tous les prix sont en Livre sterling), Scott Sinclair 6.2 plus bonus..) est donc reversé dans des transferts en général peu coûteux. Mais attention, car Swansea est aussi un club formateur : Joe Allen, Ben Davies (nouvel appelé en équipe nationale, révélation de la dernière saison)… Ces joueurs sortent du centre de formation de Swansea et sont donc une source de revenue non négligeable.

  De plus, contrairement à certains de ses adversaires, le club n’a pas pour habitude de dépenser des sommes folles sur le marché des transferts : 400 000 pour Ashley Williams (actuellement pisté par Arsenal pour 10 millions!),  1.8 millions pour Michu ( 18 buts en PL l’année passée!), 5.5 millions pour Pablo Hernandez (ce génie de Valence)… Le tout coaché par Michael Laudrup, loin d’être le plus incompétent des coachs. C’est dire la réussite actuelle du club.

 

  Le centenaire du club fut donc inoubliable sur bien des points. Le club va franchir un nouveau palier avec une représentation sur le plan européen par le biais de l’Europa League. Pour cela, il faut encore se renforcer. Au 16 juillet, alors que la plupart des clubs sont encore au balbutiements des transferts, Swansea a terminé (ou presque) son recrutement.

 

  L’optique tactique du 4-2-3-1 a montré quelques limites l’année passée. Sur certains matchs, les latéraux ont semblé un peu court (normal pour Davies qui remplaçait Taylor qui s’est fracturé la jambe sur un tacle en début de saison). Le peu de possibilité de remplacement s’est aussi fait sentir puisque le club a carrément balancé sa seconde moitié de saison pour se concentrer sur la coupe de la ligue (bravo à eux d’ailleurs!).

   L’équipe est belle sur le papier, en tout cas à partir du milieu de terrain. Les deux récupérateurs Britton et De Guzman (nouvel appelé en équipe des Pays-Bas, une merveille), peuvent juste tourner avec Ki (coréen ancien record de transfert du club : 6.5 M, 51 fois internaitonal coréen à 24 ans!). Sur les ailes : Dyer, Routledge, en 10 : Pablo Hernandez, devant Michu.

   A noter que ce dernier devait initialement jouer en numéro 10, mais Laudrup a procédé à son repositionnement tactique en début de saison : génie.

 

Michuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu avec le frère d’un monsieur tué à Gstaad derrière.

 

 

  Le manque de profondeur du banc fut donc le problème majeur auquel le recrutement devait pallier. C’est chose faite, et intelligemment. Voici la liste des recrues :

 

  – Au milieu : José Canas, arrive gratuitement du Betis Seville. 26 ans. Milieu défensif.

                        Alejandro Pozuelo, arrive pour somme indéterminée, lui aussi du Bestis. 21 ans, numéro 10.

                        Jonjo Shelvey, un des mecs les plus moches de PL arrive pour 5M de Liverpool, 21 ans, international A anglais. Milieu polyvalent, gros coup si il s’affirme.

 

– Derrière : Jordi Amat, 1.8 millions, acheté à l’Espanyol Barcelone. 21 ans, international espoir espagnol. Grosse possibilité, à voir son futur rôle en cas de départ de Williams.

 

– Attaque : Wilfried Bony, LE GROS COUP, L’ENORME COUP, de Swansea pour se mercato. 12 millions de livres (oui, aie, ce sera le seul je pense). La preuve vivante que la L1 n’en a rien à faire de l’Eredivisie. 31 buts l’année passée, en 30 matchs, avec le Vitesse Arnhem. 24 ans, ivoirien. Poste? Ailier, buteur. Le parfait complément au trio offensif actuel des Swans. Bref, UN GROS COUP. Il aurait pu et du coûter moins cher au club, mais le Vitesse a haussé le prix de vente au moment de la signature. Selon leur comptable « Ils ont eu raison ».

 

 

Coucou toi….

 

 

 Bon, il manque toujours un latéral dans l’équipe, mais les récentes signatures sont assez parfaites, sur le papier. Reste à voir si cela va prendre.

 En attendant, je vous avoue guetter le tirage au sort des groupes de l’Europa League en priant pour qu’un club français les rencontre, et que je puisse y aller.

 

 

 Personnellement je reviens au début de la saison anglaise pour vous expliquer (enfin tenter) la technique réellement utilisée cette saison par les swans.

 

 Au passage, vous pouvez toujours me retrouver à chaque match sur Horsjeu.net pour la chant du cygne académie.

6 thoughts on “Swansea, mon amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.