mer. Nov 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

United Color of Football : portraits de gens en maillot de foot

4 min read

Guy Pichard est un photojournaliste qui s’est lancé dans un beau projet, celui d’exposer des portraits de gens en maillot de foot. A l’image des initiatives « Humans of …» il dresse des portraits, raconte les histoires des maillots et des personnes qui les portent. Au delà de l’intérêt esthétique, car Guy est un photographe talentueux qui rend des clichés forts par leur simplicité, leur candeur et leur vie ; ce sont ces amoureux du football qu’il est passionnant de découvrir au fil des histoires et des visages qui se succèdent chacun apportant un coup d’œil dans l’intimité du lien supporter-club. Mais le projet permet aussi de se rendre compte que la vie d’un maillot de foot peut être indépendante de l’appartenance à un club ou une nation en particulier, certains en font un habit civil, parfois c’est une question purement de goût, un cadeau, un souvenir, le maillot n’est pas l’apanage des seuls aficionados. Entre la France et le Brésil, Guy parcourt les rues, les cafés, les gens posent, discutent et ce moment de connexion sociale est immortalisé, une capsule temporelle.

 

Lorsque je lui demande ce qui l’a poussé à créer ce projet, il répond :

 

 C’est en voyageant à travers le Brésil que m’est venue cette idée. A force de croiser des gens affublés de toutes sortes de maillots, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire de tout ça. Ici, les personnes de toutes les couleurs et de tous les sexes sont vêtues de maillots, souvent d’équipes locales mais aussi du reste du monde, même si l’Europe a leur préférence… 

 

Guy qui se rend souvent au Brésil, traduit les textes accompagnant les images en portugais en plus du français et de l’anglais.

 

 

 

S’il réussit aussi à établir le lien avec ses modèles, c’est que Guy est également un passionné de football qui possède sa propre vision de ce sport :

 

 Je pense avoir une image assez romantique (ou désuète, c’est selon) du football. Le débat Messi/Ronaldo ou les frasques du PSG, c’est plutôt un repoussoir. A force d’aller au Royaume-Uni voir des matchs, j’ai peu à peu délaissé la Premier league pour les divisions inférieures. L’ambiance y est meilleur, le public plus populaire… car oui, j’adore l’idée d’un foot populaire, qui soude une communauté, qui la tire vers le haut. L’Europa League est quand même plus exotique que la Ligue des Champions… Le FC Sankt Pauli, le Celtic Glasgow ou la démocratie Corinthians sont à mes yeux tout ce qu’il y a de meilleur dans ce sport. Quand de la politique et du militantisme s’en mêlent, dans lune idée de tolérance, le football n’est alors pas clivant mais au contraire fédérateur. 

 

Sur les rencontres qui l’ont le plus marqué, il raconte cette anecdote :

 

J’ai récemment croisé un Brésilien à Rio de Janeiro qui depuis tout petit focalisait sur le maillot du Celtic Glasgow. Il a toujours voulu en trouver un, non sans mal, pour finalement décrocher un voyage scolaire en Espagne (!) et enfin parvenir à en trouver un ! Maillot qu’il porte aujourd’hui pour « les grandes occasions », comme une tenue de soirée en quelque sorte. C’est génial ! 

 

 

Lorsqu’on fait défiler les photos, on constate la grande diversité de genre, d’ethnique, d’âge et de classe sociale ; cependant, un point commun transparait, on remarque une certaine fierté commune d’afficher son maillot. Guy précise :

 

Il y a différents types de profils. Ceux qui sont chez eux et portent le maillot de l’équipe du coin, ceux qui adorent une équipe lointaine pour diverses raisons, ceux qui savent à peine ce qu’ils portent, ceux qui voyagent loin de chez eux en montrant fièrement leur maillot… Beaucoup d’entre eux sont en effet très fiers de porter leur maillot, ce qui est intéressant dans l’idée de porter plus qu’un vêtement. 

 

 

 

 

Le Brésil a connu un récent changement politique avec l’avènement de l’extrême droite, on ne peut s’empêcher de penser à la belle et lointaine époque de la démocratie corinthiane de Socrates ; je demande à Guy ce qu’il en pense et quelles conséquences cela aurait-il sur le football brésilien :

Le nouveau Président a une vision disons… particulière du football. Il a dû s’afficher avec un maillot de la moitié des équipes du championnat brésilien durant et lors du dernier titre de Palmeiras, il portait carrément le trophée de champions, comme ci il avait lui-même gagné le trophée. Difficile de prévoir si ce bouleversement politique va impacter le monde du ballon rond, mais son impact sur la société s’annonce important, donc avec l’effet de domino… Le foot brésilien a bien changé avec le temps. Il a été un formidable outil de contestation pendant la dictature avec Socrates mais aujourd’hui la grande majorité des joueurs brésiliens ont voté à l’extrême-droite. Seuls Juninho et Rai ont pendant la campagne émis des avis divergents… 

 

Pour finir, On parle de son club de cœur :

 

Je suis supporter L’En Avant de Guingamp ! Je suis même supporter-actionnaire, je trouve l’idée géniale… Je suis né pas loin, ma famille supporte le club, pas d’autre choix possible !

 

Pour découvrir le projet et le reste des portraits de Guy Pichard, visitez son compte Instagram

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.