dim. Sep 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Vincent Le Goff n’est plus un inconnu

4 min read

Le 17 juillet dernier, Lorient annonce sur son compte Twitter la venue d’un joueur inconnu. Classique de la part du FCL, qui sait recruter malin à moindre frais et réaliser de belles plus-values. Il s’agit d’un certain Vincent Le Goff, latéral gauche. Le Breton de naissance, comme son nom l’indique forcément, signe pour quatre ans dans l’anonymat le plus complet. Mais les supporters des Merlus au courant de cette signature sont déjà sceptiques. En dessous du tweet du FCL, on peut déjà y lire « c’est en attaque qu’il faut recruter… on a déjà le meilleur latéral gauche de Ligue 1 ». Pas faux. Les fans morbihannais peuvent se targuer d’avoir Raphaël Guerreiro dans leurs rangs et imaginent ainsi voir Le Goff en bon petit remplaçant. Ces derniers mois prouvent le contraire. Quoi ? Avant de voir comment Le Goff s’est installé dans le XI type de coach Ripoll, tu aimerais savoir comment il en est arrivé là ? Oui, tu as raison, c’est une bonne idée.

17-br7q4417

Natif de Quimper, le jeune du Finistère entre dans le centre de formation du FC Nantes. Pas mal. Malheureusement, Le Goff n’arrive pas à percer et n’intègre pas l’équipe première. Nous sommes en 2009, et le désormais Merlu signe alors à Laval après avoir effectué des essais à Vannes (Breton oblige) et Amiens. Mais en Mayenne, Vincent peine. Il galère, ne bénéficie que de peu de temps de jeu et passe le plus clair de son temps en réserve lavalloise. Alors, Le Goff décide de changer de club, sans forcément partir très loin. Direction La Vitréenne, entre Rennes et Laval. Le club évolue alors en CFA2 et le joueur commence à nourrir de sérieuses inquiétudes. « Là, j’avais pas mal de doutes. J’ai pensé faire une croix sur ce métier. En parallèle, j’ai repris des études de droit à Rennes. Je me suis clairement dit que c’était ma dernière chance » se rappelle Le Goff. Après une saison pleine, il grime d’un échelon en signant au Poiré-sur-Vie en National.

C’est à partir de ce moment qu’il descend d’un cran sur le terrain et passe latéral gauche, lui qui était un joueur à vocation offensive. « Latéral gauche, c’est un poste recherché, et ça me permet de mieux m’exprimer aussi, car je peux être face au jeu » admet Le Goff, plein de lucidité. Deux belles saisons en Vendée, et le néo-défenseur gauche est repéré par Istres. Voilà le premier (et seul jusqu’à présent) club de Le Goff pas situé à l’ouest de la France. Il découvre alors autre chose que les menhirs, Douarnenez et la presqu’île de Crozon. Mais il découvre surtout la Ligue 2 et participe aux 38 rencontres de la saison avec le club du 13. Après une année 2013-2014 très riche, un club toque à sa porte. On lui propose un maillot orange. « Pas encore Laval » a-t-il dû penser. Mais non, cette fois-ci, c’est Lorient et la Ligain qu’il s’apprête à découvrir à l’été 2014.

C’est là que vient l’analyse de sa première saison dans l’élite. Quand il arrive dans le Morbihan, Vincent Le Goff se met dans la peau d’un remplaçant. Sur le poste de latéral gauche, Raphaël Guerreiro semble indéboulonnable. Et son passé de milieu offensif ne peut guère lui servir non plus, Bryan Pelé, Maxime Barthelmé ou encore Gilles Sunu ayant plus d’expérience et de vécu pour tenir la position de milieu gauche dans le 4-4-2 lorientais. C’est d’ailleurs de cette manière dont débute la saison 2014-2015 de Le Goff. Vu du banc, il peut apercevoir le Portugais en DG avec, la plupart du temps, Bryan Pelé en MG. C’est à la 5e journée que Sylvain Ripoll, entouré de son staff, va avoir l’idée de titulariser Le Goff en défense avec Guerreiro devant lui. Mais à cette période, au mois de septembre, le FCL va mal et enchaîne quatre défaites de rang. Ce n’est pas le moment pour faire dans le farfelu et le coach revient à des schémas plus basiques et Vincent retourne sur la touche. Jusqu’au choc à domicile contre le Paris Saint-Germain. 12e journée, Lorient met à mal Paris, dans son Moustoir. Malgré la défaite (1-2), Ripoll a du être satisfait de la performance de son couloir gauche. Conséquence ? Depuis ce match du 1er novembre 2014, Le Goff n’est plus jamais sorti du XI de départ. Pour sa sixième titularisation d’affilée, le latéral inscrira même un but sur le terrain des Girondins de Bordeaux (3-2). Depuis, le Breton a fait son trou dans l’équipe-type des Merlus. De par sa régularité et son habileté à combiner avec Guerreiro sur le côté gauche, Le Goff convainc, sans faire grand bruit. A Lorient, Le Goff a enfin trouvé sa place. Et il n’est pas près de la lâcher. Désormais âgé de 25 ans, il compte bien s’installer en Ligain pour plusieurs années encore. D’ici là, on a envie de lui dire : « Da Bep Lec’h » comme on dit en breton… (Bon, en fait ça veut dire « Toutes directions », mais c’est une des seules phrases que je sais dire en breton).

1 thought on “Vincent Le Goff n’est plus un inconnu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.