dim. Sep 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Vis ma vie de footballeur universitaire – 2

8 min read

Vis ma vie de footballeur universitaire à Avignon: épisode 2.

Le football universitaire, ses matchs du lundi soir, ses mc-do d’après-match, cet univers qui marque ses études. On vit ses meilleurs moments footballistiques durant cette période, beaucoup vous le diront. Moi, j’ai déjà trois années derrière moi de football universitaire, alors je peux te dire que je connais tout et j’ai quasiment tout vu : l’arbitre qui ne vient pas, l’équipe adverse qui arrive 10 minutes en retard, l’équipe de potes ou le gardien passe stoppeur au bout de 70 minutes, l’équipe qui joue sa vie… etc.

On s’était arrêté il y a quasiment deux mois, fin septembre avec ce lundi de détection. Au fil des entrainements, on a pu faire connaissance, apprendre à se connaitre, même si l’effectif bougeait un peu en fonction des semaines. Avant tout, il faut présenter l’équipe.

 Le groupe est d’une vingtaine de joueurs, dont deux gardiens. Le premier est costaud, très bon sur sa ligne, tandis que le second est assez catastrophique. Il suffit que tu cadres pour que tu marques (non, ce n’est même pas exagéré). Du côté de la défense, la paire de centrale est solide, c’est du costaud, ils sont incontestable. En arrière droit, notre capitaine, ancien de Sainté est très bien dans son rôle et n’hésite pas à monter. L’arrière gauche est un peu plus une surprise, mais malgré les doutes, il s’avère plus que satisfaisant. En milieu défensif, on a joueur agressif sur le porteur de balle mais technique, qui est seul en 6, et qui se charge très bien de sa tâche. Sur les côtés, on a le vice-capitaine à gauche, un peu sanguin, mais très bon, un milieu droit solide et rapide, un 10 technique, limite petit con, et deux pointes, notre Gignac, un peu bourrin, et notre flèche qui n’hésite pas à faire le pressing. Sur le banc, on a le président des STAPS, fêtard de son état et taulier du vestiaire. On a aussi un tennisman, qui joue en attaque, pas très technique car arrivé au foot sur le tard, mais doté d’une vitesse époustouflante, on a un arrière gauche colombien, solide, on a un ailier espagnol, très rapide et technique et fan du Betis. Il nous reste sinon notre polyvalent et grand stoppeur/milieu défensif, notre grand black en attaque, et moi-même. Un mot sur le coach, prof de sport au collège de son état, et ancien joueur universitaire du côté de Rouen. Assez cool, mais il sait se montrer ferme. Une bonne chose.

 

Cette équipe s’est donc découverte au cours des entrainements, tous les lundis soirs du mois d’Octobre. Pour briser la glace, on pouvait compter sur les anciens, au nombre de 6 dans l’équipe. Les débuts furent quand même difficiles. Dès la 3e séance, l’un des stoppeurs est accusé d’un coup de coude volontaire par le gardien numéro 1. Faut dire qu’il était rentré chez lui avec un sacré cocard. La semaine suivante, le début de l’entrainement fut assez houleux, avec le vice-capitaine assez remonté contre le stoppeur. Cette mini-affaire aurait pu rendre l’esprit du groupe malsain, mais le coach, en bon médiateur a réussit à bien gérer l’affaire. Les entrainements ont surtout permis au coach de se faire une idée sur le onze titulaire qu’il comptait mettre en place pour les premiers matchs, début novembre. Il a pu ensuite tester cela sur deux entrainements, au cours d’une opposition titulaires/remplaçants. Cette opposition a pu mettre en valeur la qualité de l’équipe titulaire, mais les remplaçants se sont aussi mis en évidence, notamment le grand attaquant black, efficace devant les buts. C’est aussi à ce moment là que l’on s’est rendu compte que le gardien remplaçant était assez calamiteux. Le coach a aussi du même coup testé plusieurs tactiques. Un 3-5-2 d’abord. Mais pas grand monde ne pigeait sa tactique. Il est donc passé en 4-4-2 en losange, et de suite c’est plus efficace même si parfois au milieu c’est la panique quand le 6 n’est plus en place.

 

Pour parfaire la cohésion de groupe, on a organisé quelques trucs. La sortie macdo, ou la bonne ambiance est au rendez-vous. Le macdo est vite retourné. On a d’un côté ceux qui draguent tout ce qui a une paire de seins, et de l’autre, ceux qui chantent du Jean-Jacques Goldmann à pleine voix. Heureusement que le lundi soir à 22h, le macdo est quasi vide. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on ne s’ennuie pas. Ensuite, on a fait une petite sortie dans un bar un jeudi soir, pour les fameux jeudis soirs étudiants. Là encore, on s’est peu ennuyé. La faute au camp de ceux qui draguent tout ce qui bougent et à notre 10 venu en compagnie de 3 gonzesses. Seul point négatif, peu ont été au rendez-vous du jeudi soir. Après cette soirée, les choses sérieuses commençaient enfin avec le premier match venant le lundi suivant.

Comment se passent les matchs ? C’est simple. Les lundis soirs (en général), ce sont les matchs de championnat académiques contre les équipes suivantes : IUT Aix, Droits Aix, Sciences Eco Aix, Provence Aix, STAPS Marseille. Les jeudis après-midi, ce sont les matchs de championnat de France. L’année dernière, l’équipe était en Elite, le top niveau, mais la saison s’est finie sur une relégation. Cette année, ça sera donc la N2, avec deux matchs d’inter régions contre l’Université Montpellier 1, et contre Aix/Marseille. La saison débute donc en académique, un lundi soir de novembre contre une équipe de Sciences Eco d’Aix largement à notre portée. L’équipe type débute, mais en face, les aixois ne sont pas venus pour jouer tranquillement. C’est haché, et assez limite. A la mi-temps, on mène 1-0, but de notre Gignac sur une belle demi-volée, mais notre 6 est sortie sur blessure, tout comme notre ailier espagnol entré en jeu à sa place. Il y a largement la place de faire mieux, mais la maladresse nous empêche d’alourdir la marque. La seconde mi-temps sera du même standing, avec un nombre incroyable de ratés, et surtout encore des fautes vulgaires de la part des aixois. Notre coach manque d’emplâtrer un des aixois quand celui-ci découpe notre attaquant devant le banc de touche. La fin de match est tendue, mais la victoire est au bout et fait du bien au moral. Le jeu se met doucement en place. Rendez-vous est pris le lundi suivant pour le deuxième match de la saison contre l’IUT d’Aix, une équipe un ton au-dessus de Sciences Eco, et toujours à domicile. L’équipe qui débute est la même à une exception, notre 6 est laissé au repos en vu du match de championnat de France contre Aix/Marseille le jeudi suivant. Notre grand polyvalent est donc titularisé à sa place. Le match est plaisant à voir, l’équipe visiteuse joue au football et cela change un peu. Notre début de match est idéal,  on ouvre la marque sur une action d’école, centre en retrait + plat du pied, assez vite dans le match et ce sur notre premier occasion. Un second but arrive 15 minutes plus tard sur un but de renard. A la mi-temps, le score est de 2-0 donc. En seconde mi-temps, la faute à des exclusions temporaires, l’IUT domine, mais notre gardien tient la baraque. Enfin, en fin de match, une belle action collective vient plier le match,  3-0 score final.

Après ces deux matchs encourageants pour la suite, le premier match de championnat de France se profilait : Aix/Marseille, chez nous. Toujours sans nouvelle de nos tenues, nous allons jouer, comme pour les deux premiers matchs, avec des maillots basiques Kipsta, certains floqués avec du strap. Si ce n’est pas la classe ça ? Bref, gros match contre Aix/Marseille. Avignon et Aix/Marseille, ce n’est pas une franche amitié. Ces connards nous prennent de haut et du coup, on n’hésite pas à leur rentrer dans le lard. Surprise dans la compo. C’est bibi qui est dans les cages, le gardien titulaire étant forfait car malade. Pas de panique, j’ai l’habitude de ce genre de match. Sinon, la compo est classique. Comme annoncé, le début de match est tendu. On leur rentre dans le lard, mais un peu en retard. Conséquence, notre 6 prend un jaune au bout de cinq minutes, et du coup sort pour 10 minutes (oui, les jaunes sont sévères). Moment de panique de notre côté. On avait un peu de mal à entrer dans le match. Mais bizarrement, ces 10 minutes à 10 nous on fait du bien et nous ont permis de rentrer dans le match. Les meilleures occasions sont aussi pour nous, mais le cadre s’échappe, le manque d’efficacité de nos attaquants ressurgit. A la mi-temps, le score est de 0-0 et c’est mal payé. De mon côté, mis à part 2/3 sorties aériennes, rien  de bien inquiétant. Mais dans le foot, comme en universitaire, quand on a des occasions sans réussir à les concrétiser, on finit généralement par le payer. Alors qu’on dominait encore le match, une attaque placée d’Aix/Marseille finit au fond. Stupeur. Un bel une-deux côté gauche suivis d’un centre pour un joueur absolument seul au second poteau qui en profite pour armer une volée lucarne. On est mené 0-1 mais il reste du temps. Les occasions pour égaliser seront là, mais sans réussite encore, la faute à la maladresse de nos attaquants, ou aux bons retours des défenseurs ou au gardien faisant le boulot. A force de pousser et de trop se livrer, les visiteurs en profitent. Sur leur quasiment deuxième occasion, ils mettent le second à 10 minutes de la fin pour tuer le match. Un joueur plein axe arrive à se présenter seul face à moi, je repousse sa frappe mais un de ses coéquipiers à suivis et marque. Polémique sur le but, car l’arbitre de touche lève son drapeau, mais l’arbitre central ne le suit pas. Va s’en suivre une cacophonie et un énervement de notre part, avec les tacles assassins qui vont avec. Score final 0-2, et une qualification qui s’annonce donc compliqué.

D’ici la fin de l’année 2012, la fin des matchs aller en championnat académique vont venir, ainsi que le déplacement à Montpellier dans le cadre des championnats de France. Ainsi que la cérémonie des ambassadeurs de l’université, une nouveauté, avec un bel uniforme. Bientôt aussi, les photos des nouveaux maillots qui ne devraient pas tarder.

A suivre…

1 thought on “Vis ma vie de footballeur universitaire – 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.