sam. Sep 21st, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Interview-vérité de l’équipe TLMSF : Vice Is Football

6 min read

TLMSF, avant d’être ton site préféré, c’est une grande famille. Afin de mieux nous identifier, voici une rapide interview de chacun des membres de la Team.

Salut à toi collègue, tout d’abord quel est ton nom et ta spécialité pour TLMSF ?

Le nom de mon blog et de scène est ViceIsFootball, mais ma mère m’appelle Didier qui est en fait mon prénom. Ma spécialité sur TLMSF est la Premier League, avec chaque semaine un résumé de la journée qui se nomme « Un Week End dans la perfide Albion ».

Pourquoi as-tu voulu rejoindre l’équipe ?

Un jour, que je préparais un risotto aux cèpes, j’ai vu sur Twitter que TLMSF recherchait une plume pour revenir sur le week end anglais. Etant moi-même moitié anglais, moitié saxon, je me suis lancé. Face à ma prose sans égale, TLMSF s’est vu dans l’obligation de me recruter. Ils ont vu en moi la synthèse entre Shakespeare et Vinnie Jones, deux des plus grands personnages ayant servi la Reine.

Passons maintenant aux questions plus personnelles si tu le veux bien. Quel est ton club préféré ?

Mon club de cœur est l’Olympique de Marseille et en tant que pur parisien, je suis donc le parfait Footix. Malgré tout j’ai des circonstances atténuantes. Venant d’une famille où le foot a autant de place que le cricket  j’ai dû me faire ma propre éducation footballistique. Et m’étant éveillé au foot au début de l’air Tapie, j’ai été sous le charme des JPP, Di Meco et autre Chris Waddle. Comme un grand homme l’a dit : «On peut changer de religion, de femme mais jamais de club de foot ».  Enfin, dans le but d’émouvoir le lecteur, je suis né un 26 mai et en 93 l’OM m’a offert mon plus beau cadeau.

Le championnat qui te passionne le plus c’est lequel ?

Malgré ma passion pour la PL et la Serie A, mon championnat favori reste la Ligain.

Pourquoi ?

Pour pleins de raisons. D’abord je suis supporter de l’OM et bizarrement il ne joue pas la Bundesliga. Ensuite, la Ligain est un championnat d’esthètes où l’on a la chance de voir jouer des génies tels que Jordan Lotiès ou Djamel Bakar. Même si ça peut passer pour de la faiblesse c’est le championnat où la hiérarchie est la moins claire et chaque semaine, au niveau des résultats on est plus proche de la loterie que du résultat logique.

#LeFootballVrai c’est quoi pour toi ?

Pour moi, c’est hélas, une vision dont le foot actuel s’éloigne. C’est ce qui nous a, pour beaucoup d’entre nous, fait aimer le foot. C’est avant tout le foot du dimanche. Les matchs entre potes, la main courante, les terrains indigne même d’une CAN, les après matchs et les merguez frites, les crampons de 18 qu’on nettoie en fin de match, les déplacements dans des endroits improbables, les bagarres a deux balles pour des raisons qui nous sont encore inconnu… C’est aussi dans le foot pro des maillots moches mais dignes, des joueurs aux qualités incertaines mais qui aiment vraiment le foot (Vairelles, Rool, Saez, Llacer, Kastendeuch, Le Lan etc..), des exploits improbables en coupe de France, Guy Roux qui va chercher un ballon en tribune, les Ultras qui passent leur semaine à préparer des tifos, la joie de Pipo Inzaghi après chaque but marqué, celle de Giresse à Seville en 82… et tant d’autres choses. Ça fait un peu réac ce #FootballVrai mais si le foot se coupe complètement de sa base, il ne sera plus qu’un produit marketing parmi tant d’autres.  Il le sera encore plus en France, un pays qui n’aime pas vraiment le foot et n’a pas une culture foot aussi forte qu’en Angleterre ou en Italie. Il serait déjà bien que les footballeurs pro de la nouvelle génération aiment au moins le football, y jouer mais aussi s’intéresser à son histoire et regarder des matchs… Ça parait con mais c’est le minimum.

Le match qui t’a fait vibrer ?

Je ne parlerais ni de match de l’OM ni de l’EDF. Disons la finale de LDC Liverpool-Milan AC en 2005. J’ai de la sympathie pour les Reds et ce match était tout simplement superbe. Le 3-0 à la mi-temps pour Milan aurait tué beaucoup d’équipes mais pas les Reds. Revenir à 3-3, gagner aux tirs au but avec dans ses rangs Djimi Traoré est une sacrée performance. C’est le genre de match qui démontre que le foot est le sport le plus fort en émotions, le plus fou et le plus irrationnel.

Ton geste technique préféré ?

Le tacle glissé. J’étais défenseur central, mais j’ai beaucoup appris  d’Eric Di Meco, un latéral gauche, pour bien réaliser ce geste Il n’y a rien de plus beau qu’un tacle, en récupérant le ballon sans toucher l’adversaire. Après si l’adversaire vient avec ça reste beau. Après si on a que le joueur sans le ballon c’est dommage mais tant que l’intention est bonne…

Les conditions idéales pour regarder un match de foot ?

Le mieux reste bien sur le stade. Où que ce soit. Pour en avoir fait pas mal, mon meilleur souvenir reste le Monumental, le stade de River, pour un SuperClasico. Le match était merdique mais dans les tribunes c’était hors norme.

Après le canapé bière pizza avec des potes c’est pas mal aussi. La troisième option est bien entendu le bar. Plus il est glauque plus l’ambiance est bonne.

Joueur du dimanche ou squatteur du canapé ?

Je fus donc défenseur une bonne partie de ma vie, mais les blessures m’ont amené à squatter mon canapé. Mon niveau aussi il faut l’avouer. J’étais le mec qu’on décrit comme « dur sur l’homme », le défenseur type de Ligain.

Si tu ne devais avoir qu’un maillot, actuel, ce serait lequel ?

J’aime beaucoup l’OM moins ce que fait Adidas des maillots club. Le maillot extérieur est pas mal (le bleu) mais le seul #MaillotVrai qu’il reste dans le monde est pour moi celui de l’Angleterre. Le maillot Umbro domicile, polo blanc, classe, dandy… anglais en somme.

Et enfin, quel joueur t’a fait aimer le foot ?

Etant très vieux ma première image d’un footballeur est la main de Dieu. J’étais certes très très jeune (6 ans), mais ce petit mec m’a marqué. Je jouais déjà au foot et en le voyant j’ai eu envie de m’intéresser à ce sport. Il avait l’air de faire ma taille, il marque de la main et après il met le plus beau but de l’histoire. J’ai donc comme première idole Maradona. Il y a pire. Ensuite en supporter de l’OM, j’ai bien sur adoré Chris Waddle. Son style, sa décontraction et son amour du jeu. Si beaucoup de joueurs actuels ont l’air de bosser, lui jouait au sens propre du terme. Ces deux joueurs m’ont fait aimer le foot et en cadeau, ils m’ont offert une passion pour le foot anglais et argentin, ce qui fait de moi un Malouix. Ces deux pays qui se détestent, moi je les adule. J’aime leur football, la place qu’il a dans la société et la culture qui en découle.

Si tu as une éventuelle remarque, fais-toi plaisir.

Allez l’OM, vive viceisfootball.com et TLMLSF, que #LeFootballVrai nous sauve des crêtes, qu’une faille spatio-temporelle fasse disparaitre Jordan Ayew, que Mathieu Bodmer arrête de finir les assiettes de ses copains à la cantine, qu’Hugo Lloris et Didier Deschamps s’achètent des lèvres et qu’enfin on m’explique ce qu’il se passe d’aussi horrible les nuits au Havre pour que des jeunes fuient en taxi pour rejoindre Paris. Voilà pour moi.

 Vice Is Football, que vous pouvez également retrouver sur son blog ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.