mer. Nov 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

TLMSF interviewe Jonathan Benteke : « Similaire à Christian, mais pas tout à fait ! »

5 min read

Ce n’est pas toujours facile de s’appeler Benteke dans le monde du foot belge. Souvent perçu comme le « frère de« , Jonathan est bien plus que ça…

De la génération « foot de rue » à la D1 belge, il a gravi les échelons avec une vitesse et une aisance peu communes. Et s’il reste bien évidemment le frère cadet (20 ans cette année) de Christian, numéro 9 de Liverpool et des Diables Rouges, il est en train de se faire un prénom dans le milieu du foot belge, à Zulte-Waregem plus précisément.

JonathanBenteke2

Rencontre avec celui qui a ouvert son compteur but en D1 en début d’année, après avoir affolé le web avec cette splendide frappe en lucarne lorsqu’il évoluait en D2 à Visé.


 

Avant toute chose, comment se passe ta deuxième saison en D1 avec Zulte-Waregem ?

J.B. : « Elle se passe bien. Au debut c’était un peu difficile de ne plus vivre chez mes parents mais maintenant je suis bien installé à Waregem (ndlr : il est originaire de Liège). L’équipe tourne bien, on est cinquième, c’est bien, même si à titre personnel j’aimerais avoir plus de temps de jeu. »

Dans ce club, tu travailles au quotidien avec Franky Dury, un coach réputé pour faire du bon boulot et qui a refusé d’aller à Lille pour rester à Waregem ! Comment ça se passe avec lui au quotidien ?

J.B. : « C’est le coach qui m’a fait debuter en Division 1. Il nous pousse à travailler tous les jours, à ce qu’on se donne à fond à chaque entrainement. Il est dur avec les jeunes mais c’est pour notre bien, pour nous faire faire progresser. »

L’année dernière, tu as aussi côtoyer Thorgan Hazard. C’est décidément une histoire de petits frères à Zulte-Waregem puisque, pour ceux qui ne le sauraient pas, tu es évidemment le petit frère de Christian, l’attaquant de Liverpool et des Diables Rouges. Cette « étiquette » te donne-t-elle une pression supplémentaire ?

J.B. : « J’étais avec Kylian Hazard, c’est le petit frère à Thorgan encore ! Une pression, oui, mais elle est positive. Je sais que je dois faire plus d’efforts que les autres mais ça ne me derange pas du tout. Je travaille et j’avance à mon rythme, je sais que mon travail va payer. »

Comment ça se passe avec Christian ? Vous êtes fort proches ?

J.B. : « Ça se passe bien. Oui, on est fort proches, on se parle tous les jours ! Je suis tous ces matches et il suit tous mes matches. »

Pour les fêtes de fin d’année, c’est lui qui reviendra en Belgique ou toi qui ira le voir en Angleterre ?

J.B. : « J’irai le voir en Angleterre, car moi je suis en congé et lui a encore des matches pendant les fêtes de fin d’année. »

On dit de toi que tu es plus technique que lui. C’est vrai ? Comment décrirais-tu ton style de jeu ?

J.B. : « On a un style un peu similaire mais pas tout à fait. Je n’aime pas trop parler de moi, c’est mieux que vous veniez voir de vous-même ! (rires) »

Sur le plan sportif, tu as débuté ta carrière en D2, à Visé. A cette époque, le club était plongé dans beaucoup de problèmes et la gestion des Indonésiens n’a rien arrangé. Comment ça se passait avec eux ? Aviez-vous des contacts avec les Indonésiens ? Ca a dû être une année un peu galère, non ? A posteriori, as-tu des regrets d’avoir joué là-bas ?

J.B. : « Je n’ai jamais vu les Indonésiens, il y avait un intermédiaire qui était là pour eux. Mais malgré les difficultés, c’était une année enrichissante on va dire, j’y ai beaucoup appris. J’aurais voulu que cela se passe autrement mais en signant là-bas je ne savais pas ce qui allait se passer, d’autant qu’au début tout se passait bien. C’était avec les mauvais résultats que la situation a commencé à être difficile. Mais je n’ai pas de regret d’avoir joué là-bas. »

Tu avais déjà évolué à Visé en équipes d’âge, de même que tu as beaucoup joué au Standard. Quels souvenirs gardes-tu de ton passage dans l’Académie du Standard, réputée l’une des meilleures de Belgique ?

J.B. : « Tout était vraiment fait pour nous mettre dans les bonnes conditions. Que ce soit au niveau scolaire, transport, sportif, tout était fait pour qu’on progresse bien au foot tout en finissant l’école secondaire (ndlr : l’équivalent du BAC en Belgique). J’ai fait de U15 à U21 et j’ai beaucoup progressé la-bas. »

Tu es un garçon de la ville, de Liège. Tu as commencé le foot à Pierreuse, comme ton frère. Mais aussi au parc, dans la rue. Est-ce que tu revoies encore beaucoup de potes avec qui tu jouais à cette époque ?

J.B. : « Oui, de temps en temps, quand je rentre sur Liège. Mais je n’ai plus beaucoup le temps de jouer encore dans les parcs avec eux, car on s’entraine quasi tous les jours, ici, à Waregem. »

En dehors du football, qu’est-ce que tu aimes faire ?

J.B. : « Je me repose, je regarde des films, des reportages, des matches à la tv, je vais voir des amis, j’essaye d’apprendre les langues comme le néerlandais et l’anglais, etc… »

As-tu une chanson préféré dans ton iPod pour t’échauffer ? Qu’est-ce que tu écoutes avant un match pour te motiver ?

J.B. : « Non, pas spécialement. J’écoute du rap, de la musique religieuse pour me motiver. Je regarde aussi des videos d’attaquants. »

Si ta carrière de footballeur devait se terminer plus tôt que prévu, dans quel domaine aimerais-tu te reconvertir ?

J.B. : « Je retournerais à l’école ! Mais je ne sais pas encore ce que je ferai… »

Et enfin, pour finir, que peut-on te souhaiter pour la suite de cette saison ?

J.B. : « Tout d’abord être en bonne santé. Continuer à travailler, à progresser et avoir de bons résultats avec l’équipe. »

Un grand merci pour ta disponibilité Jonathan et une bonne suite de saison !

J.B. : « Merci à toi pour l’interviewe. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.