ven. Août 23rd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

TLMSF interviewe Makan Keita (Manchester 62) : « Surpris du niveau d’ici »

5 min read

Makan Keita a fait récemment connaissance avec le Rocher de Gibraltar. Ancien gardien de l’équipe C du Paris SG, ce franco-malien a décroché le poste de titulaire dans les cages du Manchester 62, en première division.

TLMSF a échangé avec ce jeune homme de 21 ans, motivé et déterminé, arborant fièrement son numéro 92 dans le dos.

Makan Keita, sous les couleurs du Manchester 62. Crédit image : Manchester 62
Makan Keita, sous les couleurs du Manchester 62. Crédit image : Manchester 62

Comment êtes-vous parvenu à rejoindre le Manchester 62 ?
Grâce à mon agent. Dani a pu me trouver ce club cinq jours avant la fin du mercato. Au Paris Saint-Germain, je n’avais pas le temps de jeu que je souhaitais, j’étais avec l’équipe C. Il y avait une bonne entente. Les anciens, comme on les appelle, étaient très présents, à nous conseiller sur notre jeu pour qu’on puisse progresser. Le groupe venait de remonter en DH et il était plus que soudé. Et nous avons eu un stage de préparation à Abbeville qui a pu rapprocher les nouveaux du groupe.

Malgré cela, vous n’étiez pas satisfait de votre temps de jeu.
Non. A vrai dire, j’étais le gardien numéro deux. Je jouais seulement lors des matchs amicaux. Cette situation durait depuis deux ans et, par rapport à mes ambitions, un gardien qui n’a pas de temps de jeu ne peut prétendre à jouer plus haut. Et le numéro un était plus vieux que moi, avec beaucoup plus d’expérience. Mais mon entraîneur, José Soares m’a bien aidé à tenir mentalement, durant cette période, comme le reste de l’équipe.

Quand j’ai rejoint Manchester cette saison, j’étais encore au PSG. Même si j’avais eu la possibilité de partir en essai, en France ou à l’étranger, j’étais pessimiste. Les clubs ne s’arrêtent pas sur un gardien qui a joué peu ou même pas du tout ! Donc mon agent a voulu me relancer à Gibraltar. Je suis tout à fait capable d’évoluer dans ce championnat. Mentalement, je suis plus que prêt.

Comment s’est passée votre arrivée sur le Rocher ?
Ça s’est très bien passé. J’ai été bien accueilli par le président et le staff. Je suis dans une équipe formidable qui m’aide à m’intégrer et à apprendre la langue chaque jour. J’ai quand même été surpris du niveau ici. Je ne m’attendais pas à ce que les équipes de Gibraltar jouent aussi bien. Pour moi, le niveau de la première division est l’équivalent du National, pour certaines équipes, et du CFA pour le reste. Ils posent beaucoup plus le ballon. C’est moins physique que ce que j’ai connu en France mais plus technique.

Est-ce que vous avez pu déjà nouer des liens avec vos coéquipiers ?
Oui oui ! Dès le début avec le défenseur Diego Pacheco ou l’attaquant Pablo Gutierez. Ils ont tout fait pour que je me sente chez moi. On rigole beaucoup sur ma façon de parler en espagnol. On a le même âge donc je me sens plus proche d’eux. Mais il y a également mes trois coéquipiers, Raul, Antonio Mier Diaz et José Antonio Dominguez, avec qui je vis. Ils sont là pour moi et me sortent un peu pour éviter que je me retrouve seul.

Makan Keita (en vert) s'interposant face à un attaquant contre le Gibraltar United. Tous droits réservés : Christopher Milan.
Makan Keita (en vert) s’interposant face à un attaquant de Gibraltar United. Tous droits réservés : Christopher Milan.

Vous êtes titulaire dans les cages de Manchester. Comment jugez-vous votre début de saison ?
Nous avons un bon collectif qui joue un bon football mais qui manque encore d’automatismes. Une semaine avant le début de la saison, nous avons eu un nouvel entraîneur, Gabino Rodriguez, ainsi qu’un nouvel assistant, Carlos Inarejos, qui ont apporté un autre style par rapport à l’ancien. Sur les deux premières rencontres du championnat, on aurait pu avoir les six points mais je pense qu’il y a eu des erreurs d’arbitrage. Après, c’est le football. C’est à nous de relever la tête pour qu’on puisse décrocher notre première victoire, contre l’Europa FC.

Vous avez été appelé par la sélection U20 du Mali non ?
Oui, c’était il y a deux ans pour des essais qui ce sont très bien passés. Je pensais qu’il y avait la possibilité d’aller à la CAN ou la Coupe du Monde de cette catégorie, mais le souci c’était mon temps de jeu. Donc, à l’heure d’aujourd’hui, je suis toujours en contact avec eux. Ils continuent de m’observer.

Avant d’évoluer au Paris SG, où avez-vous évolué ?
Avant Paris, j’ai joué sept ans au Montrouge FC, mais mes vrais débuts, ça a était dans ma ville, au COM Bagneux. C’est là où j’ai mes meilleurs souvenirs. Lors du tournoi de la ville, en moins de treize ans, je réussi à avoir le trophée de meilleur gardien. En finale, alors qu’on perdait 1-0, je sors un arrêt spectaculaire qui a fait rager mon équipe surtout l’un de mes amis, Ibou. A ce moment là, il m’insulte et, comme par hasard, deux minutes après, il marque le but de l’égalisation. Après les prolongations et les tirs au but, on gagne le tournoi et je me fais chahuter par toute mon équipe.

Gardien de but, ce fut toujours une passion ?
Non, pas du tout. Au début, j’étais milieu de terrain et un jour, le gardien était absent. J’ai voulu essayer et ça m’a plu de plonger, de me jeter en l’air. Donc j’ai continué ! Mon modèle est Steve Mandanda.

Derrière question, y’a-t-il un endroit que vous conseillerez à Gibraltar ?
Je vous conseille le Rocher avec les singes. C’est marrant d’y aller !

1 thought on “TLMSF interviewe Makan Keita (Manchester 62) : « Surpris du niveau d’ici »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.