sam. Nov 16th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Victor Valdès, Djuricic ou encore Ninis : d’où la Belgique tient ce regain d’attractivité ?

6 min read
TLMSF retourne au plat pays cette semaine alors que les Play-Offs se rapprochent. La bataille fait rage pour s’y qualifier et en Janvier les divers clubs de Jupiler Pro League se sont démenés sur le marché des transferts. Et ce ne sont pas notre anderlechtois Zett’ ou notre zébrée Yasmine qui vont vous dire le contraire. Le championnat belge a fait de belles prises que l’on va passer en revue. On en profitera surtout pour se poser la question sur les raisons de ces jolis coups.
ValdesRSCL
Victor Valdès et son incroyable palmarès au Standard. Qui l’eut cru?

Quoique l’on en pense, Victor Valdès est un énorme coup. Pour le Standard et pour la Jupiler League. Certes le gaillard ne jouait pas à ManU. Certes il n’est plus tout jeune et certes, oui, il n’est pas rare qu’il commette une boulette. Mais on n’a pas été titulaire plus de 500 fois (!!!) en match officiel pour le grand FC Barcelone de Guardiola par hasard. Les mauvaises langues corrigeront sans doute : « pas par hasard, mais par défaut ». Peut-être. N’empêche. C’est une solide carte de visite qui arrive là en JPL. Le genre de CV comme on en voit rarement. Le dernier de cette trempe ? Peut-être JPP, même si le garçon est passé par la Belgique au début de sa carrière. Non, il faut remonter encore plus loin… Bref, le cas Valdès est un coup sensationnel, le type qui fait vendre des maillots, des magazines, des interviewes. C’est un cas exceptionnel. Unique !
Mais le plus étonnant là-dedans, c’est qu’il n’est pas le seul joueur de calibre international à avoir rejoint la Belgique cet hiver. Djuricic et Ninis sont deux belles promesses du foot européen en quête d’un renouveau. Un peu comme Marko Marin la saison dernière. Et puis il y a Boussoufa. Je ne lui ai jamais trouvé quelque chose d’extraordinaire mais son salaire en Russie laisse supposer qu’on peut le ranger dans la catégorie des joueurs de classe européenne.

Mais la question, donc, c’est comment ces gars-là se sont retrouvé en Belgique ? La réponse me semble simple : Luciano D’Onofrio, Daniel Van Buyten, Mogi Bayat. Ces trois hommes ont un carnet d’adresse gigantesque et plus que bien fourni. Ils ont évidemment facilité la venue de tels joueurs. L’un en tant que grand ami du président d’Anderlecht, le second en tant que conseiller du président des Rouches, le troisième en tant qu’ancien dirigeant carolo et manager de joueur de plus en plus influent en Belgique comme en Europe. Et Boussoufa ? C’est le cas qui nous donne le dernier élément de la réponse : l’aura nouvelle (éphémère ?) du foot belge sur la scène européenne.

Grâce aux Diables Rouges qui laissent à penser que le niveau du foot belge est supérieur à ce qu’il est réellement. Grâce à Gand aussi. Si son parcours européen n’a surpris personne parmi nos analystes ici présents (cocorico !), il a bluffé plus d’un observateur en LDC… alors que Gand avait déjà attiré les projecteurs sur lui avec l’installation de son nouveau stade, considéré par certains comme l’un des plus beaux et des plus modernes d’Europe avec Bernabeu à Madrid et l’Allianz Arena de Munich. Bref : le foot belge bénéficie à l’heure actuel d’un certain « effet de mode ». Un effet qu’une élimination précoce des Diables à l’Euro pourrait rapidement ternir. Mais un effet qui devrait quand même permettre aux clubs belges d’essayer de redresser un peu la barre sur la scène européenne avec, désormais, des joueurs de ce niveau qui sont de plus en plus nombreux à fouler les pelouses de JPL…


filip-djuricicrsc-anderlecht
Filip Djuricic, nouveau fer de lance d’Anderlecht?
Je pense qu’il y a pas 1000 réponses à ça, ils voulaient tous voir de leurs propres yeux le dernier match du grand Olivier Deschacht et pouvoir raconter sa fin de carrière à leurs enfants. Pas de bol, il a prolongé.
J’imagine qu’il y a plusieurs raisons à cela, la principale étant les résultats des Diables à l’étranger. Ironie du sort, peu d’entres eux ont explosé ici avant de s’exiler et de conquérir le monde mais ça, les joueurs ne le savent souvent pas. Au moins les Diables auront permis de replacer la Belgique sur la carte, et dans l’inconscient des suiveurs du foot, d’y associer le championnat. Tous les ans, on peut aisément pointer une dizaine de joueurs partant vers un (plus) grand championnat, pour des sommes très variables certes, mais quand même. On parle toujours de De Bruyne, Courtois ou Lukaku, mais il y en a d’autres.
Des mecs comme Perisic ou Bacca ont réellement commencé leur carrière ici et aujourd’hui n’ont pas à se plaindre. Et les joueurs, ben ils parlent entre eux ma petite dame ! Donc la Jupiler Pro (j’y tiens) League est un bon tremplin pour (re)lancer sa carrière.
Djuricic a un talent certain mais a été miné par des blessures, Valdès ça lui fait un city trip en attendant de se libérer d’United, et Ninis bah on sait pas trop, mais c’est sûrement Mogi Bayat qui est derière tout ça, et il est fort le mec. Déjà cet été, Okaka avait eu le même raisonnement. Et juste avant le mercato, Gand se sort de son groupe alors qu’on ne leur donnait aucune chance (coucou l’OL) ! Cela ne peut pas être un hasard… La saison dernière déjà, le beau parcours Brugeois en Europa Ligue avait fait une bonne publicité à nos contrées.
On avait d’ailleurs déjà connu cela il y a quelques années, quand Luciano D’Onofrio faisait parler ses contacts et que les Portugais Conceiçao et Sa Pinto sont venus terminer leur carrière au Standard. Maintenant il faut que les clubs profitent de ce renouveau pour investir convenablement et faire quelques résultats en Europe, pour vraiment s’installer dans le « sub top » européen et ne plus replonger dans les catacombes des championnats d’Europe.

Ninis
Sotiris Ninis, un expoir en quête de rédemption.

Yasmine :

La coupe nationale qui porte le nom d’une marque de chips, le championnat sponsorisée par une marque de bières, tu m’étonnes que notre compétition attire de nouveau des gros noms. Plus sérieusement, notre fabuleuse Jupiler Pro League est une vitrine pour se relancer.

Comme pour Sotiris Ninis, ex-Pana et Parme, venu chercher du temps de jeu à Charleroi. Le Sporting a réalisé une affaire en or avec ce joueur d’expérience et talentueux qui a déjà été décisif. Le fait qu’un de ses ex-coéquipiers (Stergos Marinos) joue à Charleroi et l’ait convaincu de le rejoindre a également facilité ce transfert inattendu. Idem pour Victor Valdès, cireur de banc à Old Trafford, venu se refaire une santé au Standard (je n’ai toujours pas compris pourquoi ni comment mais soit).

Notre JPL permet aussi à de jeunes talents d’éclater et de se faire remarquer par de grandes équipes étrangères ; Thorgan Hazard à Zulte-Waregem, Jordan Lukaku à Ostende, De Bruyne et Courtois à Genk. Et peut-être Cristian Benavente, formé au Réal Madrid, deuxième gros transfert de Charleroi.

Ensuite, les équipes belges engagées sur la scène européenne n’ont pas eu à rougir de leurs performances, loin de là. En particulier Gand, petit poucet de la Champions League, qui a tenu le choc et fait le jeu face au Zénit, Lyon et Valence. Alors que la plupart des « experts » à travers l’Europe pensait qu’il ne faudrait pas compter sur Gand, les voilà en huitièmes de finale. De quoi attirer l’attention sur notre JPL de rêve. Soulignons aussi le beau parcours de Bruges la saison passée en Europa League, éliminé en quarts de finale par le finaliste, le Dnipro.

Ces bons résultats réalisés par les clubs, poussent leur ambition toujours plus haut. Les clubs sont désireux de grandir, leurs directions souhaitent aller de l’avant et veulent donc attirer de beaux noms. On peut citer par exemple, Alexander Buttner à Anderlecht.

En plus de cette belle représentation sur la scène européenne, nos Diables Rouges enchaînent les bonnes performances. Même si la majorité des joueurs jouent dans des championnats étrangers, les frères de ceux-ci sont souvent restés en Belgique (ou y sont encore; Lukaku, Benteke) ce qui a donc mis un coup de projecteur sur notre compétition.

1 thought on “Victor Valdès, Djuricic ou encore Ninis : d’où la Belgique tient ce regain d’attractivité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.