ven. Mai 24th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Débats de Belgique : Le Standard de Liège en crise, d’où vient le mal ?

11 min read

Après un peu plus de deux mois de championnat et alors que les compétitions européennes ont débuté, on accueille de nouveau les débats belges pour cette fois traiter des affaires internes au plat pays. .

Refaisons les présentations de la joyeuse bande. Honneur à nos invités tout d’abord. On souhaite la bienvenue à Jean Marie Pfouff qui tient par ailleurs la Jup’ Académie chez les copaings de HorsJeu.net, ainsi qu’à Yasmine qui porte Charleroi dans son cœur (qui ne sera pas des nôtres cette semaine malheureusement) et Zett’ qui de son côté voue un culte sans faille à Anderlecht depuis le passage de Pär Zetterberg. Quand à nos deux autres intervenants vous les retrouverez encore plus régulièrement sur TLMSF puisque nos amis Lothar Chullo et Lika le Rouche s’occuperont de vous faire des points réguliers sur la JPL et le Championship anglais tout au long de cette saison en plus de ces débats.

Cette semaine c’est deux débats qui nous attendent. Au sujet de deux équipes qui ne sont pas en Europe et qui connaissent des trajectoires aussi différentes que surprenantes. L’une est tout en haut, l’autre tout en bas, et on aurait plus parié sur des positions inversées. Après avoir traité d’Ostende, l’actuel leader de la Jupiler Pro League, essayons de comprendre ce qui est à ce jour LA déception de ce début de championnat :

Le Standard de Liège en crise, d’où vient le mal ?

standard1
Comment se sortir de cette mélasse? (Crédits photo: Photo News)

@Zett21 : Mon avis sur la question ne sera pas très long et probablement pas très éclairé. Je n’ai malheureusement pas le temps de suivre la saga du bord de Meuse et ma connaissance des dossiers étant assez limitée, je ne voudrais pas dire n’importe quoi. Néanmoins on assiste quand même à un beau bordel qu’on croyait uniquement possible dans le monde amateur. Des entraîneurs qui défilent, un président qui s’est cassé avec son argent, des joueurs qui paient leur entraîneur, des capitaines/hommes forts qui ne tiennent pas du tout leur rang, des recrues qui parlent déjà beaucoup .. C’est le grand festival du n’importe quoi.

J’ai également du mal à croire que le nouveau président, Venanzi, fasse mine de découvrir tout cela. Il était quand même vice-président sous Duchatelet, je n’imagine pas une seconde qu’il était totalement écarté de tout ce qu’il se passait en interne. Anyway, ils ont volé Ferrera à St-Trond et ça, ça ne me plait pas en tant que supporter mauve. Et je m’interroge sur l’apport que pourrait avoir van Buyten. Devenu presque héros national suite à la dernière Coupe du Monde et son désormais fameux « ça fait chier », on oublie que ça sera sa première véritable expérience en tant que dirigeant. Et quid de Lawaré dans tout ça ? Déjà que j’ai pas bien compris à quoi il a servi jusqu’ici. D’un point de vue strictement « supporter », le Standard 15eme me ravit forcément. D’un point de vue un peu plus réfléchi, j’ai envie de dire, c’est quoi ce bordel ? Il faudra sans doute du temps pour redresser la barre sportivement et surtout « intérieurement », et j’imagine qu’il sera trop tard pour prétendre à quoi que ce soit cette année. Mais c’est peut-être un mal pour un bien, une mauvaise saison remettrait en doute les cadres du vestiaire, si c’est pas déjà fait, et le club sera prêt pour un nouveau départ. En division 2. 


@LotharChullo : Le mal est profond et son origine très diverse. On pourrait débattre des heures, toujours est-il que la principale raison de ce malaise demeure, selon moi, une complète désorganisation du petit microcosme que forme le Standard de Liège : chacun joue désormais au pompier de service, mais sans en avoir les qualifications ! Désormais, au Standard, ce sont les supporters qui dirigent (en réclamant la tête de Muslin pour le fantasme Gerets), les joueurs qui entraînent (en choisissant le système de jeu), les dirigeants qui supportent (en agissant sans réserve, sans sens des responsabilités, sans intelligence même, dans la précipitation, selon ses émotions). Bref : c’est devenu un gros, gros foutoir, dans lequel le nouveau coach Yannick Ferrera jouit d’un capital sympathie bien légitime mais qui risque de fondre comme neige au soleil ! Et si le cadet de la fratrie Ferrera a certainement les qualités pour coacher un grand club, la solution aurait sans doute été de choisir une solution intermédiaire : une grande gueule qui aurait mis de l’ordre dans le vestiaire. Sauf que pour que ça marche, il aurait fallu également mettre de l’ordre dans les tribunes et, surtout et avant tout, au sein d’une direction complètement dépassée qui fait finalement regretter l’époque Duchâtelet aux plus ardents opposants à ce-dernier. Vous parlez d’un comble…
Cela dit, une idée en passant : le Standard serait selon son président en proie à des soucis financiers ; or tout le monde sait que la 15e place sera synonyme cette saison de maintient acquis et d’une saison clôturée dès le 30 mars ! De quoi économiser toutes les primes éventuelles de PO et préparer tranquillement la saison suivante. Et si tout ça était calculé ?? Ou pas !

standardferrera
Yannick Ferrera est attendu comme le messie, mais le travail sera long… (Crédits photo: LaLibre.be)

@JMPfouff : La saison dernière, le Standard n’était pas rassurant défensivement mais était sauvé par le talent des joueurs plus offensifs. À défaut d’une réelle qualité de jeu, le talent individuel a suffi à accrocher une place européenne. Cet été, le Standard a perdu ses 5 meilleurs joueurs offensifs (De Camargo, Mujangi Bia, Ezekiel, Carcela, Mpoku). Tout ce secteur a donc été changé, avec plus ou moins de succès. Aucun automatisme convaincant ne se crée pour le moment.

L’été 2015 a aussi vu un changement de direction. Adieu le légendaire Duchâtelet, bonjour Venanzi. Le problème est qu’en l’absence de fonds suffisant, le nouveau président a accepté que l’ancien aille prendre 10M€ dans les caisses du club. Le Standard de Liège a donc très peu de fonds propres (Venanzi parlait de 2M€ le mois dernier) et l’argent dégagé par les départs a servi à recruter leurs remplaçants (notamment 1,8M€ pour Santini, 2,2M€ pour Yattara, 800 000 € pour Emond). Et donc au final, si le Standard a réduit considérablement son effectif pléthorique (plus de 45 joueurs sous contrat la saison dernière) et à baisser sa masse salariale, elle n’a aucunement renforcé ses points faibles : le gardien est toujours irrégulier, la défense est toujours aussi décevante (et mal protégée, qui plus est). Étant donné que le secteur offensif n’est toujours pas au point, le Standard arrive chaque semaine à repousser un peu plus les limites de la médiocrité.

La crise a déjà eu raison d’un entraîneur : Slavo Muslin, déjà peu compétent à la base, s’est fait virer après 5 semaines de compétition. Jamais soutenu par ses dirigeants qui ne l’ont pas écouté sur ses demandes durant le mercato, l’élimination prématurée en Coupe d’Europe contre Molde a eu raison du Serbe.

Enfin, Venanzi s’est aussi planté sur sa communication. Après avoir déclaré dans la presse que la saison dernière, un joueur avait payé son entraîneur pour jouer (sans citer ni l’un, ni l’autre), la pression sur le club s’est accrue. Sans pouvoir apporter de preuves, il a porté plainte de manière à ce qu’une enquête indépendante soit menée.


Yasmine : Changement de président et d’entraîneur, élimination de l’Europa League, déclarations chocs dans les médias, le début de saison du Standard est loin d’être facile. Avant-dernier du championnat avant le match contre Westerlo, lanterne rouge, il serait peut-être temps que le déclic se produise.

Une mauvaise communication.

Au début de saison, Venanzi déclare qu’il veut un titre tous les deux ans et de préférence, le championnat. Dans la foulée, il lâche une bombe avec l’affaire de pots-de-vin impliquant un joueur et un entraineur. Il y a quelques semaines, c’est au tour de Ferrera de tailler certains de ses joueurs dans la presse. Plus la situation sportive du Standard empire, plus certaines personnes du club s’étalent dans les médias. Ces déclarations sont une mauvaise chose pour le groupe et risquent, si ce n’est déjà fait, de créer des tensions dans le vestiaire.

Un mauvais mercato.

Beaucoup de départs et d’arrivées mais qualitativement pas équivalents. Certains transferts ne connaissant pas le D1 belge, il leurs a fallu un temps d’adaptation. Quand on voit ses statistiques, Anthony Knockaert ne s’en ai pas trop mal sorti mais est trop individualiste, ce qui ne passe pas du tout avec Ferrera. Quant à Yattara, acheté pour 2 millions à Lyon cet été, il a été prié de faire un tour en tribunes avant d’être sur la feuille de match face à Genk. Santini, titulaire 4 fois n’a marqué qu’un seul goal en championnat.

Les deux prochains matchs seront capitaux pour le Standard, notamment le derby wallon, car Charleroi a la fâcheuse habitude de relancer les équipes malades.


standardtifodead
Bientôt « Red AND dead » ?

Lika : De mémoire, je ne me souviens pas d’un Standard si bas après autant de journées (mais bon ma mémoire aussi…). Cette situation est très difficile a vivre pour un supporter, et en particulier pour moi après cette défaite à Genk. Mais elle est « facilement » compréhensible. Il y a beaucoup de choses qui ne vont pas au club, et on a l’impression que chaque nouvel évènement est fait pour nous faire encore plus mal, les bonnes nouvelles se font trop rare. Voila ce qui, pour moi, ne va pas actuellement :

– Les joueurs : certains joueurs, depuis l’année passée et même avant ne sont tout simplement pas au niveau. L’exemple le plus frappant est Jelle Van Damme.
Ce pseudo capitaine est à la ramasse depuis des mois mais, de par son statut, survit aux changements d’entraîneurs et cette saison avec une chance légendaire (Muslin qui n’est pas content de la préparation d’Andrade, blessure et suspension). Ce joueur n’assume aucune de ses responsabilités, ne parle pas aux joueurs sur le terrain, n’est pas le relais de l’entraîneur et ne s’exprime pas en après-match. Qui fait tout ça ? Trébel.

Après il n’y a pas que Van Damme qui est à la ramasse. Yohann Thuram est l’ombre de lui même (et ce n’était déja pas très brillant). La paire centrale censée être « titulaire », TeixeiraScholz, n’a pas encore joué ensemble depuis le début de la saison, Teixeira s’était blessé pendant la préparation et Scholz s’est blessé au tout début de saison. La paire Teixeira – Dino Arslanagic ne fonctionne pas. Et pour en rajouter une couche, Dino est dans un creu énorme.

Plus haut sur le terrain nous avons Sambou Yatabaré, après 2 fois 20 minutes jouées je ne veux déja plus le voir au milieu tellement ce joueur n’a aucune des qualité pour jouer à ce poste. Kasmi, El Messaoudi, Legear, Rochina, les frères De Sart sont trop peu utilisé par rapport au rendement de leur concurrent. Anthony Knockaert est un super joueur, mais il force en solo et les équipes s’en rendent vite compte. Devant, Santini score quand il a des ballons et Emond travaille, ce sont les deux seuls joueurs à qui je n’ai pas grand chose à dire, avec Brûls et Dossevi.

Sur un noyau de 30 joueurs 10 n’ont rien à faire en équipe première. Heureusement certains sont en prêt. Mais un nettoyage réfléchi sera une obligation, et si c’est pas dès cet hiver, ça sera pour l’été prochain.

– La direction : Bien sur, les joueurs ne sont pas la seules causes de cette 15ème place. Cela va peut-être paraître étonnant, tant j’ai fêté le départ de Roland Duchatelet et l’arrivée de Venanzi, mais depuis des erreurs sont commises, en boucle. Un président bien trop présent dans les médias, et qui fait qu’à chaque fois le club en ressort encore plus enfoncé (affaire du joueur qui payait pour jouer, opinions en tout genres, déclarations sur le club et son ancienne gestion). Un directeur sportif (Axel Lawarée) hors sujet ce qui mène au prochaine point : une fin de mercato catastrophique ! La perte de Mujangi Bia était attendue, prévue, mais le club l’a prêté, donc pas de rentrée directe d’argent, donc pas de successeur. Du coup prêts en urgence de Yatabaré (à un poste ou les places sont plus que doublées) et Dossevi (en remplacement de Bia).

Tout cela fait que le club apparaît sans aucune perspective sur le moyen terme. Les contrats sont de courtes durées, et des joueurs qui méritaient une chance sont envoyés en prêt ailleurs (Milosevic, Marquet et Mbombo).

Et puis il se pourrait que Venanzi n’ait pas les reins si solides. J’ai lu, vite fait, des rumeurs comme quoi la vente du club pourrait être annulée et que Venanzi serait à la recherche d’investisseurs car ils n’aurait pas les fonds (ce qui me semble étrange et à prendre avec des pincettes). C’est toutefois inquiétant pour quelqu’un qui a repris le club il y a 4 mois…

Bref. Ce n’est que la partie émergée de ce qui ne vas pas, le club communique mal, joue mal et la petite trêve de deux semaines sera, je l’espère, bénéfique pour le groupe. Hormis le Derby Wallon, le mois d’Octobre semble abordable, et un 9/12 au niveau comptable est un minimum si le club veut tout doucement sortir de la crise sportive. Et après le sportif, il faudra résoudre tout les problèmes dans le club. Mais cela prendra plus de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.