ven. Nov 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Débat Ligue 1 #3 : Faut-il autoriser l’arbitrage vidéo en Ligue 1?

5 min read

Après le début de la compétition et après que les équipes se soient stabilisées, profitons de cette trève internationale pour débattre sur notre chère Ligue 1.

Pour ce championnat si particulier, nous avons de faire les choses en très grand en ramenant 1 fan de chaque club ou presque (on cherche toujours Montpellier, Reims, Lorient, Angers et le Gazélec).

Faites donc place à FronceFatbool (Bastia), Scipionista (Bordeaux), La SM Académie (Caen), Gwen Tagrenmer (Guingamp), Jean le Vrai (Lille), Tristan Furious (Lyon), Sash (Marseille), Socrates Doutor (Monaco), Donass (Nantes), BobbyPSFC (Nice), Abdelinho(PSG), Hinho (Rennes), Adrien D42 (Saint Etienne), PantxiDurex (Toulouse) et Henri_IV (Troyes).

Pour le premier débat de cette semaine, nous nous sommes posé la traditionnelle question de l’arbitrage vidéo en Ligue 1.

France

Sash : C’est une vraie question, d’un côté l’arbitrage vidéo peut vraiment être une aide pour les arbitres, et résoudre des cas très litigieux. De l’autre, on perd toute spontanéité dans le football. Déjà qu’un match arrêté toutes les trente secondes par un arbitre qui siffle tout est insupportable mais si en plus à chaque fois on utilise la vidéo, le match va durer 2h30. Il faut choisir les cas dans lesquels la vidéo peut être utilisée (mains dans la surface, etc.), et il ne faut surtout pas que ça devienne une obsession.

Henri IV : Petit rappel : l’arbitrage vidéo a vu le jour le 9 juillet 2006 à Berlin. 8 ans plus tard, la « goal line technology » a été mise en place lors de la Coupe du Monde au Brésil. Je pense que cette avancée ne peut que faire avancer les choses. En effet, l’interprétation de l’arbitre n’a pas lieu d’être : soit la balle a entièrement franchi la ligne, soit non. En revanche, comment utiliser la vidéo pour d’autres aspects du jeu ? Là où l’interprétation de l’arbitre est mise à contribution (fautes, mains…), la vidéo ne servirait pas. Tout le monde a déjà débattu des heures après un match afin de commenter une décision litigieuse de l’arbitre. La seule conclusion à en tirer : la vidéo ne fait en rien avancer les choses sur certains points.

glt

Exemple : Sur cette image, imaginons une frappe violente qui tape la barre et frappe le sol telle quelle, façon Angleterre 66. La Goal Line Technology indiquerait à l’arbitre que le ballon n’a pas franchi entièrement la ligne et qu’il n’y a pas but. Chose invisible à l’œil nu sur le coup. (La balle est derrière la ligne au sol mais la sphère du ballon touche la ligne dans l’air = pas sortie)

Gwen : Y’avait peno sur Henry contre le Portugal en 2006 ? Dans le fond je ne serais pas contre de percer à jour les tricheurs mais ce qui me dérange le plus c’est l’interprétation, la perception d’un fait de jeu. On mettrait dix personnes à regarder le dernier penalty obtenu lors d’une sortie malheureuse d’un gardien dans les pieds de l’attaquant, cinq personnes trouveraient qu’il tombe avant d’être touché, cinq autres penseraient qu’il a bien été touché. Ensuite le ralenti a un côté pervers, il fausse l’interprétation d’un fait de jeu en accentuant les contacts, les chocs (avec des impacts « slow-motion ») mais minimise la vitesse, facteur important lors d’un tirage de maillot pour pouvoir définir si oui ou non ça a déstabilisé le joueur. Non vraiment, rien ne vaut un ressenti à chaud. Et puis, on a tous un amour inavoué pour un roublard dans la surface que ce soit Ravanelli, Valbuena ou bien Drogba. Laissons la vidéo aux sports en mal de caractère.

Fronce Fatbool : La question ne se pose même pas… Il paraît évident que l’évolution de ce sport passe par cet aspect. Nous avons de plus en plus de technologie autour de nous alors foutre trois mec dans une salle fermée qui regarde les actions litigeuses et en informe l’arbitre en temps réel, ça ne me paraît pas si compliqué que cela à mettre en place. Bon après on pourra plus râler pour un arbitrage de merde, du coup je suis mitigé sur la réponse !

Hinho : Oui, mais à quel prix ? Perso je ne suis pas à 100% pour, il n’y a qu’à voir simplement la Coupe du Monde de Rugby en ce moment, il y a de la vidéo à tous les matchs, sur-utilisée par les arbitres, qui parfois l’analysent pendant 5 minutes, sans être certain que leur décision est bonne, on est comme des cons devant notre télé à attendre, et au final on décroche… Plomber le rythme d’un match, je ne suis pas pour. En revanche, l’utiliser pour valider un but injustement refusé pour HJ, ou pour dire si oui ou non il y a pénalty, pourquoi pas, mais là encore, c’est sans compter sur les débats interminables qu’on peut trouver partout après les matchs, et il y a rarement consensus autour de la décision à prendre…

Cyril : Personnellement, je suis assez partagé à ce sujet. D’un coté, ça pourrait permettre aux arbitres de se libérer du poids de certaines décisions et faits de jeu déterminants lors d’un match (penalty, geste dangereux). L’aspect négatif serait de voir se développer une dérive comparable à celle qui touche le rugby, où l’arbitrage vidéo est utilisé à tort et à travers, et dans lequel l’arbitre se décharge de toute responsabilité. Si c’est pour se taper des matchs avec plus de 25 minutes d’arrêts de jeu consécutifs à l’arbitrage vidéo, non merci. De même, certains faits de jeu ne pourront être solutionnés par l’arbitrage vidéo : dans le cas d’une main dans la surface, difficile de juger l’intentionnalité avec cet outil.

Socrates : Oui. Je comprends l’argument des ‘anti-vidéo’ convaincus qui avancent l’argument selon lequel on s’éloignerait de l’essence même du sport en utilisant la vidéo. Mais c’est un peu se voiler la face. Trop d’enjeux, trop d’argent sur la table, et impossible de faire machine arrière. Après, le but est de cadrer tout cela. Sur la ligne de but déjà, et sur les hors-jeu. Dans ce cas, le corps arbitral pourrait faire appel à la vidéo uniquement si un doute subsiste.

Adrien : L’arbitrage vidéo dans le foot est un éternel débat. Après, il y aura toujours les pour et les contres. Faut-il vraiment l’arbitrage vidéo en L1 ? Oui et non. Oui pour la goal line technology qui permet de déterminer si le ballon est entré ou non, voir pourquoi pas utiliser la vidéo uniquement pour les penalty pour déterminer si un joueur simule. Mais d’un autre coté, trop de vidéos tue la vidéo et il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse (comme dans le rugby) ce qui hacherait beaucoup trop le jeu et qui rendrait un match moins agréable a regarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.