mar. Oct 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Du mieux mais il y a encore du travail – rétrospective Bundesliga 2018/19

4 min read

Le Bayern : un doublé en trompe-l’œil

Les inquiétudes concernant le futur du foot allemand sont partiellement estompées mais seulement partiellement. Le constat qui prédomine est le suivant : malgré une équipe vieillissante, le Bayern a gagné son 7ème Meisterschaft consécutif ce qui reste inquiétant pour un championnat qui se veut compétitif. Le Bayern eut un début de saison mitigé avec 2 séries de 3 matches sans victoire (dont une pendant l’Oktoberfest, ironie du sort) et accusait un retard inhabituel sur Dortmund à la trêve (6 points ce qui n’est pas énorme) mais pu le rattraper grâce à une 2ème partie de saison dont lui seul a le secret (13 victoires en 17 matches !) pour coiffer Dortmund sur le poteau.

Mais là n’est pas toute l’histoire. Le Bayern a terrassé le BvB à la maison le 6 Avril sans bien jouer et s’est logiquement fait sortir par Liverpool en 8èmes de finale de la Ligue des Champions tout comme toutes les autres équipes du pays (ce qui n’était pas arrivé depuis la saison 2005/06 !). Cela reste un affront pour ce club qui se veut challenger de la coupe aux grandes oreilles mais qui, soyons francs, est loin de l’être aujourd’hui. La reconstruction ne fait que débuter.

Ribéry et le Bayern ont encore brillé cette année en Bundesliga

Le reste du top 4 : une réussite

J’avais écrit il y a un an que la somme des équipes ayant terminé 2ème, 3ème & 4ème la saison dernière était le plus faible depuis la réunification (173). Le même calcul pour cette saison nous donne le meilleur total (200). C’est peu dire que d’affirmer que les poursuivants du Bayern se sont retroussés les manches et nous ont offert du beau jeu, des buts et du suspense jusqu’au bout (Leverkusen qui double Gladbach à la dernière journée pour retrouver la LdC).

Dortmund a produit un jeu sensationnel mais seulement pendant une partie de saison. Les chiffres sont peu parlants (8 points de moins lors de la 2ème partie de saison que pendant la 1ère) mais la créativité, le jeu et la finition ont tous baissé en 2019.

Favre a commis les erreurs suivantes :

  • Il a refusé de faire de Paco Alcacer son titulaire indiscutable devant alors qu’il a terminé avec un meilleur ratio buts/minute que Lewandowski (67 contre 134 !) ;
  • Il a insisté de faire jouer Diallo arrière gauche alors qu’il avait Schmelzer sur le banc la majorité du temps (je sais que le Marcel vieillit mais au moins c’est un arrière gauche, lui. Diallo n’offrait que dalle offensivement) ;
  • Il a trop souvent fait jouer Götze en faux 9 alors que ça n’a jamais été son poste ;
  • Ses compétences en communication étaient souvent désastreuses (très faible protection de ses joueurs après une faible performance) ce qui n’augure rien de bon même avec de meilleurs joueurs (petit clin d’œil à messieurs Brandt & Hazard).

Le Red Bull Leipzig a simplement mieux performé en 2018/19 sans l’achat de nouveaux joueurs en particulier : les performances individuelles étaient correctes mais le collectif s’est transcendé. Enfin, le Bayer Leverkusen a continué sur sa lancée de la saison dernière emmené par des grosses performances de Brandt & Havertz.

Le maintien : on reste sur notre faim !

On aurait pu le prédire à Noël : Hanovre et Nuremberg sont descendus automatiquement et Stuttgart a terminé barragiste avec le succès que l’on connait. Ces 3 équipes n’ont jamais donné l’impression d’avoir les armes pour survivre dans cette Bundesliga. Ils furent très vite distancés en queue de peloton (même si Augsbourg & Schalke ont fait de gros efforts de nullité pour s’inviter à la fête). La seule partie intéressante du bas de tableau fut évidemment le barrage gagné par l’équipe de Berlin Est, Union Berlin, provoquant une hystérie au coup de sifflet final et une joie indescriptible pour ceux qui connaissent un peu le foot à Berlin.

Ah, et on va revoir Cologne (champion de D2) aussi. Ça c’est toujours bien.

Donc en résumé, une saison où on a quand même beaucoup plus pris notre pied que celle d’avant mais les gros doivent faire plus d’efforts pour exister au niveau européen. Sans Francfort et son beau parcours en Europa League (pas sûr qu’ils aillent aussi loin la saison prochaine vu le parcours du combattant pour, euh, bah, rien), c’était en deçà de ce dont on a l’habitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.