mer. Oct 16th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Championship : Burnley déja en Premier League ?

6 min read

Quand les experts TLMSF font des pronos cohérents, les clubs font tout pour nous empêcher d’avoir raison. Boro et Hull étaient les grands favoris post-mercato. Ils dominaient de la tête et des épaules et même si Boro connaissait quelques problèmes, nous pensions qu’ils allaient pouvoir se reprendre. La fin du mois de février nous donnait raison, mais depuis…

Un mois de mars catastrophique pour les (anciens) leaders.

Quand vous êtes un club qui visez la montée, vous vous devez de gagner non seulement tous vos matchs à domicile, mais aussi les déplacements chez les petits. Middlesbrough, de par ses résultats en début de saison, rentrait dans la case. Au mercato, les arrivées de Rhodes, De Laet et De Sart confirmaient les ambitions du club, la montée, et rien d’autre. Le message est reçu, par les supporters, par les suiveurs, mais malheureusement, pas par les joueurs. Il y a un mois, Boro restait sur 5 matchs sans victoire, depuis, ils ont retrouvé les joies de la victoire par 3 fois, dont une très importante à domicile contre Cardiff. Et pourtant nous sommes inquiet pour eux, pourquoi ? La réponse est simple. A coté de ces trois victoires, il y a trois défaites, à Blackburn, à Rotherham et la dernière en date, à Charlton. Des défaites chez des équipes de bas de tableaux, assez inquiétant pour un club qui avait gagné plus de la moitié de ses matchs en déplacement avant le mercato. Et quand les résultats ne sont pas bons, c’est l’ambiance qui prend un coup. A l’entrainement de vendredi passé, avant le match contre Charlton, Aitor Karanka et ses joueurs ont eus une discussion, assez tendues d’après des oreilles indiscrètes, et cela a mené au départ du centre d’entrainement du technicien espagnol. Ainsi, il n’était pas présent lors de la défaite des siens à Londres et l’on pensait le divorce consommé.  Et pourtant, dès lundi, le club a annoncé que Karanka serait de retour pour entrainer avec effet immédiat. Et si la venue de Rhodes, alors que Ross McCormack était en haut de la liste, était la pire chose qui aurait pu arriver à Boro ?

Rhodes, solution ou problème ?
Rhodes, solution ou problème ?

Il n’y a pas que les pensionnaires du Riverside Stadium qui sont à la dérive. Alors que Hull trônait en tête en écrasant tout à domicile, l’équipe semble subir un coup de mou. Rien de catastrophique bien sur, ce n’est qu’une défaite en cinq matchs de championnat mais c’est aussi trois nuls consécutifs à la maison, et un bilan qui n’est plus que de 39 sur 54. La force des Tigers, c’était le KC Stadium, qui vibrait chaque semaine et aujourd’hui, l’équipe ne réponds plus. Coup de mou passager ? C’est possible, les deux matchs de Cup vs Arsenal (0-0 la-bas, 0-4 à domicile) ont pesé dans les jambes et aujourd’hui ils accusent un retard de huit points sur le leader (avec un match de retard). Ce vendredi, c’est un déplacement à Boro qui attend les Tigers, et le perdant pourrait bien faire une croix sur la montée directe.

Burnley s’envole, Bolton dégringole

Un club en a profité. Et sans réelle surprise, c’est Burnley. Depuis le dernier compte rendu, les Clarets sont sur un 18/18. Six matchs qu’ils devaient absolument gagner, contre des équipes de bas/milieu de tableau, et donc six victoires dont une magnifique à Fulham, ou après avoir mené et été mené, les hommes de Sean Dyche, avec un Andre Gray des grand soirs, ont renversé la vapeur et ont finis par s’imposer. Alors qu’il ne reste plus que neuf rencontres à disputer, les Clarets, qui n’ont que deux matchs potentiellement dangereux, un déplacement à Brighton (2ème) et la réception de Middlesbrough (3ème), sont l’équipe en forme. Et sans une catastrophe totale, Burnley devrait retrouver la Premier League, un an après l’avoir quittée. Si c’est le cas, Sam Vokes (12 buts & 4 assists) et Andre Gray (22 buts & 7 assists) seront portées aux nues par Turf Moor.

Andre Gray, l'homme de la situation à Burnley
Andre Gray, l’homme de la situation à Burnley

L’autre club qui semble mûr pour quitter le Championship, c’est l’actuel lanterne rouge, Bolton. Les Wanderers sont définitivement résignés et viennent d’enchaîner sept matchs sans victoire. Et ce n’est pas l’exploit face à Ipswish (de 0-2 à 2-2) qui va à lui seul éclaircir le ciel au dessus du Macron Stadium. Neil Lennon a été démis de ses fonctions et c’est Jimmy Phillips, ancien joueur du club et ancien entraîneur intérimaire, qui va tenter l’impossible. Mais la décision semble tardive et on se demande si Bolton ne préparerait déjà pas la saison prochaine en League 1. Mais Zach Clough, un des joueurs à sortir du lot, quittera il sont club formateur ? Dorian Dervite (ex-Lille) va il quitter lui aussi le navire ? Tant de questions pour un effectif ou chacun va devoir un peu jouer sa carte si il veut continuer en D2.

Un mois magnifique pour d’autres

Au soir du 29 février, Leeds gronde. Le club vient de perdre 4-0 à Brighton (score acquis en première mi-temps) et les supporters craignent une fin de saison houleuse, à l’image de celle de Fulham. Et pourtant, depuis le 12 mars, on ne croise que des sourires à Elland Road. Pour la première fois de la saison les Whites ont enchaîné trois victoires d’affilée (1ère depuis 2012) dont une victoire à Cardiff (1ère depuis 1984). Du coup, revoilà Leeds, a 12 points (dont un match à jouer) de la 6ème place. Et puisqu’il ne faut pas grand chose pour enflammer un supporter, certains, les plus optimistes, espèrent un « play-off run ». Et avec deux derbies à jouer lors des deux prochains matchs, les victoires sont obligatoires. Et si la bande à Mirco Antenucci et Marco Silvestri était la petite surprise de ce printemps ? Il est trop tôt pour le dire, mais quelque part, on veut y croire.

L’autre équipe qui se réveille c’est Charlton, alors que tout semblait indiqué que la sauce ne prenait pas, le mois de mars sourit aux Londoniens. Sept points sur neuf engrangés, dont une victoire contre Boro, et plus que cinq points de retard sur Mk Dons et Fulham. La course au maintien est lancée et pourrait se jouer entre les deux clubs de Londres.

Mayday, Mayday, Fulham ne répond plus. Que se passe il ? Avec deux points pris sur quinze possible, Ross McCormack et ses collègues sont l’une des pires équipe de Championship (seul Bolton et son 1/15 fait pire). Sans une remise en question rapide, Craven Cottage, stade mythique s’il en est, ne sera plus des nôtre, une catastrophe pour le club et ses supporters. La réception de Mk Dons, le 2 avril, sera un des tournants de la saison.

En bref

Les supporters de Charlton souhaite toujours le départ de Roland Duchatelet.

Brighton s’est replacé dans la course à la Premier League. 11/15 et deux belles victoires 4-0. Le 2/4 et la réception de Burnley sent déjà la poudre. Les hommes de Chris Hughton sont plus que jamais présent dans la course et Anthony Knockaert avait flairé le bon coup en signant la-bas 6 mois après son départ d’Angleterre.

Derby County, Cardiff et Sheffield se courent après, chaque équipe commets des erreurs mais personne ne parvient à prendre l’ascendant. Attention Ipswish revient dans la course et pourrait dribbler tout le monde sur le fil.

Dougie Freedman n’entraînera plus Nottingham Forest, il a été remercié 24 heures après la défaite 0-3 face à Sheffield Wednesday. Le club s’est fait prêter Federico Macheda, attaquant de 24 ans en manque de temps de jeu à Cardiff.

Malgré des résultats encourageants, les supporters de Charlton souhaitent toujours le départ de Roland Duchatelet, homme d’affaire belge ancien propriétaire du Standard de Liège.

Et enfin, les dates des play-off sont connues.

Les dates des Play-off sont connues. Réservez vos week-ends.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.