ven. Juil 19th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Red Bull Salzburg, le premier club du groupe Red Bull

11 min read

Futur adversaire de l’Olympique de Marseille en Europa League, le Red Bull Salzburg est le club dominateur en Autriche depuis maintenant plusieurs années et pourtant, ce n’est pas le plus aimé…

Tout commence en 2005 quand la marque « Red Bull » détenu par l’Autrichien Dietrich Mateschitz décide de racheter le SV Wüstenrot Salzburg, qui a comme anciens noms Austria Salzburg ou Casino Salzburg. Le problème c’est que les patrons de la marque au taureau rouge prennent la décision de créer un nouveau club, c’est à dire effacer l’histoire du club d’origine de la ville de Salzburg, né en 1933.

Du coup, les supporters ne se reconnaissant plus dans le Red Bull Salzburg n’iront plus supportés ce qui était leur équipe. Ils tenteront même de faire renaître l’Austria Salzburg, qui montera même de la cinquième à la deuxième division avant de retomber dans le côté amateur avec la Regionalliga (D3). En général, ces dernières saisons, l’affluence de la Red Bull Arena est autour des 10 000 spectateurs. Dans une arène pouvant contenir 30 000 personnes c’est évidemment peu. Cela paraît évident que les quelques marseillais qui feront le déplacement dans la ville de Mozart seront bien entendus, tant le stade sonne creux.

Résultats de recherche d'images pour « red bull salzbourg mascotte »
La mascotte du club, un taureau bien sûr.

Comment ne pas parler du RasenBallsport Leipzig en évoquant du club autrichien ? 2009 est l’année charnière. Red Bull rachète le FC Liefering, dans la banlieue de Salzburg, pour pouvoir avoir une équipe réserve professionnelle mais également le club de Leipzig perdu dans les divisions inférieures allemandes. La remontée est fantastique puisque à la fin de la saison 2015-2016, le RB Leipzig monte en Bundesliga pour la première fois de son histoire. Le Red Bull Salzburg n’est pas beaucoup aimé en Autriche mais alors pour Leipzig c’est bien pire…

C’est simplement le club le plus détesté d’Allemagne. Surnommé « le club en plastique » dans un pays où l’histoire et les traditions sont très importantes, chaque déplacement du club peut mal tourner. De jets de canettes sur leur bus à Dortmund et des banderoles haineuses sur tout le territoire. La plus marquante sans doute était celle contre Dietrich Mateschitz le comparant à « un homme venu d’Autriche pour conquérir l’Allemagne« . Vous voyez bien de qui je parle…

Cela ne s’arrangera surement pas puisque le club a terminé second de Bundesliga derrière l’intouchable Bayern Munich. Tout ceci pour dire que le RB Leipzig est devenu l’équipe mère du groupe Red Bull. La preuve, énormément de joueurs de Salzburg sont transférés vers Leipzig. Si nous jetons un oeil aux compositions d’équipe de ce club, nous pouvons voir en général, 5 à 8 ex joueurs de Salzburg. Et puis, vous le verrez bien puisque le RBL est dans la poule de Monaco en Ligue des Champions.

Résultats de recherche d'images pour « red bull leipzig »

Mais revenons à Salzburg et plus particulièrement regardons son parcours européen. C’est sans doute un des plus malheureux d’Europe cette dernière décennie. Depuis 2006, le Red Bull Salzburg a eu sa chance 10 fois aux tours préliminaires de Ligue des Champions et n’a jamais réussi a accédé aux phases de poules. Le dernier en date, il y a moins d’un mois avec une élimination au but à l’extérieur face à Rijeka sans même perdre un match. En Europa League c’est un peu plus flatteur, le club a réussi une fois la phase de poules parfaite avec 18 points sur 18 possibles… mais en se faisant sortir dès les 16es de finale par le Standard de Liège.

L’année dernière, c’était Nice qui était dans le groupe des salzbourgeois. Au bout de trois matchs, c’est un zéro pointé pour Salzburg et puis il y aura cette victoire 2-0 à Nice, une victoire à Gelsenkirchen face à Schalke 04 mais un match nul assez bête à Krasnodar malgré une belle domination. Donc c’est une élimination dès les poules à cause du goal-average particulier par rapport au club russe. Sinon, le club a eu deux fois le meilleur buteur de la compétition dans son effectif avec Alan et Jonathan Soriano, tous deux dans le championnat chinois aujourd’hui. Cette année avec Marseille, Konyaspor et Guimaraes, le RBS espère au moins la deuxième place du groupe, ce qui paraît totalement jouable.

Parlons de l’effectif maintenant en commençant par le portier Alexander Walke. Allemand de 34 ans au club depuis 2010, il est aujourd’hui le capitaine du club. Un bon gardien, avec une belle détente et un bon jeu au pied, il est intouchable à son poste même si d’autres jeunes gardiens arrivent derrière. En défense centrale, le jeune croate de 20 ans Duje Caleta-Car, au club depuis 2014. Très difficile de le bouger, lui et son mètre 88. De plus, ce n’est pas le défenseur le plus lent comme son coéquipier Paulo Miranda, qui débute sa troisième saison au club. Le brésilien de 29 ans est le pilier de la défense, il apporte toute son expérience aux plus jeunes de l’équipe. Il est de moins en moins titulaire avec l’arrivée de Patrick Farkas mais Andreas Ulmer reste un des joueurs clés de l’effectif. Latéral offensif de 31 ans il est l’un des joueurs les plus capés du club avec 243 matchs joués, non loin derrière son coéquipier Christoph Leitgeb. Stefan Lainer maintenant. Formé à Salzburg, il quittera le club pour Ried avant d’être racheté pour 140 000€. Il n’y a que peu de concurrence à son poste de latéral droit, surtout après le départ de Christian Schwegler à Lucerne. Il a même goûté à la sélection nationale il y a quelques mois.

Au milieu de terrain, un duo malien Diadie Samassekou et Amadou Haïdara. Les deux arrivent de l’académie Jean-Marc Guillou, à Bamako. Mon premier à 21 ans et est déjà international malien depuis 3 ans, ce n’est pas quelqu’un qui aura de bonnes statistiques buts/passes décisives mais c’est une plaque tournante du milieu de terrain, un des joueurs qui touchent le plus de balles dans un match. Cet été, Samassékou aurait pu partir puisque Marcelo Bielsa l’a observé et lui a proposé de venir au LOSC. Mon deuxième a 19 ans et est vice-champion du monde U17 avec le Mali, c’est sa deuxième saison en Autriche et il est connu pour ses frappes de loin. De tous les buts qu’il a marqué à Liefering et Salzburg, seul un était dans la surface de réparation. Ce n’est pas pour rien qu’il a pour idole Steven Gerrard…

Mon prochain a une double nationalité, il est kosovar né en Norvège. Valon Berisha, frère cadet de Veton, joueur du Rapid Wien (grand ennemi de Salzburg), débute en équipe première à 15 ans et joue son premier match pro à 17 ans avec les norvégiens de Viking. Transféré en 2012, il a déjà joué 150 matchs pour le Red Bull Salzburg. Après que le Kosovo ait été reconnu par l’UEFA, Berisha décide que cela doit être sa sélection nationale. Il devient même le premier buteur de l’histoire du pays avec un but face à la Finlande. Il sera également joueur kosovar de l’année. Il distribue beaucoup de ballons vers l’avant et se montre souvent dangereux. Il y a aussi Reinhold Yabo, milieu de terrain allemand, formé à Cologne. C’est la première saison où il joue réellement car à son arrivée Salzburg jouait avec un milieu de terrain à deux et il y avait une grosse densité. Aujourd’hui, c’est un des milieux les plus utilisés par Marco Rose.

Le staff, les joueurs et la mascotte version 2017-2018

Finissons par l’attaque, avec une bonne densité puisque six joueurs se partagent les trois postes. Tout d’abord, les deux asiatiques Takumi Minamino (dont vous pouvez relire notre interview en cliquant ici même) et Hee-Chang Hwang. Minamino a 22 ans et est professionnel depuis 2011 et en est déjà à 88 matchs et 30 buts en deux ans et demi à Salzburg. Il met à chaque fois une dizaine de buts par saison et distribue aussi des passes. C’est un attaquant complet qui a toutes ses chances de rejoindre un bon club européen. Quant à Hwang, les supporters niçois doivent le connaître puisqu’il avait marqué un doublé en deux minutes à l’Allianz Riviera. Que ce soit avec Liefering ou Salzburg, il met également une dizaine de buts par saison. Tous les deux ont participé aux Jeux Olympiques avec leur pays, Hee-Chan Hwang marquant même face à l’Allemagne.

Un autre duo d’attaque possible : l’Israélien Munas Dabbur et le Norvégien Fredrik Gulbrandsen. Vous pouvez l’appeler Munas de Nazareth et ce week-end il était bien le Messie de Salzburg en marquant à la toute fin du temps additionnel pour égaliser face au Rapid. Après de bons débuts au Maccabi Tel-Aviv, il part pour les Grasshoppers Zürich et sera même le meilleur buteur du championnat dès sa première saison. C’est là qu’il est acheté par Salzburg. Sa plus grande qualité, et c’est bien l’important pour un buteur, c’est sa frappe. Elle peut être très précise, il a une bonne reprise de volée et cela lui arrive de marquer des ciseaux acrobatiques de temps à autre. Gulbrandsen c’est une énigme. Jamais de grosses saison à Lillestrom puis Molde, Salzburg l’achète il y a un an. Il marque deux fois en neuf rencontres et est finalement prêté au New York Red Bulls où il ne marquera aucun but en 13 matchs. Cette année, cela se passe mieux avec 6 buts lors des 4 compétitions que Salzburg a joué. Marco Rose fait plus confiance au norvégien de 25 ans et c’est tant mieux.

Les deux derniers ce sont les petits jeunes. Hannes Wolf est sans doute un des joueurs les plus prometteurs d’Autriche. Un des grands artisans de la victoire de Salzburg en Youth League c’est lui, cette saison il est déjà à 3 buts et 2 passes en 7 matchs. En tant que milieu offensif plutôt libre, il étonne car son expérience est faible mais il est déjà très à l’aise avec Dabbur et Gulbrandsen notamment. Il est 5 mois plus jeune que Kylian Mbappé et lui aussi pourrait atterrir dans un très bon club dans les prochaines années.

Il ne reste plus que Daka Patson, lui, il est né en 1998 comme Mbappé. C’est le héros du Stade Colovray à Nyon. En demi-finale contre Barcelone, il entre en jeu et donne la qualification aux jeunes de Salzburg et en finale contre Benfica ? Bis repetita avec un but dans les dernières minutes après être sorti du banc. C’était ses deux seuls matchs de la compétitions. Il est aussi champion d’Afrique U20 avec la Zambie et il a même marqué son premier but en A le 5 septembre dernier en Algérie (victoire 0-1). Petit à petit, il quitte l’effectif de Liefering pour se retrouver plusieurs fois dans le groupe en Tipico Bundesliga. Je ne vous parle même pas de sa vitesse, c’est plus que n’importe quel joueur de Salzburg.

Le nouvel entraîneur depuis le départ d’Oscar Garcia dans le Forez est Marco Rose, entraîneur l’an passé des U19 vainqueurs de la Youth League. Il fut avant un joueur… de Leipzig, au VfB Leipzig précisément, disparu en 2004 pour causes financières. Grand défenseur central (1m87), il a été aussi champion de 2.Bundesliga avec Hanovre puis il jouera 8 ans à Mayence et jouant 150 matchs dans le club où il finira sa carrière. Arrivé en 2013 dans le club de Wals-Siezenheim, il entraînera les U16 avant de prendre en charge les U19 puis l’équipe première cet été. Son contrat tourne jusqu’en juin 2019. Il sera peut-être le premier entraîneur a emmené le club en Champions League, qui sait ?

Résultat de recherche d'images pour "marco rose"
Marco Rose

Comme vous avez pu le constater, la formation est mise en avant par Red Bull mais aussi le recrutement de jeunes joueurs à travers le monde. Les structures autour de la ville de Salzburg sont exceptionnelles, digne de grands clubs anglais ou espagnols. Beaucoup d’argent a été injecté dans la formation, peu d’autrichiens sortent au haut niveau mais beaucoup de jeunes venant d’autres pays réussissent à atteindre le haut niveau. Ont donc été créées des filiales.

Leipzig en est une, le club de New York également mais existe aussi le Red Bull Brasil et pour les liens avec l’Afrique il y avait Red Bull Ghana mais elle a dû fermée car elle était trop mal géré. C’est même un certain Gérard Houllier qui l’a fermée. Aujourd’hui, les liens avec le Ghana sont toujours présents avec la West African Football Academy ou WAFA d’où viennent directement David Atanga, Samuel Tetteh, Gidéon Mensah et Majeed Ashimeru, tous évoluant en D2 autrichienne à ce jour.

Les scouts et recruteurs de Dietrich Mateschitz sont également bien présents en France. Sadio Mané a été acheté alors qu’il jouait à Metz, Naby Keita a été transféré d’Istres à Salzburg pour un million. Cela n’a pas empêché Istres de plonger dans les abysses du football français malheureusement. Le dernier en date était Dayot Upamecano, piqué à Valenciennes alors qu’il n’avait que 16 ans. Un roc incroyable en défense centrale, il va découvrir la Ligue des Champions face à Monaco avec Leipzig. Grace aux filliales, Red Bull a créé le premier joueur estampillé 100% Red Bull : Bernardo. Formé au Red Bull Brasil, il a continué sa carrière à Salzburg avant de s’envoler pour Leipzig il y a quelques mois.

Les U19 vont tenter de garder leur trophée en Youth League malgré une nouvelle génération et comme la saison dernière il faudra passer par la Voie des champions et au premier tour, ce sera les Girondins de Bordeaux avec un match aller au Haillan et un retour à la Red Bull Arena. Match dans deux semaines.

Bref, tout cela pour dire que le Red Bull Salzburg est un club à part en Europe, qui ne ressemble à aucun autre. Même leur maillot est différent. En accord avec la fédération autrichienne, le club peut mettre un sponsor maillot différent pour le plus jeune joueur sur le terrain. La plupart du temps c’est Hannes Wolf qui l’a et donc il a marqué RAUCH (marque de jus de fruits autrichienne) en gros à l’avant du maillot. Pour la Coupe d’Europe a aussi été créé un nouveau logo pour se différencier du RB Leipzig.

Résultats de recherche d'images pour « red bull salzbourg rauch »
Hannes Wolf posant avec le maillot « Rookie of the match »
Résultats de recherche d'images pour « red bull salzbourg ligue des champions »
Le logo neutre sans le nom « Red Bull »

2 thoughts on “Red Bull Salzburg, le premier club du groupe Red Bull

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.