mar. Août 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Attendons encore pour mesurer les progrès de l’Ecosse

2 min read

L’Ecosse a obtenu un match nul 0-0 contre les Etats-Unis, vendredi dernier à Hampden. Une rencontre assez terne, mais un résultat encourageant…

FBL-WC2014-SCO-USA-FRIENDLY

La série de résultats positifs se poursuit pour les hommes de Gordon Strachan. Cela fait maintenant trois matchs sans défaite (mieux que l’équipe de France), après deux victoires contre la Macédoine et la Croatie. La confiance se prolongera d’autant plus en cas de résultat positif demain en Norvège. Mais ne nous emportons pas pour autant. Les progrès de l’Ecosse devront attendre le début de la prochaine campagne de qualification pour être mesurés. Après deux défaites contre le Pays de Galles et la Serbie, l’ère Strachan n’avait pas débuté sous les meilleurs auspices. Le déplacement en Croatie en juin dernier s’annonçait donc périlleux, pour une équipe déjà éliminée de la course à la Coupe du monde. À la surprise générale, les Ecossais s’imposent 1-0 à la suite d’une performance aboutie. Depuis, le pays a retrouvé un peu de dignité et d’espoir au niveau international. Quelque soit l’adversaire, l’Ecosse est devenue difficile à battre. Le stade peut être à moitié plein et l’ambiance loin d’être volcanique, Hampden a les moyens de redevenir une forteresse dans le futur. Le match nul 0-0 de vendredi dernier contre le 13e au classement FIFA illustre cela. En mai 2012, les Etats-Unis battaient 5-1 une équipe d’Ecosse alors emmenée par Craig Levein. Difficile de ne pas progresser après un tel naufrage, mais ne soyons pas trop difficiles avec cette Tartan Army.

Un long chemin pour retrouver les beaux jours

Les matchs amicaux permettent d’ailleurs à Strachan de former un groupe de joueurs soudés et motivés avant d’aborder les échéances importantes de septembre 2014. Gordon Greer ainsi que Gary Mackay-Steven ont d’ailleurs pu obtenir leur première sélection en équipe nationale. Le sélectionneur devrait donc poursuivre cette politique de rotation contre les Norvégiens. Les matchs amicaux étaient d’un ennui mortel ces dernières années, mais le semblant de renouveau actuel laisse présager un avenir moins sombre. Une Coupe du Monde sans l’Ecosse semblait impensable à une certaine époque. La pression était grande sur le sélectionneur : ne pas franchir le premier tour d’une phase finale était vécu comme un échec. Les temps ont bien changé depuis 1952, année où les Yankees perdirent 6-0 en Ecosse, poussant les supporters locaux à demander le remboursement de leur billet ! On n’en demande pas autant en 2013.

3 thoughts on “Attendons encore pour mesurer les progrès de l’Ecosse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.