sam. Sep 21st, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Les Rangers, deux ans après

3 min read

Promus en Championship (D2), les Gers n’en ont pas fini avec la crise. Les conséquences de la faillite et de la rétrogradation en D4 à l’été 2012 se font toujours ressentir.

Glasgow-Rangers-Ibrox-007

Et si les Rangers disparaissaient ? Cette question paraît obsolète après deux promotions successives et une saison 2013/2014 sans défaite en championnat. Au-delà des débats sur le niveau du manager Ally McCoist, qui refait surface après la défaite en finale de la Ramsdens Cup contre Raith Rovers (0-1), le risque d’une nouvelle faillite existe toujours. Car les résultats économiques ne sont pas au niveau des performances sportives. Le mal est lancinant. Les caisses sont vides. Les erreurs du passé se répètent inlassablement. Comme si les nouveaux dirigeants n’avaient pas retenu la leçon. Au début du mois, David Somers, le président des Rangers, a annoncé que le club 54 fois champion d’Écosse pourrait retomber dans la crise si les 36000 abonnés au stade d’Ibrox ne renouvelaient pas leurs abonnements. Tout en informant ces mêmes fans d’une hausse du tarif annuel de 18%. Une forte augmentation justifiée par les pertes subies entre mai 2012 et juin 2013, qui s’élèvent à 14,4 millions de livres. La masse salariale du club est la deuxième plus élevée du pays (6 millions de livres), pour une équipe qui évolue en D3 et dont la moitié des revenus annuels provient des ventes d’abonnements (7 millions de livres). Le club est donc fortement dépendant du bon vouloir des fans. Malgré cet état d’alerte toujours aussi pesant, le club se veut rassurant. « Avec le soutien indéfectible des actionnaires et des supporters des Rangers, ainsi qu’un plan d’affaires solide, nous mettons actuellement en place les fondations pour établir une longue période de succès et de stabilité financière », explique dans un communiqué Graham Wallace, le directeur exécutif des Rangers. Avant d’ajouter : « Les dépenses en matière de transferts et de salaires ont fortement excédé les revenus générés par le club. »

Dave King en sauveur

Ces déclarations contradictoires étonnent. Rappelons qu’en décembre 2012, le club a été placé sur l’Alternative Investment Market (AIM), un marché londonien, afin d’ouvrir le capital du club aux investisseurs à hauteur de 22 millions de livres. Le prix de l’action a chuté au fil des mois. Au point que le board a été forcé de contracter un prêt de 1,5 millions de livres en février dernier. Le directeur financier, Brian Stockbridge, a démissionné en début d’année, après un bilan désastreux. Si la communication des dirigeants reste très policée, personne ne nie le besoin d’investissements. Entre alors Dave King. Ancien membre du board des Rangers (2000-2012), le businessman sud-africain a trouvé un arrangement financier avec la justice de son pays, qui le poursuivait pour fraude fiscale. Natif de Glasgow et supporter des Light Blues, il avait déjà investi 20 millions de livres lors de son premier passage. Déçu de la gestion actuelle du club, il propose de payer 30 millions de livres supplémentaires de ses propres deniers. « Je pense que plusieurs personnes voudront bien me suivre », ajoute King dans une interview au Daily Mail. Il propose aussi que les recettes des abonnements n’entrent pas directement dans les comptes du club, mais soient dans un premier temps versés dans un compte séparé, afin d’éviter des dépenses onéreuses. La majorité des fans suit aveuglément le mécène et espère le voir réapparaître prochainement dans le capital des Rangers. « La survie du club est essentielle pour le bien du pays, conclut Hugh Keevins, journaliste au Daily Record. Nous avons besoin d’un retour du derby avec le Celtic. » Peut-être que de voir le rival honni triompher facilement dans les prochaines années motivera les Rangers à retrouver les sommets.

7 thoughts on “Les Rangers, deux ans après

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.