mer. Nov 13th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Un mois de janvier crucial pour le Celtic et les Rangers

3 min read

C’est l’heure du mercato pour les clubs écossais. L’occasion de se renforcer, notamment pour le Celtic en vue des tours préliminaires de la prochaine Ligue des Champions. Ce qui prédomine chez Ally McCoist, le manager des Rangers, c’est plutôt l’espérance que les restrictions budgétaires en vigueur au club ne vont pas affecter son équipe.

Graham Wallace (Rangers) et Peter Lawwell (Celtic)

Alors que le Celtic peut dépenser 6 millions de livres sur un attaquant, le voisin honni des Rangers doit gérer une masse salariale démentielle de… 6 millions de livres. Le fossé reste grand entre le futur champion d’Écosse et son rival de D3. Pourtant, le mercato sera crucial des deux côtés de Glasgow. Une erreur de recrutement et les finances pourraient en être affectés. Du côté du Celtic, pas un jour sans qu’un nouvel attaquant ne soit mentionné dans la presse pour renforcer l’effectif. Neil Lennon, le manager des Bhoys, ne cesse de rappeler qu’il faut absolument recruter plusieurs joueurs en vue de la prochaine campagne européenne. L’argent accumulé lors des précédentes Ligue des Champions sommeille dans les caisses du club. À cela s’ajoute les bénéfices réalisés sur les ventes de Gary Hooper (Norwich City) et Victor Wanyama (Southampton) l’été dernier. Mais plus la cible est élevée, moins elle rêve de jouer contre des équipes comme Ross County ou Kilmarnock. C’est Peter Lawwell, le directeur exécutif du club, qui est chargé du recrutement. Il aura à cœur de réussir ce marché des transferts, après les arrivées décevantes de deux attaquants l’été dernier, Teemu Pukki et Amido Balde. Aucun d’eux ne semble en mesure d’épauler durablement Kris Commons en attaque et de remplacer Gary Hooper. Il n’y a pas non plus de surprise : si le Celtic souhaite s’attacher les services d’un vrai buteur, il va falloir sortir le carnet de chèques. La perle rare est difficile à trouver pour les clubs aux revenus moins élevés que ceux du gratin européen.

Ally McCoist veut conserver tout son groupe

Pour les Gers, l’objectif est tout autre. Le club doit réduire une masse salariale trop importante pour son nouveau statut en troisième division afin de rester solvable et éviter une nouvelle faillite. La remontée en D2 presque acquise, le manager McCoist ne veut pas que son équipe soit amputée de ses meilleurs éléments en vue de la saison prochaine. Car l’objectif reste de retrouver l’élite en 2015. Graham Wallace, le directeur exécutif, doit gérer cette situation, dont l’importance prend une autre ampleur avec l’ire des fans, mécontents de la façon dont est géré leur club. Ils ne comprennent pas pourquoi Brian Stockbrige, le directeur financier, est toujours membre du conseil d’administration alors que sa gestion n’apporte pas les résultats escomptés. Ils soutiennent pleinement l’entraîneur et partagent son point de vue. Difficile donc pour le board de faire la sourde oreille face à ces 40000 abonnés qui garnissent les gradins d’Ibrox un week-end sur deux. Ne pas s’attaquer à la légende McCoist et à son équipe permettrait à Wallace de faire grimper un peu sa côte de popularité. Et retrouver dans plusieurs années les Rangers à la lutte avec le Celtic. Sans mettre à nouveau le club en péril.

3 thoughts on “Un mois de janvier crucial pour le Celtic et les Rangers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.