mer. Oct 16th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

La fédération gibraltarienne traque les parieurs

4 min read

Ce mercredi, la Fédération Gibraltarienne de Football (GFA) a sanctionné deux joueurs de St Joseph’s et un entraîneur des Bruno’s Magpies pour avoir parié sur des matchs. Les investigations continuent et de nouveaux noms pourraient sortir dans les prochains jours.

Conclusion de l’Affaire Red Imps ?

Match de football entre le Red Imps FC et le FC Olympique, comptant pour le premier tour de la Coupe de Gibraltar, en janvier 2016. Crédit photo : Adam Roberts / Football Gibraltar

L’année dernière, une véritable bombe éclate près du Victoria Stadium. La GBC révèle que plusieurs joueurs du Red Imps FC, la deuxième réserve du champion de l’époque Lincoln, auraient parié sur leur propre défaite face à Gibraltar United, en Coupe. Ils auraient profité d’une erreur du site Bet365 qui donnait ainsi une belle côte à leur adversaire du soir. Le scénario du match laisse perplexe, United remportant le match dans les dernières minutes, profitant d’un ballon perdu dans la défense des Démons. La Fédération Gibraltarienne de Football lance une enquête et le groupe de l’entraîneur Garry Lowe est pointé du doigt.

L’équipe des Red Imps est dissoute à la fin de la saison 2015-2016 et les joueurs se dispersent dans plusieurs clubs du Rocher. Les mois passent et l’affaire tombe un peu dans l’oubli. Mais mercredi, la GFA publie un communiqué, annonçant des sanctions contre deux joueurs de St Joseph’s, Alberto Montaño Gil et Esteban Montes Enrique, et un entraîneur des Bruno’s Magpies, Garry Lowe, l’ancien coach des Red Imps. Ces trois hommes sont condamnés pour avoir parié sur des matchs de football.

Garry Lowe écope d’une amende de 250 livres et est suspendu pour une durée de 24 mois. A côté de cela, cet ancien entraîneur du Gibraltar Phoenix n’a pas le droit d’occuper, pendant 12 mois, une fonction touchant de près ou de loin au football. Selon Football Gibraltar, Garry Lowe est sanctionné dans le cadre de l’affaire Red Imps. Pour la saison 2016-2017, l’homme avait rejoint le staff des Bruno’s Magpies, ratant la montée en première division après une défaite contre Manchester 62 lors des barrages.

L’enquête se poursuit

L’équipe de St Joseph’s s’échauffant avant son match face à l’AEL Limassol, le 6 juillet 2017. Crédit photo : St Joseph’s.

La GFA évoque ensuite une « affaire plus sérieuse », celle concernant deux joueurs de St Joseph’s. Cette équipe a fait bonne impression la saison passée, terminant troisième du championnat. Durant l’été, les Saints participent au premier tour de qualification de l’Europa League et se font sortir logiquement par l’AEL Limassol (0-4 ; 0-6).

Alberto Montaño Gil est un milieu de terrain espagnol de trente ans, arrivé la saison passée sur le Rocher en provenance de l’UD San Pedro. L’homme est un joueur important de l’équipe, disputant vingt-neuf matchs lors du dernier exercice. Montaño reçoit une amende de 800 livres et écope de trois années de suspension de toute activité footballistique. De son côté, le tout récent capitaine des Saints Esteban Montes Enrique est le plus durement sanctionné. Ce défenseur espagnol de vingt-neuf ans est un pilier de l’équipe, jouant depuis quatre saisons sous la tunique bleue et blanche. Montes venait de réaliser une saison pleine avec vingt-sept matchs pour deux buts, sans oublier ses deux matchs en Europa League où il arborait fièrement son nouveau statut de capitaine. Pendant cinq ans, il n’aura pas le droit d’exercer une activité en lien avec le football et il reçoit une amende de 1 000 livres.

Même si la GFA évoque une histoire de paris, elle ne donne pas plus de détails. La seule chose qu’affirme la fédération, c’est que l’enquête n’est pas terminée. Il n’est pas impossible de voir d’autres noms et d’autres clubs touchés par ce phénomène. De son côté, St Joseph’s a réagi à ces deux décisions dans un communiqué publié jeudi. Le club se range du côté de la GFA et déclare pratiquer une tolérance zéro, qualifiant au passage les deux fautifs de « honte pour notre sport ». Montaño et Montes ont vu leurs contrats rompus.

Les entreprises de paris sportifs sont nombreuses à Gibraltar et le club de St Joseph’s déplore que ces sociétés ne donnent pas plus d’argent aux clubs locaux alors que, selon les Saints, « près de six millions de livres ont été pariés, dans le monde entier, sur le championnat de Gibraltar l’année dernière ». Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas la fin des sanctions. Gibraltar ressemble à un paradis au bout de l’Europe et certains en ont profité pour jouer avec le feu. Ils se sont brûlés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.