lun. Juin 17th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Grèce – Episode 5 : Intouchables ?

8 min read

L’Olympiakos continue sa route vers le titre de champion de Grèce. Après quinze journées, les joueurs de Marco Silva ont remporté tous leurs matchs, ne laissant rien à un Panathinaïkos complètement lâché ou à un PAOK et un AEK qui montrent des difficultés à suivre cette folle cadence. Avec dix-huit points d’avance sur son premier poursuivant, Le Pirée est bien partie pour faire cette deuxième moitié de saison en roue libre.

TLM S’en Foot vous compte ce mois de décembre en Superleague avec le PAOK qui revient dans le trio de tête, l’Asteras Tripolis à bout de souffle et le Panthrakikos qui remporte ses deux premiers matchs de la saison.

Patjim Kasami (en rouge et en blanc) à la lutte avec Savvas Moudouroglou (en vert) lors du match Panthrakikos / Olympiakos. Source : Site officiel de l'Olympiakos.
Patjim Kasami (en rouge et en blanc) à la lutte avec Savvas Moudouroglou (en vert) lors du match Panthrakikos / Olympiakos. Source : Site officiel de l’Olympiakos.

On est pas bien là ?

Le port d’Athènes passera les fêtes de fin d’année au chaud et sans réel complexe. Leader incontesté du championnat, l’Olympiakos avance toujours au coeur de cette foret de la Superleague, déracinant un à un chacun de ses rivaux. Après avoir gagné 3-0 (sur tapis vert) le match reporté face au Panathinaïkos du fait d’échauffourées entres supporters et force de l’ordre, Le Pirée s’est parfaitement remis dans le bain en s’imposant 3-1 contre l’Asteras Tripolis dans un Stade Karaiskaki vide.

Contre la lanterne rouge Panthrakikos, les tenants du titre ouvrent le score par Jimmy Durmaz sur coup-franc, profitant d’un mauvais positionnement d’Alexandros Pachalakis. Sur l’engagement, une passe en profondeur pour Nicolas Diguiny prend de vitesse les rouges et blancs. Le français élimine Roberto avant d’envoyer le cuir dans les filets désertés par le gardien espagnol. Dès le début de la seconde période, Alfreð Finnbogason simule sur un tacle de Sofyane Cherfa et obtient un pénalty, transformé par Kostas Fortounis. Tout juste entré en jeu, Stélias Iliadis commet une faute sur Esteban Cambiasso, entraînant un deuxième coup de pied de réparation qui est inscrit par Finnbogason. Le brésilien Séba fait passer le tableau des scores à 4-1. Néanmoins, Komotini continue de se battre et Demiz Baykara centre pour Iliadis qui s’arrache pour envoyer le ballon dans la lucarne de Roberto. Dans le temps additionnel, Iliadis sert parfaitement Diguiny qui lobe le dernier rempart piréen, réduisant l’écart à 4-3. Le score ne bougera plus.

Malmené en début de partie par le Panaïtolikos, l’ « Olymp » profite de l’expulsion du gardien Dimitrios Kyriakidis, coupable d’une main en dehors de la surface, pour reprendre les rennes du match. Un coup de fusil de Chori Dominguez leur permet de remporter cette confrontation par la plus petite des marges malgré le penalty de l’argentin repoussés par Manolis Stefanakos. Enfin, face à Kalloni, Fortounis inscrit deux tirs au but, conséquences d’une main de Krzysztof Krol et d’une faute de Kostas Dafkos, expulsé. Nikolas Mallis, dix-neuf ans, fait ses grands débuts chez les professionnels ainsi que dans les cages de l’AEL.

Les poursuivants à la traîne

Duel aérien entre Rafik Djebbour (en noir et jaune) et Stratis Vallios (en bleu) lors du match AEK / Kalloni. Crédits photo : Argiris Makris.
Duel aérien entre Rafik Djebbour (en noir et jaune) et Stratis Vallios (en bleu) lors du match AEK / Kalloni. Crédits photo : Argiris Makris.

L’AEK Athènes est bien remonté dans ce classemernt pour s’installer à la deuxième place. Profitant des débacles de ses principaux adversaires, les athéniens ne tremblent pas contre le Panaïtolikos (2-0) et face à Kalloni (3-0). Titulaire contre ces derniers, Rafik Djebbour met cinq minutes avant de trouver le chemin des filets, reprenant de la tête, un centre de Jakob Johansson. Profitant des espaces laissés sur l’aile gauche, Didac Vilà contourne tranquillement la défense et centre pour Christos Aravidis qui bat un Andrew Hogg trop court. Aradivis se paye même le luxe de tromper le maltais avec une drôle de reprise de volée.

Affrontant le Panionios dans un derby athénien à la saveur particulière, les coéquipiers de Johansson se retrouvent menés au score grâce à une frappe d’Omar Boumale, à l’entrée de la surface. Helder Barbosa lui répond, également avec une frappe lointaine (1-1). Si Gus Poyet respire grâce à la victoire 5-0 contre Larisa en Coupe, son équipe va manquer d’air contre le Levadiakos. Ouvrant pourtant la marque par Johansson en début de rencontre, l’AEK perd le contrôle du match sur un ballon de Theodoros Tripotseris, mal calculé par Giannis Anestis, qui finit au fond, recollant les deux équipes à 1-1. La défense panique et Dimitrios Kolovetsios perd le ballon dans sa propre moitié de terrain. L’action qui suit est conclue par l’ancien joueur du Hertha Berlin, Valeri Domovchiyski, à la surprise générale. L’AEK pousse, mitraille la cage de Panagiotis Tsintotas mais n’arrive pas à arracher un point (1-2).

Le PAOK termine l’année 2015 d’une plutôt belle manière. Après sa victoire 3-1 sur la pelouse de Kalloni, avec notamment un doublé de Stefanos Athanasiadis, Salonique fait plier le Panionios. Garry Rodrigues déborde à droite puis centre pour Robert Mak, qui élimine deux défenseurs avant de tromper Dioudis. Evangelos Oikonomou fait parler la foudre et égalise sur coup franc dès le retour des vestiaires. Mais c’est finalement l’équipe d’Igor Tudor qui l’emporte grâce à une tête de Georgios Tzavellas sur un ballon de Dimitrios Konstantinidis. Le scénario n’est pas le même sur la pelouse du Levadiakos qui arrive à accrocher Salonique et à préserver sa cage inviolée (0-0). Des difficultés également présentes face au Platanias, autre équipe en forme du championnat, mais qui seront compensés par une victoire sur un pénalty d’Athanasiadis.

Les noirs et blancs sont devant les Trèfles du Panathinaïkos qui n’en finissent plus de décevoir. Après les incidents du mois dernier, le club a été durement condamné par la fédération grecque, écopant de trois points en moins, quatre matchs à huis clos et 190 000 euros d’amande. Le clap de fin pour les minces espoirs de titre de Marcus Berg. Les hommes d’Andrea Stramaccioni chutent à Salonique, dans une rencontre plongée dans le brouillard, face à une équipe de l’Iraklis réaliste. Son buteur Apostolos Vellios inscrit le seul but de ces quatre-vingt-dix minutes. Pour son deuxième déplacement de suite, au Veria FC, le « Pana » se heurte à Jonathan Lopez pendant une bonne partie de la rencontre. En fin de match, un coup franc de Danijel Prajic est repris par Sergio Sanchez. Si Lopez stoppe la première tentative, Karelis est au rebond et crucifie tout un stade. Une petite victoire suivie par une autre face à l’Asteras 2-0 grâce à des réalisations de Karelis et Nikos Kaltsas. Néanmoins, les Verts vont se couvrir de honte, s’inclinant sur le terrain du Panthrakikos (1-0), avant-dernier du championnat. Une quatrième position, très loin de l’Olympiakos, très loin de ses espérances, très loin de son passée.

Le Levadiakos joue les troubles-fêtes

Kerem Bulut (Iraklis) inscrit un but et prend deux cartons jaunes en moins de trois minutes face à l'Asteras Tripolis. Source : Fox Sports
Kerem Bulut (Iraklis) inscrit un but et prend deux cartons jaunes en moins de trois minutes face à l’Asteras Tripolis. Source : Fox Sports

Le Panionios a raté plusieurs occasions de s’inscrire en haut du pavé. Après sa surprenante défaite face au Skoda Xanthi (0-2), le 22 novembre dernier, les pensionnaires du Stade Nea Smyrni se reprennent avec une victoire 2-0 contre le PAS Giannina. Trop tendre sur le terrain du PAOK Salonique, les athéniens se font logiquement punir sur le score de 2 à 1 chutant du troisième au cinquième rang. Menant face à l’AEK, ils se font rejoindre et n’arrivent pas à inscrire un nouveau but malgré une vingtaine de minute en supériorité numérique. Contre une équipe de l’Atromitos en bonne forme, le Panionios a très chaud en voyant le pénalty de Stefano Napoleoni repoussé par Dioudis. Le match est équilibré mais c’est Nikos Lazaridis qui donne la victoire à l’Atromitos d’une frappe rasante. Les joueurs de Marinos Ouzounidis termine l’année 2015 avec deux défaites et un match nul.

L’Asteras Tripolis explose son moteur. Alors qu’on les pensait revenu de loin, l’Etoile signe un mois de décembre catastrophique avec quatre défaites en quatre matchs. Après son revers 3-1 sur le Port d’Athènes, le club reçoit l’Iraklis Salonique. Apostolos Giannou marque le premier sur pénalty, avant la mi-temps. Mais Vellios égalise juste à l’heure de jeu et Kerem Bulut reprend d’une tête plongeante un centre d’Emanuel Perrone pour donner l’aventage à Salonique. L’attaquant reçoit un carton jaune après avoir enlevé son maillot et écope d’un deuxième jaune, juste après, rentrant aux vestiaires prématurement. Une défaite suivi par deux autres contre le Panathinaïkos (2-0) et le Veria FC (1-0). Résultat, une septième place et un nouvel an qui sera amer du côté de Tripoli.

Par contre, le Levadiakos en a cloué plus d’un sur sa chaise. Doucement mais sûrement, l’équipe entraînée par l’ancien joueur Apostolos Mantzios avance dans ce championnat de Superleague. Contre le Skoda Xanthi, après qu’Evangelos Manzios est trouvé la barre de Luigi Cennamo, Domovchiyski risque un retourné accrobatique qui fait mouche dans le petit filet (1-0). Sur le terrain du PAS Giannina, c’est Christos Mingas qui délivre les visiteurs et offre la victoire au « Leva ». Un match nul contre le PAOK (0-0) et un hold-up face à l’AEK (2-1) les propulsent au sixième rang, à un petit point du Panionios.

Le Panthrakikos voit la lumière

La course au maintien a retrouvé du piment lors de ce mois de décembre. Le Panthrakikos gisait au fond du gouffre lors de notre dernier point mensuel et on se demandait s’ils arriveraient à décrocher leur première victoire. Et bien, Nicolas Diguiny et sa bande ont fait mieux car ils ont remporté deux matchs sur les quatre dernières confrontations. Dominant l’Atromitos (2-1), ils montrent un visage déterminé contre l’Olympiakos malgré la défaite 4-3. Ils parviennent à préserver le nul (0-0) face à l’Iraklis Salonique et réalise l’exploit de battre un Panathinaïkos passif, grâce à une frappe de Rogério, esseulé dans la surface de réparation. Le Panthrakikos gagne une place, aux dépends de Kalloni, qui ne compte qu’un seul succès cette saison (5-1 contre le Panaïtolikos le 26 septembre dernier).

Juste devant eux, l’Atromitos réalise une fin correcte. La défaite face aux coéquipiers de Javito n’a pas laissé de marbre le PAE qui alligne deux victoires de suite contre Kalloni (1-0) et le Panionios (1-0), se plaçant à cinq points du premier non-relégable. Le Panaïtolikos a également remporté son dernier match de l’année contre l’Iraklis (2-0) grâce à une superbe prestation de l’égyptien Amr Warda.

La bataille du milieu de tableau risque d’être acharnée l’année prochaine car il n’y a que deux points de différence entre le huitième et le quatorzième.

Joie des joueurs du Panthrakikos après le but de Rogério face au Panathinaïkos. Source : ekathimerini.com
Joie des joueurs du Panthrakikos après le but de Rogério face au Panathinaïkos. Source : ekathimerini.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.