lun. Juin 17th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Grèce – Episode 6 : Sans faute pour l’AEK Athènes

8 min read

Après une première partie de saison mouvementée, la Superleague grecque aborde 2016, de la même manière qu’elle a terminé 2015. L’Olympiakos est toujours impérial, en tête du classement, très loin devant ses principaux concurrents. Le Panathinaïkos retrouve un peur d’air tandis que l’Asteras Tripolis se rattrape après son mois de décembre cataclysmique. L’AEK Athènes s’installe à la deuxième place après quatre victoires consécutives

TLM S’en Foot vous conte ce mois de janvier en Grèce tout en essayant de manger proprement son pastítsio.


C’est solide en tête

Alan Pulido (en blanc et rouge), inscrit le seul but du Pirée contre le Skoda Xanthi (1-0), le 23 janvier 2016. Crédits : gazzetta.gr
Alan Pulido (en blanc et rouge), inscrit le seul but du Pirée contre le Skoda Xanthi (1-0), le 23 janvier 2016. Crédits : gazzetta.gr

L’Olympiakos qui est toujours premier, ça ne vous étonne pas ? Nous non plus. Les coéquipiers de Kostas Fortounis dominent de la tête et des épaules ce championnat, écrasant leurs concurrents un à un. Le premier match de l’année pour les Piréens est un déplacement délicat au Panionios. Athènes tient pendant une mi-temps avant de céder une première fois face à Alejandro Dominguez. Mais quelques minutes plus tard, le coup franc de Karim Ansarifad est repris de la tête par un Spiros Risvanis, complétement démarqué dans la surface de réparation, permettant au Panionios d’égaliser. Felipe Pardo et Brown Ideye remettent les pendules à l’heure et offrent la victoire 3-1 à l’Olympiakos.

Après une victoire sans soucis 3-1 contre le Levadiakos, Le Pirée se fait accrocher sur le terrain du Platanias. Les joueurs de Giorgios Paraschos se procurent plusieurs occasions en début de match mais se heurtent à Roberto, solide devant son but. Mais le gardien espagnol n’est pas invincible. Superbement servi par une passe aérienne de Fanouris Goundoulakis, Leonardo Ramos élimine deux défenseurs avant de fusiller le dernier rampart de l’Olympiakos, juste après la demi-heure de jeu. De l’autre côté, c’est Dimitrios Sotirou qui s’illustre, repoussant les tentatives adverses. Finalement, après une frappe de Jimmy Durmaz détournée, Fortounis parachève le travail et égalise en deuxième mi-temps. Après dix-huit journées, c’est le premier nul que concèdent les hommes de Marco Silva qui se rachètent après, par une victoire contre le Skoda Xanthi 1-0. Ils possède seize points d’avance sur l’AEK et semble déjà promis au titre.

L’AEK Athènes suit son voisin à distance mais réalise un mois de janvier exempt de tout reproche. Helder Barbosa inscrit un doublé contre le Platanias avant que Rafik Djebbour ne conclue ce match sur le score de 3-0. Contre Xanthi, Christos Aravidis ouvre le score pour l’AEK mais Karim Soltani lui répond, avec une reprise de volée sur un centre de Dani Nieto. Ce but du Skoda va être (à peu près) copier par les athéniens avec Barbosa reprenant du plat du pied une passe aérienne de Ronald Vargas (2-1). Après une nouvelle victoire contre le PAS Giannina 2-0, l’AEK s’impose contre le PAOK après une partie de billard dans la surface de Michalis Vellidis, qui est repris par Vargas. Une victoire par la plus petite des marges qui permet aux jaunes et noirs de bien s’inscrire au deuxième rang.

La Panathinaïkos retrouve quelques sensations après plusieurs semaines compliqués. Pourtant, face au Panaïtolikos, les choses commencent mal. Dès la deuxième minute, Lucas Villafanez remonte le terrain sur le côté gauche, entre dans la surface, élimine deux défenseurs plutôt facilement avant de battre Luke Steele, abandonné par sa garde haute. Quelques instants plus tard, Mehdi Abeid recolle au score grâce à une frappe à ras-de-terre avant que Viktor Klonaridis, parti dans le dos de la défense, serve Mladen Petric qui ne fait preuve d’aucune pitié face à Dimitrios Kyriakidis. Mais, sur un centre de Leandro Kappel longeant la cage, Marko Markovski pousse la balle au fond du but. Le score est de 2-2 alors qu’on ne joue que depuis seize minutes ! Mais les coéquipiers d’Amr Warda vont perdre leur pari puisque que les Trèfles s’imposent 4-2 grâce à deux nouvelles réalisations d’Abeid et Petric.

Les Verts se débarrassent de la lanterne rouge Kalloni 2-0 avant de partager les points avec le Panionios dans un match nul 0-0 qui n’arrange personne. Enfin, une victoire 2-0 contre le Levadiakos permet au « Pana » de passer devant le PAOK et de prendre la troisième place du championnat, à quatre longueurs de l’Aigle à deux têtes.

Quant au PAOK, après une victoire 3-1 face au PAS Giannina, et une autre plus étriquée face au Véria FC 2-1, les joueurs de Salonique vont perdre des points sur la pelouse du Skoda. Malmené d’entrée de jeu par un remuant Karim Soltani, le PAOK ouvre la marque presque contre le cours du jeu sur une tête de Ioannis Mystakidis. Les deux équipes font jeu égal mais Xanthi est récompensé de ses efforts en fin de match par Soltani qui reprend un corner de Panagiotis Triadis, arrachant le point du nul. Si le PAOK profite pour du match nul du Panathinaïkos face au Panionios pour garder sa troisième place, il la cède lors du match suivant après leur défaite 1-0 contre l’AEK.

Baisse de régime pour le Levadiakos, série noire pour Platanias

L'attaquant du Levadiakos, prêté par l'Olympiakos, El Fardou Ben Nabouhane protégeant son ballon, contre Le Pirée, le 10 janvier 2016. Crédits : Site officiel du Levadiakos FC
L’attaquant du Levadiakos, prêté par l’Olympiakos, El Fardou Ben Nabouhane protégeant son ballon, contre Le Pirée, le 10 janvier 2016. Crédits : Site officiel du Levadiakos FC

Dans le reste du classement, l’Asteras Tripolis a profité des fêtes pour recharger ses batteries. Après un mois de décembre morose (quatre défaites en quatre matchs), il fallait revenir fort. La victoire 4-0 face au Panthrakikos, avec un doublé d’Apostolos Giannou, a relancé la machine qui s’enraye devant le Panaïtolikos (1-2) dans un match marqué par le nombre important de fautes (trente-et-une et onze cartons jaunes). Contre Kalloni, ils concèdent l’ouverture du score sur un pénalty de Georgios Manousos avant que Matias Iglesias, par deux-fois, et Giannou retournent la situation pour s’imposer 3-1. Le match nul 0-0 contre le Panionios vient clôturer ce mois de janvier avec un Asteras toujours aussi imprévisible.

Avec un match en moins du fait du report de la rencontre contre l’Atromitos, le Levadiakos n’a pas pu rattrapé son mois de janvier très médiocre. De ce fait, cette équipe perd deux places et se retrouve huitième, entre le PAS Giannina et le Panaïtolikos. Avec deux défaites contre l’Olympiakos (1-3) et le Panathinaïkos (0-2), et un match nul contre l’Iraklis (1-1), difficile d’avancer ou même de s’imposer au classement. Le PAS Giannina, grâce à une victoire face à l’Atromitos (2-0), prend la septième place.

Quand au Panaïtolikos, il a montré de belles choses. Après sa défaite avec les honneurs 4-2 contre le « Pana », les hommes de Matzourakis surprennent l’Asteras 2-1. En déplacement chez le Panthrakikos, Dimitrios Koutroumanos se fait expulser avant la pause, obligeant le « Panaï » a évolué une mi-temps à dix contre onze. Dominé par l’avant-dernier du championnat, Kyriakidis est impérial sur sa ligne de but et contribue à ce point ramené de Komotini (0-0). Une victoire plus tard, contre le Veria FC (1-0), le Panaïtolikos se fixe au neuvième rang.

Six. Comme le nombre de matchs sans victoire pour Platanias. S’inclinant 3-0 contre l’AEK Athènes, les coéquipiers d’Ousmane Coulibaly vont enchaîner trois nuls face à l’Atromitos (0-0), l’Olympiakos (1-1) et l’Iraklis Salonique (0-0). La dernière victoire de Platanias remonte au 5 décembre 2015, sur le terrain de Xanthi (2-0).

Valse des entraîneurs dans le bas de tableau

Nikos Karageorgiou est le nouvel entraîneur de Kalloni. Crédits : matrix24.gr
Nikos Karageorgiou est le nouvel entraîneur de Kalloni. Crédits : matrix24.gr

Thalis Theodoridis n’a pas passé le nouvel an à Mytilène. L’ancien entraîneurs des jeunes de l’AEK et du PAOK effectuait sa première année à la tête d’une équipe professionnelle. Néanmoins, Kalloni n’a pas souhaité poursuivre l’aventure et les deux parties se sont séparées d’un commun accord. C’est l’ancien international Nikos Karageorgiou, qui a remporté le championnat de deuxième division chypriote l’année dernière avec l’Enosis Neon Paralimni, qui le remplace. Débarqué en novembre, Karageorgiou n’aura fait qu’un peu plus d’un mois de chômage. La lanterne rouge continue sa mauvaise série en s’inclinant face à l’Iraklis (0-3), le Panathinaïkos (0-2) et l’Asteras Tripolis (1-3). Toutefois, dans le choc des relégués, les Sardines vont s’offrir le Panthrakikos. Un centre de Savvas Tsambouris est repris d’une tête plongeante par Lucas Favalli, trompant Georgios Athanasiadis. En fin de match, c’est Anestis Anastasiadis qui place son crane sur un service de Pangagiotis Spiropoulos. Victoire 2-0 de Kalloni qui revient à huit points du premier non-relégable, l’Atromitos.

Ce revers pour le Panthrakikos a entraîné le départ de Dimitrios Eleftheropoulos. L’ancien gardien de la sélection nationale n’a pas réussi à confirmer les espoirs du mois de décembre, affichant la statistique de deux défaites et deux matchs nuls, bloquant toujours Komotini à la quinzième place, dans la charette pour la Football League. Il est remplacé par Giannis Chatznikolaou, qui n’a plus entraîné en Grèce depuis trois ans.

Enfin, le Veria FC a aussi changé sa tête de gondole. Georgios Georgiadis a été limogé après la défaite 2-1 face au PAOK. L’intérim est assuré par Nikos Karabiberis qui ne fait pas mieux qu’une défaite 1-0 contre le Panaïtolikos. Le 26 janvier, le club annonce l’arrivée d’Eleftheropoulos, deux jours après son départ du Panthrakikos. L’objectif du célèbre numéro 31 reste le même : le maintien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.