mer. Sep 18th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

La Famille en Oranje : Episode 4

12 min read
Source: https://www.knvb.nl/nieuws/oranje/nederlands-elftal/24956/geheel-vernieuwde-website-onsoranjenl-live

Tous les mois, je vous fais la présentation de la carrière internationale de joueurs de la même famille ayant joué pour l’équipe nationale néerlandaise. Aujourd’hui, les familles de Jong, Mühren et van de Kerkhof.

Père & Fils

            Jerry de Jong & Nigel de Jong

Jerry de Jong

Jerry de Jong est né le 29 août 1964 à Paramaribo (Suriname). Après avoir débuté sa carrière à Telstar puis Heerenveen, Jerry signe à PSV. Malgré une forte concurrence à PSV où il joue peu, notamment avec Adri van Tiggelen international Oranje, il parvient à jouer pour les Oranje 3 fois. Jerry fait ses débuts en sélection le 21 novembre 1990 lors de la victoire 2-0 contre la Grèce. Le 19 décembre 1990 il est à nouveau titulaire cette fois contre Malte, match qui se solde par une victoire 8-0. Le 17 avril 1991, Jerry ne le sait pas encore, mais il joue son dernier match en Oranje contre la Finlande et une fois de plus les Oranje s’impose sans prendre de but, 2-0. Sa carrière souffrant d’une forte concurrence au PSV, il ne parviendra pas à se maintenir à un niveau suffisant pour rester à PSV et finira sa carrière à Caen, puis Eindhoven et MVV. Il aura un passage à vide à Eindhoven dû à des problèmes extra-sportif (drogue). Actuellement il travaille pour la mairie d’Eindhoven dans un club sportif.

Source: https://www.ebay.co.uk/itm/Panini-Voetbal-94-Jerry-de-Jong-PSV-24-/202200550004

Nigel de Jong

Nigel de Jong né le 30 novembre 1984 à Amsterdam. Nigel entre à l’Ajax dès 1993, il n’a alors que 8 ans. Le 19 octobre 2002, alors qu’il n’a que 17 ans, Ronald Koeman le fait débuté lors d’une victoire 6-2 contre AZ. Deux ans plus tard, le 31 mars 2004, le joueur de l’Ajax fait ses débuts en sélection, lancé par Dick Advocaat à la place de Rafael van der Vaart contre la France (0-0). Le 18 août de la même année, alors qu’il n’était pas à l’Euro 2004, Marco van Basten lui fait confiance et le titularise face à la Suède (2-2), il sortira à la 71e minute. Nigel de Jong a un début de carrière international qui résonne comme une chanson de Claude François, il joue 3 matches (République Tchèque, Macédoine, Finlande), puis n’est plus appelé pendant 4 matches. Il revient en sélection en 2005 pour deux matches (Roumanie, Finlande) avant d’être à nouveau absent pendant 3 matches (un match sur le banc). Les 8 et 12 octobre 2005 il a fait sont retour contre la République Tchèque et la Macédoine. Nigel jouera même 30 minutes le 12 novembre 2005 contre l’Italie en amical (1-3). Puis 2006 démarre, une année de Coupe du Monde, il signe à Hambourg le 26 janvier, et Nigel est encore une fois ignoré par la sélection. On ne reverra Nigel que le 16 août 2006 en sélection et un match amical contre l’Irlande (4-0). Alors qu’au 16 août 2006, Nigel de Jong ne compte que 11 sélections et aucun carton jaune en 4 ans, cette date est un tournant car le 29 mai 2008, soit moins de deux ans plus tard il aura atteint les 22 sélections pris un seul carton jaune et se sera absenter que très peu en sélection. Il fait partie également des 23 joueurs appeler par Marco van Basten pour disputer l’Euro 2008, où les Pays-Bas vont éblouir l’Europe d’une phase de groupe maitrisée malgré la grande adversité. Il jouera contre l’Italie (3-0) et la France (4-1) avant d’être mis au repos contre la Roumanie (2-0). Sa première aventure internationale se termine par une défaite surprenante après prolongation contre la Russie d’un Arshavin marchant sur l’eau (1-3). Il continuera à être appeler régulièrement par le nouveau sélectionneur, Bert van Marwijk. Contre l’Islande, le 6 juin 2009, Nigel de Jong marque son seul et unique but en sélection, de la tête et sur un centre de la droite de Rafael van der Vaart. Nigel de Jong est toujours appelé par Bert van Marwijk, il fait partie du onze titulaire. En 2010, une nouvelle Coupe du Monde se profile pour le milieu défensif de Manchester City, cette fois-ci il y sera. Nigel de Jong est titulaire lors de tous les matches du Mondial 2010, sauf contre l’Uruguay en demi-finale car il est suspendu (2 cartons jaunes). Il est titulaire lors de la Finale mémorable contre l’Espagne, les Pays-Bas ne sont pas favoris, mais ont une équipe qui plaît à tout le monde. Malheureusement cette finale restera dans les mémoires pour une mauvaise raison, puisque tout le monde se souviendra des provocations et agressions de Carles Puyol, Mark van Bommel, Sergio Ramos et que dire du geste du Karaté Kid (surnom de Nigel) sur Cesc Fabregas. Cette finale est une horreur pour le football, les joueurs et Monsieur Webb n’ont pas assuré le spectacle que le public méritait. Nigel de Jong, malgré son comportement, fait toujours partie de plans de van Marwijk. Mais après un match de Premier League en octobre 2010, où Nigel de Jong brise la jambe d’Hatem Ben Arfa, qui ne s’en remettra probablement jamais, van Marwijk exclu Nigel de sélection jusqu’au 25 mars 2011 (4 matches). Nigel de Jong reste un titulaire indiscutable en sélection et il joue son 2e Euro en 2012 avec les Oranje. Cet Euro 2012 est à oublier pour une nation qui avait l’habitude d’être au rendez-vous, après trois défaites contre le Danemark, l’Allemagne et le Portugal, les héros de 2010 rentre au pays plein de hontes. Après ce fiasco, Nigel de Jong décide de changer d’air et quitte le Nord de l’Angleterre pour le Nord de l’Italie et le Milan AC. Ses performances catastrophiques en club, puis une blessure au tendon d’achilles font que Nigel ne jouera que 6 matches en sélection en deux ans. Il revient cependant au bon moment, puisque Louis van Gaal l’appel en sélection pour disputer le Mondial 2014, qui sera son deuxième et dernier Mondial. Il est titulaire lors de la « revanche » sur l’Espagne, le remake de la Finale 2010 se termine par une victoire magnifique et extraordinaire des Oranje sur le score de 5-1. Titulaire lors des trois matches de groupes, Nigel de Jong perd sa place, blessé, au profit de Bruno Martins Indi contre le Mexique. Absent contre le Costa Rica, lors du coup de génie de van Gaal (remplacement de Cillessen par Krul), il revient sur les pelouses contre l’Argentine, mais ne pouvant tenir tout le match, c’est Jordy Clasie qui le remplace à la 62e minute. Vlaar et Sneijder manquant leurs tirs au but, les Oranje ne retourne pas en Finale 4 ans après. Guus Hiddink fait encore appel à Nigel de Jong après le Mondial, mais le 28 mars 2015, Nigel de Jong joue son dernier match avec les Oranje contre la Turquie (1-1). Le bilan de Nigel de Jong en sélection est de 81 sélections, 1 but, 16 cartons jaunes et aucun carton rouge. Après des passages à Los Angeles, Galatasaray et Mainz, Nigel de Jong est parti finir sa carrière à Al-Ahli au Qatar où il y rencontre Wesley Sneijder.

Source: http://www.purepeople.com/media/nigel-de-jong-a-sao-paulo-le-23-juin_m1948095

Fratries

Gerrie Mühren & Arnold Mühren

Gerrie Mühren

Gerrie est né le 2 février 1946 à Volendam. Gerrie joue au poste de milieu gauche. Il débute sa carrière au FC Volendam en 1963. En 1968, Gerrie signe au grand Ajax et fait partie de l’équipe jouant au fameux Totaal Voetbal (Football Total). Le 5 novembre 1969, Gerrie Mühren fait ses débuts en Oranje contre l’Angleterre (0-1) aux côtés de gloire des Oranje comme Johan Cruijff, Ruud Krol ou encore Rob Rensenbrink. L’équipe d’Angleterre qu’il rencontrera encore le 14 janvier 1970 (0-0) comptait dans ses rangs Gordon Banks, Sir Bobby Charlton ou encore Sir Goeff Hurst. En 1970, Gerrie ne jouera qu’un match supplémentaire, contre Israël (1-0). Gerrie Mühren joue environ trois matches en 1971, contre la Yougoslavie (0-2), le Luxembourg (8-0) et l’Ecosse de Sir Kenny Dalglish (2-1). En 1972, Gerrie Mühren se fait rare et ne dispute que 22 minutes contre le Pérou (3-0). 1973 sera la dernière année où l’on voit Gerrie Mühren en Oranje. Il joue trois matches cette année-là, 30 minutes contre l’Islande (5-0), puis est titulaire contre la Norvège (2-1) et fini sa carrière internationale contre la Belgique de Paul Van Himst (0-0). Son bilan est de 10 matches en sélection. Gerrie Mühren décède d’une maladie de la moelle osseuse le 19 septembre 2013, il avait 67 ans.

Source: https://www.uefa.com/memberassociations/association=ned/photos/photoid=2001053.html

Arnold Mühren

Arnold Mühren est né le 2 juin 1951 à Volendam comme son frère Gerrie. Comme son frère, il fait ses débuts professionnels au FC Volendam, en 1970. En 1971, Arnold rejoint Gerrie à l’Ajax, il y reste jusqu’en 1974 et part pour le FC Twente ’65. Ses performances avec le FC Twente ’65 permettent enfin à Arnold d’être appeler en sélection. Il fait donc ses débuts en Oranje le 5 avril 1978 contre la Tunisie et joue tout le match. Malheureusement, Arnold Mühren ne participe au Mondial 1978 en Argentine. Ce même été, Arnold quitte les Pays-Bas pour l’Angleterre et Ipswich Town. Ce choix de carrière n’est pas payant, car il n’est plus appelé en sélection jusqu’en 1981. Arnold Mühren marque des points aux yeux du sélectionneur lors de son retour le 25 mars 1981 au stadion Feijenoord contre la France, car ce jour là c’est lui qui donne la victoire aux Oranjes (1-0). Il jouera la suite et fin des éliminatoires de la Coupe du Monde 1982 en entier contre Chypre (1-0), l’Irlande (2-2), la Belgique (2-2) et encore la France (0-2). Durant cette période, le milieu gauche d’Ipswich marque un but contre l’Irlande. Arnold joue encore deux matches en 1983 pour les Oranjes, contre l’Ecosse (1-2) et l’Angleterre (0-2) puis disparaît de la sélection pendant toute sa période où il jouait pour Manchester United. En 1985, Arnold revient aux Pays-Bas à l’Ajax et fait son retour en sélection le 21 décembre 1986 contre Chypre (2-0). Arnold ne quitte plus la sélection jusqu’à sa seule et unique compétition internationale, l’Euro 1988. Cet Euro 1988 va permettre à Arnold Mühren de marquer l’histoire de son pays, puisque sur le but d’anthologie de van Basten qui confirme la victoire en Finale des Oranjes c’est Arnold qui fait la longue passe transversale à Marco van Basten. Arnold Mühren arrête donc sa carrière internationale ce jour-là, un an plus tard il raccroche définitivement les crampons. Son bilan en Oranje est donc de 23 matches, 3 buts et 1 passe décisive.

Source: http://soccernostalgia.blogspot.com/2014/02/transfers-that-did-not-happen-part-six.html

            Willy van de Kerkhof & René van de Kerkhof

René van de Kerkhof

René van de Kerkhof, frère jumeau de Willy, est né le 16 septembre 1951 à Helmond. René est né dans une famille de footeux, puisqu’en plus de Willy, leur grand frère Gerard et leur père Reinier ont également jouer au football de haut niveau. Gerard a joué pour le Sparta Rotterdam notamment et Reinier a joué à Deurne. « L’Aveugle » comme il était surnommé, a débuté sa carrière professionnelle au FC Twente ‘65 en 1970, comme ailier droit. René débute en Oranje le 28 mars 1973 contre l’Autriche (0-1), ce sera son seul et unique match en tant que joueur du FC Twente. L’été 1973 voit René van de Kerkhof signé chez les « Boeren » de PSV, il y passera 13 saisons. René a dû mal à entrer dans les plans des sélectionneurs Oranje, František Fadrhonc en 1973 puis Rinus Michels en 1974 ont tendance à faire confiance à un noyau de joueurs jouant à l’Ajax, meilleure équipe du monde à l’époque. En 1974, il joue le match de préparation au Mondial contre la Roumanie (0-0) qui est sa 5e sélection. Le Mondial 1974 en Allemagne de l’Ouest il le passera en grande partie sur le banc, ne jouant que 45 minutes en deuxième mi-temps en finale contre le pays hôte (1-2). René ne joue plus en sélection jusqu’au 17 mai 1975 contre l’Allemagne de l’Ouest à nouveau (1-1). Il prend part au quatre derniers matches de qualification à l’Euro 1976, contre la Finlande (4-1), la Pologne (1-4, 3-0) et l’Italie (0-1). Il ne joue pas contre la Belgique en Barrage pour l’Euro et n’apparaît que lors du match pour la 3e place lors de ce même Euro 1976 contre la Yougoslavie (3-2 après prolongations). Alors qu’il s’est enfin installé en sélection, René van de Kerkhof joue un second Mondial en 1978 en Argentine. Lors de ce Mondial, il marque contre l’Allemagne de l’Ouest et participe à tous les matches dont sa seconde finale de Mondial et la défaite contre le pays hôte 1-3 après prolongations. Ses performances avec PSV lui permette d’être indéboulonnable en sélection, il jouera un deuxième Euro également en 1980. Cet Euro 1980 sera catastrophique pour une équipe néerlandaise deux fois 2e du Mondial et une fois 3e de l’Euro sur les 6 années précédentes, puisque René van de Kerkhof et compagnie termine l’Euro éliminé dès le premier tour. René joue tous les matches lors de cet Euro, mais que 16 minutes lors du dernier match contre la Tchécoslovaquie. Le 22 septembre 1982, après que les Oranje ont manqué le Mondial 1982, René van de Kerkhof joue son dernier match avec la plus belle des tuniques contre l’Irlande (2-1). En 1983, René van de Kerkhof quitte le PSV pour les grecs de l’Apollon Smyrnis, puis il passera par les clubs de Seiko Hong Kong et Helmond Sport avant de terminer sa carrière en 1989 au Eindhoven VV (FC Eindhoven). Son bilan en Oranje est de 5 buts et 3 passes décisives en 47 sélections.

Source: https://veiling.catawiki.nl/kavels/3201957-willy-en-ren-van-de-kerkhof-nederlands-elftal-wk-1978-2x-origineel-gesigneerde-ingelijste-foto-s-+-coa-s

Willy van de Kerkhof

Willy van de Kerkhof, frère jumeau de René, est né le 16 septembre 1951 à Helmond. Comme son frère jumeau, Willy évolue sur le côté droit au poste de milieu. Willy débute sa carrière professionnelle comme son frère en 1970 au FC Twente ’65. Le 5 juin 1974, Willy, alors joueur de PSV depuis près d’une saison, fait ses débuts en Oranje contre la Roumanie (0-0). La Coupe du Monde 1974 qui suit, Willy la passera entièrement sur le banc contrairement à son frère. La carrière en Oranje de Willy va ensuite être bien différente de celle de son frère. Le 20 novembre 1974, « L’Aspirateur », comme il est surnommé, joue son deuxième match en sélection contre l’Italie (3-1). Un an plus tard, le 22 novembre 1974, Willy van de Kerkhof s’installe définitivement en sélection en jouant 70 minutes contre l’Italie (0-1). Willy ne va plus manquer un seul match pendant 4 ans. Il est titulaire lors de l’Euro 1976 fini à la 3e place, puis lors du Mondial 1978. Buteur contre l’Autriche (5-1), Willy n’a pas manqué une minute lors de ce Mondial 1978, faisant même la passe décisive sur l’égalisation de Nanninga face à l’Argentine en finale, ce qui poussera l’Argentine de Kempes en prolongations (1-3 a.p.), ce qui n’empêchera pas l’albiceleste de s’imposer. Le 15 novembre 1978, Willy manque son premier match en sélection depuis 4 ans, contre l’Allemagne de l’Est. Willy van de Kerkhof continue à être sélectionné régulièrement et jouera, comme son frère, un deuxième Euro en 1980. Après cet Euro manqué par les Oranje, Willy continue sa carrière internationale, il manque trois matches qualificatifs pour le Mondial 1982 et malgré la déception de la non-qualification, Willy continue de jouer avec la tunique orange. Après quelques matches manqués en 1982, Willy van de Kerkhof s’installe à nouveau en sélection jusqu’à la défaite 1-0, en barrage aller des éliminatoires du Mondial 1986, contre la Belgique le 16 octobre 1985. Willy van de Kerkhof, en parallèle de sa carrière internationale, a passé toutes ces années au PSV il remporte avec son frère la coupe UEFA en 1978 et termine sa carrière en 1988 avec un Coupe des Clubs Champions la même année. Son palmarès est rempli de 6 titres en Eredivisie (3 pour René) et 3 KNVB Beker (2 pour René). Son bilan en sélection est de 5 buts et une passe décisive en 63 matches.

Source: http://stevensfootballshirts.net/Shirt_Story_Cruyff.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.