ven. Nov 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

L’Eredivisie reprend ses droits. Saison 60

9 min read

 

            Ladies and gentlemen, are you ready to rumble ? L’Eredivisie 60 commence samedi après-midi avec déjà 5 matches repoussés pour cause de grève des policiers néerlandais, c’est donc le moment de présenter un peu les tenants et aboutissants d’un championnat qu’on espère un peu plus disputé que l’année dernière.

            En effet, si on se remémore l’Eredivisie 59, on s’aperçoit que le PSV a dominé de la tête et des épaules un championnat franchement terne, mettant fin au règne sans partage de l’Ajax pendant 4 ans. Frank de Boer ayant enfin été battu, on va voir si ce n’était qu’un accident de parcours pour l’ancien international, si c’est le début d’une nouvelle ère pour Philip Cocu ou si un autre club va pouvoir accrocher le sésame.

Ceux qui vont jouer le titre

 

On a mission. (source : football-oranje)
On a mission. (source : football-oranje)

PSV : Bien évidemment, on s’attend à ce que les champions sans partage de l’année dernière soient aux premiers rangs à la fin de la saison. Après un début de règne compliqué, les dirigeants ont laissé le temps à Philip Cocu de s’installer et de travailler, ce qui donne une saison quasi-parfaite à l’arriver. Evidemment, le PSV a perdu Memphis Depay, Georginio Wijnaldum et dans une moindre mesure Oscar Hiljemark et Zakaria Bakkali. Mais ils sont allé chercher Davy Pröpper au Vitesse, un certain Gaston Pereiro au Nacional, Simon Poulsen de l’AZ et ont signé définitivement Nicolas Isimat-Mirin et Andres Guardado. Sans oublier qu’ils ont toujours Florian Jozefzoon qui a passé une année sur le banc et qui reste très prometteur. Du coup, ils restent les favoris n°1 à leur succession, si l’équipe parvient à s’adapter au départ de leur deux meilleurs éléments.

Ajax : 4 fois champions avant de faire une saison médiocre (ils finissent tout de même deuxièmes, c’est dire le niveau de l’Eredivisie l’année dernière), l’équipe de Frank de Boer a beaucoup à se faire pardonner, à démarrer par l’élimination face au Rapid de Vienne en Ligue des Champions avant même le début du championnat. Niklas Moisander, Ricardo Kishna et Kolbeinn Sigthorsson sont partis, tandis que Richairo Zivkovic, Ruben Ligeon et Lesley de Sa sont en prêt. Du coup, les hommes d’Amsterdam ont enregistré deux superbes arrivées, Nemanja Gudelj de l’AZ et Amin Younes du Borussia Mönchengladbach. Arkadieuz Milik a été acquis définitivement, tandis que Mitchell Dijks et John Heitinga reviennent à la maison. N’oublions pas le prêt de Yaya Sanogo et vous avez une équipe qui semble être prête à jouer le titre. Attention à eux.

Feyenoord : Comme chaque année, Feyenoord s’est fait piller. Comme chaque année, Feyenoord a promu des joueurs de sa fabuleuse académie dans l’équipe première. Comme chaque année, on va y croire avant de voir le début de saison. Mais là, avec le retour de Dirk Kuijt, la signature définitive du sympathique Colin Kazim Richards et les arrivées de Marko Vejinovic, Simon Gustafsson, Jan-Arie van der Heijden et probablement de Michiel Kramer, Feyenoord semble bien parti pour ne pas trop souffrir de la perte de Jordy Clasie et Jean-Paul Boëtius. Erwin Mulder et très probablement Mitchell te Vrede sont aussi partis, n’ayant plus leur place au club. Avec des jeunes qui ont vécu une belle année européenne l’an dernier et l’absence d’Europe cette année, la première année de Giovanni van Bronckhorst en tant que coach pourrait être une belle surprise. Si seulement ils arrivent à prendre plus de 3 points lors du premier mois.

Le titre ? Give me a break. L’Europe ? Définitivement

AZ : Insipides sur le terrain, mais toujours classés (un peu comme trois ou quatre équipes dans ce championnat), l’AZ aura bien évidemment son mot à dire. Au sortir d’une saison où ils ont arraché la 3e place à un Feyenoord totalement décomposé, l’AZ aura fort à faire pour oublier Nemanja Gudelj, Simon Poulsen, Aron Johannsson et Steven Berghuis. Le recrutement semble très faible, mais l’AZ a surpris auparavant avec des joueurs venus de nulle part. Cette année, ils se sont concentré sur les Pays-Bas, en récupérant Alireza Jahanbakhsh du NEC, Gino Coutinho d’Excelsior et Jop van der Linden des Go Ahead Eagles. Why not ? Ajoutons-y leur recrutement scandinave habituel, un certain Jonatan Jonsson, 16 ans, venant de FH et on devrait avoir une saison sans saveur mais couronnée d’une qualification en Europe.

Groningen : A Groningen, ça joue bien, c’est fun mais le manque de continuité du club est foudroyant. Ils n’arrivent jamais à tenir une saison entière et ce n’est pas en remplaçant Genero Zeefuik et surtout Tjaronn Chery par Bryan Linssen et Jesper Drost que ça ira mieux. On parle de quatre bons joueurs, ici, entourés par des seconds couteaux. L’effectif est aussi bon que l’année dernière, pas meilleur. Attendons-nous à une sixième place pour cette équipe franchement sympathique.

Heerenveen : On peut écrire la même chose que pour l’AZ. C’est moche, c’est chiant mais ça fait quelques coups d’éclat dans la saison. Du coup, Heerenveen est toujours classé, par défaut, vu la nullité crasse de certaines équipes du championnat. Marten de Roon et Mark Uth sont partis, remplacés par des types d’Eerste Divisie et normalement par Mitchell te Vrede (qui y retrouvera Erwin Mulder). Ça ne sent vraiment pas bon pour le club aux tulipes.

Zwolle : Zwolle est arrivé il y a deux ans en tant que promu et n’a pas cessé de progresser depuis. L’équipe de Ron Jans a toujours un peu de mal pour clore leurs exercices, mais qu’est-ce qu’ils peuvent être agaçants à jouer. Pour le coup, on a un peu de mal à voir cette année comment ils pourraient être aussi dangereux dans la mesure où Jody Lukoki est parti, tout comme Warner Hahn, Maikel van der Werff, Tomas Necid et Jesper Drost. Au niveau des arrivées, c’est un peu vide. Dirk Marcellis et Queensy Menig de l’Ajax en prêt et c’est tout.

Utrecht : Oui, Utrecht. Oui, ils sont nuls depuis deux ans. Oui, ils sont incapables d’enchaîner deux victoires de suite. Mais cette année, quand bien même Edouard Duplan est parti, Sébastien Haller a signé définitivement, Rubio Rubin est toujours là, tout comme Yassin Ayoub, tandis qu’un jeune Allemand du Bayern Munich, Rico Strieder, a signé. Ici, on y croit. Le nouveau coach Erik ten Hag, qui vient du Bayern B, pourrait insuffler ce qu’il faut au club pour atteindre son réel potentiel.

Vitesse : Au niveau du Vitesse, c’est absolument comme d’habitude. Quelques joueurs importants partent, comme Davy Pröpper, Mark Vejinovic, Zakarya Labyad ou encore Jan-Arie van der Heijden et Chelsea balance cinq jeunes dans son antenne. On attend beaucoup de Dominic Solanke, sur ces cinq joueurs prêtés. On attend cependant que le Vitesse continue sur la lancée de leurs précédentes saisons et ne se plante pas à cause de trois mauvais mois comme l’année dernière.

Dom Solanke, le nouvel homme fort du Vitesse (source : benefoot)
Dom Solanke, le nouvel homme fort du Vitesse (source : benefoot)

Au mieux, c’est le ventre mou. Au pire, c’est la Nacompetitie.

 

ADO Den Haag : L’ADO ne va absolument rien faire cette saison. Et ils ne vont toujours pas descendre, avec ou sans Michiel Kramer, Mike van Duinen ou Wilfried Kanon. L’ADO, c’est comme un morpion, ça ne part pas et ça sert pas à grand-chose. Et les arrivées de Kenji Gorré, Edouard Duplan et le retour de Ninos Gouriye ne vont rien y changer. A noter LE RETOUR EN EREDIVISIE DE RUBEN SCHAKEN, LE MEILLEUR JOUEUR DU MONDE.

Heracles : Ils sont insupportables aussi, ces pique-assiettes. Leur football est nul, leurs joueurs sont nuls (sauf Bryan Linssen, parti voir ailleurs) et pourtant, ils vont trouver quelques victoires surprises pour se maintenir. Même sans Linssen. Même sans Denni Avdic. Et surtout sans Dennis Telgenkamp, probablement le pire gardien titulaire l’année dernière.

Twente : Vous avez bien lu. Le FC Twente ne devrait pas non plus accrocher l’Europe cette année. Il n’y a plus une thune dans les caisses, les équipes réserves et féminines devraient être démantelées et les sanctions devraient pulluler si le mercato n’est pas plus efficace. Obligés de vendre Luc Castaignos, Bilal Ould-Chikh, Anders Bjelland ou encore Kasper Kusk à des prix dérisoires, Twente ne s’est pas non plus renforcer. Il reste cependant des joueurs comme Hakim Ziyech ou Kamohelo Mokotjo, mais on n’y croit pas.

Cambuur : Le stade qui fait le plus peur pour un visiteur aux Pays-Bas à la chance d’avoir une bonne équipe qui y joue. Avec leurs moyens, le SC Cambuur est toujours une équipe pénible à jouer qui n’est jamais réellement payée de leurs efforts. Avec un effectif qui n’a pas perdu grand-chose et qui a rajouté Dominic Masek d’Hambourg, Cambuur fera encore une saison tranquille au milieu de tableau, avec l’excellent Bartholomew Ogbeche.

Willem II : Le club de Tilburg est revenu en Eredivisie l’année dernière et a fait une saison somme toute correcte à défaut d’avoir réellement convaincu. Ali Messaoud et Mitchell Dijks sont partis, Eric Falkenburg, Kostantinos Lamprou (déjà prêté l’année précédente), Funso Ojo, Ruben Ligeon et Lesley de Sa (les deux derniers en prêt de l’Ajax) sont arrivés. C’est pas mal du tout. De là à aller jouer l’Europe, il faut raison garder et attendre encore un ou deux ans.

Excelsior : Rotterdam est la seule ville à avoir deux clubs en Eredivisie et devrait les garder un an de plus. Excelsior a eu chaud aux fesses l’année dernière, mais les arrivées de Filip Kurto, Mike Havekotte, Bas Kuipers et Nigel Hasselbaink devraient renforcer un club qui n’a pas perdu grand-monde. Il faudra sans doute être plus sérieux que l’année dernière mais l’élite, c’est quelque chose qui s’apprend et nul ne doute qu’Excelsior a beaucoup appris l’année dernière. Eviter la Nacompetitie est l’objectif.

Guess who’s back, bitches ? (source : adoforexpats)
Guess who’s back, bitches ? (source : adoforexpats)

Promus ? C’est bien. Maintenus ? Pas sûr.

De Graafschap : Le club au nom le plus cool des Pays-Bas est monté grâce à la Nacompetitie, en ayant fini 6e de l’Eerste Divisie. Qu’ils tentent déjà de se maintenir à travers la Nacompetitie et on pourra parler d’exploit. On va pas se mentir, l’effectif est composé d’inconnus au bataillon qui pourraient bien le rester.

NEC : Nijmegen is back. Un an au purgatoire et les voilà de nouveau en Eredivisie, après avoir survolé l’Eerste Divisie. De là à se poser en treizième ou quatorzième, on ne va pas sauter le pas. Eviter la Nacompetitie serait une bonne chose, surtout avec un effectif aussi réduit. Le départ d’Alireza Jahanbakhsh sera peut-être un gros point négatif, du coup.

Roda JC : Roda JC est aussi de retour en Eredivisie après un an en deuxième division. Ils flirtaient avec la descente, ils l’ont eu et comme on dit, chat échaudé craint l’eau froide. Autant vous dire que les joueurs de Kerkrade seront surmotivés pour vivre une saison plus tranquille, un peu comme en 2011. Une dixième place est évidemment impensable, mais un maintien direct, pourquoi pas ? A noter l’arrivée de Gibril Sankoh et le départ de Guy Ramos.

Courage à De Graafschap (source : degraafschap)
Courage à De Graafschap (source : degraafschap)

            Vous savez à peu près tout sur la saison à venir. En espérant que le suspense tienne plus de deux mois…

1 thought on “L’Eredivisie reprend ses droits. Saison 60

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.