mar. Août 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Raiffeisen Super League : Back to the future

6 min read

suisse

Bien loin du cliché qui veut que la Suisse soit un pays peuplé de lents à la détente, la nouvelle saison démarre tout feu tout flamme. Franchement on a, à peine eu le temps de respirer. Après 6 journées le couperet est déjà tombé pour deux entraîneurs, et pas des moindres, Uli Forte des Young Boys de Berne et Urs Meier du FC Zurich, soit des figures bien établies dans le paysage du football Suisse. Qui sera le prochain, Didier Tholot, Zeman ? En attendant, retour sur cette entame mouvementée, club par club :

FC Bâle :

Chaque été c’est le grand exode, le grand chamboulement au FC Bâle. Cette intersaison est une nouvelle fois marquée par une grande saignée, exit les Streller, Frei, Schär, bienvenue à Janko, Hoegh et autre Bjarnason. Résultat ? 6 matchs en championnat, 6 victoires. What else ? Ah oui une qualification en Ligue des champions … manquée face à des nihilistes du jeu que sont les protégés de Slavisa Jokanovic, à la tête d’un Maccabi Tel Aviv qui manquera pas d’égaler la performance de Marseille lors de la saison 2013-2014 en LDC, un zéro pointé. Quand on sait que le directeur sportif de cette formation de peintre possède les mêmes gênes que l’inventeur du Barça moderne, on frise la syncope.

Loin de se morfondre sur son sort, le FC Bâle se réjouit de cette Ligue Europa 2015-16, qui lui permettra peut-être de jouer la finale à domicile le 18 mai prochain. Mais avant ce dénouement en apothéose il faudra se sortir d’un groupe à priori facile dans lequel figure notamment l’équipe dirigée par son ex-coach à succès, Paulo Sousa, la Fiorentina.

Grasshopper Club Zurich :

C’est l’autre bonne surprise de ce premier tour. Avec son trio offensif Caio-Dabbur-Ravet, les sauterelles dynamitent les défenses, les 21 buts marqués en 6 matchs en témoignent. Avec son effectif jeune, son entraîneur sympathique qui apprécie le jeu offensif, et le mercenaire suédois Källström, le club zurichois semble armé pour s’éviter une seconde saison galère en queue de peloton. Toutefois la minceur de leur banc risque d’être rédhibitoire pour lutter sur le long terme avec l’ogre bâlois.

Young Boys Berne :

Les saisons se suivent, se ressemblent par leur fadeur, le manque de titres et les objectifs manqués. Après avoir passé l’été à clamer dans toutes les presses avides de titres racoleurs, que le club de la capitale voulait se donner les moyens de mettre fin à l’hégémonie bâloise, les Young Boys ont méchamment mangés le sol.

La maison jaune et noire est en feu, éliminés de la course à la phase de poule en Europa League par Qarabag. Rappelez-vous, Qarabag c’est le club kazakh qui avait joué un mauvais tour à Saint-Etienne au même stade de la compétition l’année passée, l’élimination n’est donc pas forcément honteuse, mais la manière oui. Entre un recrutement qui semble raté, une équipe en perte de confiance et un problème général de direction, la saison s’annonce longue pour les bernois. On en saura plus avec la nomination du successeur d’Uli Forte sur le banc.

FC Lucerne :

Dans la lignée de sa phase retour de tonnerre, les Lucernois, renforcés par quelques allemands, semblent être en mesure de tenir le rôle de troubles-fêtes sur la longueur. Normal au vu de l’effectif, citons notamment le petit Mozart Jantscher et la doublette Lezcano-Schneuwly qui devrait faire trembler les filets à de nombreuses reprises sur les passes du premier nommé.

FC Sion :

Que dire ? Placée sous le signe de la continuité, la saison pourrait finalement ressembler aux précédentes tant l’imprévisible président sédunois semble nerveux. Didier Tholot fragilisé par une entame en dents de scie va vite devoir stabiliser un navire qui tangue. Malgré l’effort financier que représente le fait d’avoir gardé tout les meilleurs éléments de l’équipe qui a soulevée une 13ème coupe le 7 juin dernier, l’équipe semble bancale et inefficace, à l’image du serial buteur Konaté qui semble avoir oublié son efficience pendant les vacances. Il faut rajouter à ça le tirage au sort de l’Europa League qui leur donne une place dans le groupe de la mort (Rubin Kazan, Bordeaux, Liverpool). En cette année du bicentenaire de sa rentrée dans la confédération Suisse, le club des Alpes risque d’avoir de la peine à gravir toutes les montagnes qui se présentent sur son chemin. La réelle question concerne plutôt le nombre de guides qui seront à la tête de la portée …

FC Saint-Gall :

La période estivale aura permis de faire le tri, le nouveau directeur sportif Christian Stübi a pris ses premières décisions : exit les Besle, Kapiloto qui fragilisaient une défense faiblarde et place à la jeunesse, que ce soit dans son propre centre de formation avec Gelmi ou avec l’espoir Angha qui rejoint les brodeurs après une saison en Bundesliga 2. Autre fait marquant du mercato, l’imbroglio Karanovic qui a finalement rejoint le néo-promu Angers en Ligue 1 après s’être disputé sur les clauses d’un contrat qui, selon le club s’était automatiquement prolongé.

FC Thoune :

Son entraîneur à succès parti pour le FC Bâle, le club bernois s’est tourné vers un ancien grand joueur, Ciriaco Sforza. Ce dernier, après un début de carrière compliqué sur le banc de Lucerne notamment, a retrouvé le chemin du bohneur dans son club formateur, le FC Wohlen qui, contre toute attente à longtemps fait la course en tête avant de céder dans le sprint final d’une Challenge League 2014-15 fort intéressante. Dans ses bagages il emmène deux de ses anciens lieutenants, Buess et Rapp censés remplacer le buteur finlandais Sadik parti gagner sa vie hors de nos contrées.

Les débuts sont mitigés, éliminés en Europa League par un Sparta Prague simplement plus fort, les thounois peinent en championnat. Gageons que maintenant l’aventure européenne terminée, l’effectif quelque peu court va reprendre des couleurs en championnat.

FC Lugano :

Le néo-promu s’est complètement redessiné durant la trêve. Zeman, connu pour son jeu offensif quelque peu suicidaire par instants, est venu remplacer l’entraîneur de la montée, Livio Bordoli en bisbille avec une partie de l’équipe dirigeante, désormais en place au FC Aarau, fraîchement relégué en Challenge League. Une myriade de joueurs croates est venue renforcer l’effectif jugé trop faible pour l’élite, associée au retour de l’enfant prodigue Veseli perdu dans les très fonds du football anglais, ces manœuvres permettront-elles à l’équipe de se sauver ? Rien n’est moins sur.

FC Zurich :

La grande déception. Entamée durant la seconde partie de la précédente saison, la longue descente aux enfers s’est prolongée. Exedé, Canepa, le président zurichois a activé la guillotine, mettant fin au règne du formateur Urs Meier. Pour le remplacer, le club se tourne Sami Hyypiä, ancien grand défenseur et surtout grand ami de l’ancien patron de la défense zurichoise, Hannu Tihinen qui a joué l’entremetteur. La mission s’annonce ardue, à moins de dégraisser une effectif définitivement trop complet, elle parait même insoluble.

FC Vaduz :

Engagé sur le front européen suite à sa victoire en Coupe du Liechtenstein, le club de la principauté sort d’un été réussi sur le papier. Avec le prolongement du prêt de Naser Aliji et l’engagement définitif de Joel Untersse, l’arrivée de Kukuruzovic, Costanzo et le métronome Ali Messaoud, le mercato augurait une belle saison. Léger retour sur terre, après 6 journées, le club pointe à la dernière place, s’est fait éliminer en Europa League par … le FC Thoune et certaines recrues sont hors de forme. Pour délaisser la peu glorieuse place de lanterne rouge, l’équipe de Giorgio Contini va devoir hausser son niveau de jeu, et vite.

Classement des buteurs (Top 10)

(28.08.2015)
Rang Name Mannschaft Tore
1. Lezcano Lucerne 6
2. Dabbur GC 5
Tarashaj GC 5
4. Caio GC 4
Konate Sion 4
6. Delgado Bâle 3
Janko Bâle 3
Ravet GC 3
Sadiku Zürich 3
10. Aleksic St. Gall 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.