mer. Juin 26th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Suisse – Bilan de la saison 2014/2015

8 min read

La saison 2014/15 est terminée, après 180 matchs de championnat, plus de 16’000 minutes de jeu, 517 buts marqués, près de 2 millions de spectateurs dans les tribunes et de nombreuses anecdotes qui feront dates, l’heure est au bilan. Petit retour sur le parcours de chaque club en Raiffeisen Super League.

Classement

Rang Equipe M V N D Buts Points
1. Bâle 36 24 6 6 84:41 78
2. Young Boys 36 19 9 8 64:45 66
3. Zürich 36 15 8 13 55:48 53
4. Thoune 36 13 13 10 47:45 52
5. Lucerne 36 12 11 13 54:46 47
6. St. Gall 36 13 8 15 57:65 47
7. Sion 36 12 9 15 47:48 45
8. GC 36 11 10 15 50:56 43
9. Vaduz 36 7 10 19 28:59 31
10. Aarau 36 6 12 18 31:64 30

FC Bâle :

6ème titre de suite, meilleure attaque, meilleure défense, meilleur buteur. Que dire de plus ? La première saison sous la férule de Paulo Sousa est une réussite, un nouveau titre en championnat couplé d’un parcours européen honorable (élimination en 1/8 de finale face au FC Porto) en atteste. Seul bémol, les départs annoncés ou probables de plusieurs cadres (Streller, Schär, Frei, Embolo) voir même du coach que l’on dit en partance pour l’Italie ou la Fiorentina lui fait les yeux doux. On connait la qualité de la cellule de recrutement et de son centre de formation qui lui ont permit, années après années de combler les trous que laissent les partants. Rappelons par exemple que rien que l’été passé ils avaient perdus Stocker et Sommer. George Heitz, le directeur sportif rhénan aura droit à un nouvel été agité, gageons qu’il nous trouve une nouvelle fois la pépite qui permettra au FC Bâle d’aller chercher un septième titre consécutif.

La saison prochaine s’annonce passionnante, entre les différents changements de staff, joueurs, on se réjoui d’ores et déjà de les retrouver à l’occasion des matchs qualificatifs pour la Ligue des Champions qui auront lieu à partir de la mi-juillet.

basel-streller-001

Young Boys :

Éternels dauphins, les bernois confirment toutefois qu’ils sont de retour au très haut niveau. Présentant un jeu leché, la troupe de jeunes bernois (Mvogo, Hadergjonaj, Bertone, Kubo) guidée par l’expérimenté Guillaume Hoarau (on pourrait rajouter les autres « vieux », Von Bergen, Gajic, Vilotic, Nuzzolo) aura caressé quelque temps l’espoir de mettre fin à l’hégémonie bâloise. Trop inconstants, ils ont rapidement compris que cette saison allait finir par ressembler aux autres, encourageante mais rageante car vide de titres. On ne voit pas de développement réel de l’équipe qui, avec ses deux demi-championnat à 33 points semble stagner. Toutefois l’avenir semble radieux, le richissime propriétaire du club annonce un mercato ambitieux pour le club de la capitale (on parle déjà de Dzemaili, Benito), ce qui devrait lui permettre de lutter à armes égale avec l’ogre bâlois durant la prochaine saison. Cette place de second accorde le droit au club bernois d’affronter un adversaire prestigieux en match qualificatif pour la Ligue des Champions, sans grands espoirs de passer le tour, pas réellement grave car dans le cas échéant ils se verront reversés en Europa League qui parait bien mieux calibrée pour leurs ambitions.

FC Zurich :

Bilan mitigé, un premier tour de feu suivi d’une seconde partie de saison rageante. L’exact contraire de la saison passée. Avec son effectif fourni les zurichois semblaient pourtant posséder les joueurs pour titiller sur le long terme le grand FC Bâle, on en est loin, au final le FC Zurich aura plus regardé dans son rétroviseur où il voyait le FC Thoune s’approcher dangereusement, pendant que, devant le rythme imposé était impossible à suivre. L’été sera consacré à la fonte de l’effectif plétorique, avec notamment quelques départs de cadres en vue (Djimsiti, Chikhaoui, Schönbächler) et d’autres joueurs hors cadre (Brunner, Kajevic, Koch, Rossini). Ils devront passer par 2 tours de qualifications pour accèder à la phase de poule de la petite coupe d’Europe, c’est tout le mal qu’on leur souhaite !

FC Thoune :

Avec son petit budget, le second club bernois fait des miracles. Grâce à son duo Urs Fischer sur le banc et Andreas Gerber à la direction sportive, le petit poucet renverse des montagnes pendant que d’autres, bien plus fortunés mangent la poussière. A peine touchés par le départ au mercato hivernal de Christian Schneuwly au FCZ, les thounois ont, grâce encore une fois à un recrutement réussi (Frontino, Karlen, Rojas), lutté avec les gros durant toute cette édition 2014-15. Leur qualification pour l’Europa League et ses tours qualificatifs est tout à fait méritée. Seul point noir au tableau, le meilleur buteur du club, le finlandais Berat Sadik est en fin de contrat et quittera le club dans les semaines qui viennent. Départ déja compensé par l’arrivée de Roman Buess (FC Wohlen) et de Norman Peyretti (FC Bienne).

FC Lucerne :

Quel parcours ! Lanterne rouge à la trêve, les lucernois se paient le luxe de finir à la deuxième place de la seconde partie du championnat, seul le FC Bâle et ses 37 points glanés (34 pour Lucerne) font mieux ! Et si finalement l’équipe mise en place par l’ancien directeur sportif Alex Frei n’était pas si mauvaise ? On concédera qu’avec un coach comme Carlos Bernegger les choses ne pouvaient pas durer, son successeur sur le banc, Markus Babbel donne entière satisfaction tant il à réussi à ramener du plaisir et de la confiance (difficile de garder le moral quand, comme Lezcano, on touche 5 fois le poteau et 1 fois la latte durant une saison !) dans sa troupe. La saison prochaine devrait venir confirmer ce second tour de feu, à moins que l’instabilité chronique et ce qu’Alex Frei décrivait comme une baie remplie de requins ne refasse surface. La 13ème victoire en Coupe Suisse des sédunois prive le club qui borde les lac des Quatre-Cantons de Coupe d’Europe, dommage. La difficulté de l’été consistera à garder le métronome autrichien Jakob Jantscher (il possède une clause libératoire relativement basse).

FC Saint-Gall :

Les saisons se suivent et semblent se ressembler dans la quiétude qui caractérise les Brodeurs, moyennes, peu entraînantesLe luxembourgeois Jeff Saibene, en place depuis maintenant plus de 4 ans doit remettre en cause sa stratégie. Pour la seconde fois de suite, son effectif s’effondre dans la deuxième partie de saison (18 points seulement, contre 29 au premier !). Comment l’expliquer ? Son turnover général (même au poste de gardien!) et le manque de tranchant de ses cadres (Besle, Bunjaku, Janjatovic, Mathys) apportent les premiers éléments, le reste semble plus profond. La preuve en est, le directueur sportif Heinz Peischl vient de prendre la porte et doit laisser la place à Christian Stübi, si on ajoute à ça le licenciement du directeur de centre de formation (aucun jeune n’en est sorti récemment), on peut conclure que le club est dans la panade. Un remaniement de l’effectif est à l’étude (exit les Kapiloto, Besle, Mathys, Lopar) et place à de nouvelles têtes qui doivent injecter du sang frais dans un effectif en déliquescence.

FC Sion :

Mieux vaut en rire, une nouvelle fois le FC Constantin avait un effectif qui suffisait largement pour finir sur le podium. Après un premier tour catastrophique, l’omniprésent président a fait appel à son vieil ami Didier Tholot pour venir sauver les meubles (9ème du classement à la 18ème journée). Bien lui a pris, car six mois plus tard, le FC Sion brode une treizième étoile au dessus de son logo et peu se targuer d’avoir lancé 2 jeunes pousses ô combien prometteuses (Fernandes, Follonier) tout en dévoilant le talent deviné mais jamais révélé du goalgetter sénégalais Moussa Konaté. Toutefois, nous connaissons trop bien le FC Sion pour croire que cette situation va durer. Le sniper Konaté va partir, d’autres le suivront, d’autres arriveront, l’équilibre sera chamboulé et dans 6 mois l’entraineur, le staff et l’ambiance auront changés. Éternel recommencement.

GC :

Saison compliquée pour l’historique club zurichois, entre l’imbroglio Salatic en début de saison, le départ controversé de Michael Skibbe à la trêve et encore récemment le licenciement du directeur sportif Axel Thoma, le calme n’aura régné qu’avec parcimonie. Les performances sur le terrain et cette 8ème place trahissent ce manque d’harmonie dans la sphère dirigeante. Avec la vague de joueurs en fin de contrat (Lang, Abrashi, Dindsdag, Jahic, Ngamukol) et le probable départ de celui qui, à lui seul portait le club sur ses épaules cette saison (Munas Dabbur), l’été s’annonce costaud pour la nouvelle équipe au pouvoir. Pierluigi Tami qui a quitté son confortable poste à l’ASF pour se plonger dans la pépinière zurichoise va devoir formater une nouvelle équipe, qui connaissant les difficultés financières du club risque fortement d’être une troupe low-cost.

Vaduz :

Seconde saison dans l’élite, premier maintien ! Après un championnat maîtrisé, jamais vraiment inquiété tant les lucernois puis les argoviens paraissaient faible, le club de la principauté peut fêter (en plus de sa victoire en Coupe du Liechtenstein) le meilleur classement jamais atteint par le club ! Désormais il va pouvoir se pencher sur la saison prochaine qui s’annonce encore plus rude, car le FC Lugano sera un adversaire autrement plus coriace que le FC Aarau. Autre point sur lequel le staff va devoir s’attaquer, le secteur offensif, car avec 28 petits buts marqués les liechtensteinois sont clairement en deçà d’un total qui pourrait leur assurer un second maintient d’affilé dans l’élite. Trouver un vrai numéro 9, capable de scorer une dizaine de fois, mission difficile mais vitale pour Vaduz.

2066453157
source : www.fcvaduz.li

FC Aarau :

Entre les éternels ajournements pour la construction du nouveau stade et la saison blafarde de leur troupe, les supporters argoviens doivent se sentir floués. Le changement d’entraîneur tardif (exit Christ, arrivée du dinosaure sauveur Ponte) n’aura rien changé, cette équipe, large en quantité, courte en qualité, ne pouvait pas se maintenir dans l’élite. Hormis Radice, Sandro Burki et éventuellement Joel Mall, l’effectif est passé en travers. Gageons que cette relégation permettra au club de repartir sur des bases solides comme la dernière fois. Au moins, la prochaine Challenge League s’annonce passionnante, maigre consolation pour des aficionados en perte de moral.

3 thoughts on “Suisse – Bilan de la saison 2014/2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.