mer. Oct 23rd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Suisse : Bilan du mercato et en route pour la seconde partie de saison

5 min read

suisse

La deuxième partie de saison sera passionnante pour le football Suisse. Entre un Euro 2016 chez nos voisins Français qu’on affronte avec confiance, la finale de l’Europa League sur sol Suisse, et des championnats nationaux qui assurent d’être passionnant jusqu’au bout. Toutefois, à quelques mois de l’Euro on peut s’inquiéter de la méforme d’un nombre relativement important de potentiels sélectionnables. Prenons le capitaine de la nati, Inler qui se morfond en tribune avec le leader surprise Leicester, Stocker sur le banc à Berlin, Schär qui retrouve enfin du temps de jeu suite à un changement de coach, Drmic obligé de changer de club pour grappiller du temps de jeu, Seferovic qui s’engueule avec son coach, Ricardo Rodriguez qui aligne les performances douteuses, son remplaçant Moubandje absolument catastrophique avec Toulouse, Fabian Frei en rupture de banc à Mayence, Dzemaili mal à l’aise avec le Genoa, et vous avez une équipe en manque de repères et de certitudes. Il reste quelques mois pour redresser la barre. Ne perdons pas espoir.

Sur le plan national, le titre de la Raiffeisen Super League semble d’or et déjà réservé au sextuple vainqueur sortant, le magnifique FC Bâle. Pourtant, derrière cette domination sans pitié (15 points d’avance en championnat), se cache une fragilité. Car mercato après mercato, le géant rhénan doit rebâtir, tenter des paris. Et cette période de transfert hivernale est une nouvelle occasion de nous démontrer que sa cellule de recrutement fonctionne à merveille. Petit tour d’horizons des principaux transferts de Raiffeisen Super League :

Transferts en direction de la Suisse – Le top 5 :

Aleksandr Kerjakov – Prêté 6 mois au FC Zurich par le Zénit Saint-Petersbourg. Il vient chercher du temps de jeu pour l’Euro 2016. Longtemps placardisé dans son pays, il vient enfiler des buts et emmagasiner de la confiance. En fin de contrat en juin, il se pourrait que le prêt se transforme en transfert définitif, à condition de convaincre durant cette période « d’essai ».
Philippe Senderos – Transfert, rejoint Grasshopper Zurich, libéré de son contrat par Aston Villa. Espère accrocher le wagon de l’Euro, ce qui, même avec de belles performances risque d’être compliqué. Après plus d’une année sans jouer, le pari est risqué. Il a 6 mois pour convaincre qu’il est encore un footballeur professionnel, ou du moins que son corps soit encore capable de répondre aux exigences de ce dernier.
Renato Steffen – A six mois de la fin de son contrat, le virevoltant ailier des Young Boys de Berne rejoint l’ennemi bâlois.
Michael Frey – en échec à Lille, où il a perdu toute confiance suite à une blessure et de nombreuses rechutes, Michi est de retour sur le territoire national. Il vient remplacer Dario Lezcano, parti à Ingolstadt. Si il éclabousse le championnat de sa fraîcheur, à l’image de ses débuts avec YB, il se pourrait qu’il revienne en France de manière triomphale … pour l’Euro !
Theofanis Gekas – le vétéran grec arrive enfin sur le territoire national. Annoncé tantôt à Grasshopper et déjà à Sion, dans un passé récent, il a enfin fait le pas. Difficile de situer le niveau réel de ce vieux renard des surfaces, qui reste sur un beau ratio de 5 buts en 10 matchs avec son ancien club en Turquie (Eskisehirspor).

Transferts hors Suisse – Le top 8 des départs :

Mario Gavranovic (Rijeka/CRO) – Le petit lutin ne s’est jamais vraiment remis de sa blessure au genou, contractée durant le mondial 2014 au Brésil. Moins tranchant dans le jeu et devant le goal, il plie bagage à 6 mois de la fin de son contrat. Direction le pays de ses ancêtres. A 26 ans, il a encore une belle carrière devant lui. Mais en évoluant dans un championnat peu médiatisé, il prend le risque de disparaître définitivement des radars.

Remo Freuler (Atalanta/ITA) – Énorme perte pour le FC Lucerne. Remo Freuler, ce milieu à l’anglaise, box-to-box infatigable va manquer à l’entre-jeu du FCL. On regrettera un départ dans un championnat qui n’appartient plus au gotha du football mondial (NDLR: Dugarry aime ça) , de plus dans un club mineur comme l’Atalanta. Tu pouvais pas rejoindre la Bundesliga comme tout le monde ?

Dario Lezcano (Ingolstadt/GER) – Malgré son indéniable talent, peu de gens regretteront l’ingérable bulldog paraguayen. Entre ses coups de sang envers l’arbitre et les adversaires, le fougueux Dario s’est fait une belle liste d’ennemis. Parti dans l’optique de sauver Ingolstadt, promu en Bundesliga, de la relégation. Bonne chance pour la suite, El Diablo.

Shani Tarashaj (Everton/ENG – Bi-national (Suisse/Albanie), le jeune Shani risque de nous faire payer l’incompétence et la bêtise profonde de notre cher sélectionneur national, j’ai nommé Vladimir Petkowitz, qui lui préfère l’inconstant et longtemps blessé Eren Derdiyok. Et si il rejoignait la très fournie « colonie helvétique » déjà présente en Albanie pour disputer l’Euro où l’attend un match face… à la Suisse ?  On risque de s’en mordre les doigts, tant son talent parait évident aux yeux de tous (ou presque) !

Mohamed Elneny (Arsenal/ENG) – C’est LE transfert de la période hivernale. Arrivé dans les bagages du feu-follet Salah, le tenace Elneny n’a cessé de s’améliorer durant sa période bâloise. Timoré et discret à ses débuts, il a fini par être omniprésent et décisif. Toutefois, gageons qu’il lui faudra quelques mois pour s’adapter à la Premier League, tant la différence de niveau est criante.

Shkelzen Gashi (Colorado Rapids/USA) – A 6 mois d’un Euro qu’il souhaite jouer avec l’Albanie, Shkelzen se devait de retrouver un temps de jeu que lui refusait Urs Fischer. Il avait le choix entre l’Amérique et la Chine. Ça sera le Colorado et la MLS. Ce championnat ne cesse de s’améliorer, de ce fait c’est loin d’être un mauvais choix de carrière. D’autant plus que, étonnamment, le choix est également payant sur le plan financier. Il rejoint les Barnetta, Emeghara, Winter & Cie.

Gashi coloradorapids

Yoichiro Kakitani (Cerezo Osaka/JAP) – Annoncé comme « the next big thing » à son arrivée, le farfadet venu tout droit du Pays où se lève le soleil, aura déçu. Doté d’indéniables qualité (et de son traducteur attitré!), Yoichiro a laissé transparaître du bon, voir du très bon par instants, mais surtout de l’inconstance chronique. Engagé notamment pour accroître la visibilité du club en Asie, celui qui est une véritable rockstar au pays, est reparti d’où il venait, soit au Cerezo Osaka.

Zdravko Kuzmanovic (Udinese/ITA) – Il devait être le nouveau garant « local » de cet effectif tout juste amputé de la légende Marco Streller. L’enfant du club et ses dirigeants voyaient grand, avec un contrat longue durée. 6 petits mois plus tard, des blessures couplées à des performances décevantes, et c’est le départ par la petite porte. Direction l’Udinese, pour un prêt avec option d’achat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.