jeu. Nov 14th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Super League Suisse au Brésil : E6 – Oliver Bozanic – l’enflammade du mois d’août

3 min read

Capture d’écran 2014-04-10 à 18.41.23

Le Mondial brésilien approche à grand pas, dans le but de vous faire découvrir certains joueurs que vous aurez l’occasion de voir évoluer sur les différents terrains durant le mondial nous lançons cette petite série de portraits.

L’occasion également de prouver que le championnat suisse devient gentiment un nid d’internationaux reconnus.

Oliver Bozanic – 25 ans – 2 sélections – FC Lucerne

332532-5ef39e4234fab13a684daa66ec7f4d45

L’histoire d’Oliver commence en janvier 1989 quand il pointe sa tête dans la magnifique ville de Sydney. Pas vraiment taillé pour le rugby avec son mètre 83 et sa corpulence frêle il se tourne rapidement vers le « soccer » comme l’appellent couramment les Aussies.

Très vite catalogué comme « petite merveille d’un football ma foi très peu développé de l’autre côté de la planète ». Transféré à 18 ans dans le pays de ses descendants, direction la D2 et le club de Reading. Le jeune Bozanic, sans doute trop jeune, ne saisit pas sa chance et enchaine les prêts peu fructueux dans les bas fonds des divisions anglaises, très peu faites pour un gabarit si fragile. Après 3 ans à souffrir de toute sa chair dans l’antichambre du football anglais il met fin au calvaire et retourne, quelque peu abattu, la queue entre les jambes, en Australie.

Son séjour dans son pays natal dure 3 ans, 3 années qui lui permettent de s’imposer et de retrouver une certaine stabilité. En août 2013 Alex Frei, tout fraichement nommé directeur sportif du FC Lucerne flaire la bonne affaire et le fait signer pour environ 50’000 CHF, une broutille. Oliver Bozanic voulait à tout prix rejoindre l’Europe pour enfin intégrer l’équipe des Socceros qui le boude depuis trop longtemps. Fâcheux à 1 an de la Coupe du Monde, au Brésil qui plus est.

Ses débuts en Super League sont flamboyant, le milieu axial relayeur peu connu pour son sens de la finition claque un doublé dès son 2ème match. Rebelote la semaine suivante où – surprise – il permet à son équipe de s’imposer face au FCZ grâce à un nouveau doublé. Le football suisse commence à regarder de plus prêt ce rouquin à l’aise balle au pied et définitivement trop élégant pour être un escroc. Il marquera encore un but le match qui suit puis, plus rien en fait! 30 matchs sans but. Après son début de saison étonnant, il paye la mauvaise forme de son équipe en début 2014 et se voit glisser doucement mais sûrement sur le banc de touche, Carlos Bernegger lui préférant la jeune recrue hivernale Remo Freuler qui, comme l’Australien, score à plusieurs reprises lors de ses débuts.

Le tintin australien lors de son fabuleux doublé face au FCZ
Le tintin australien lors de son fabuleux doublé face au FCZ

Appelé une première fois en équipe nationale en octobre dernier, il fait ses débuts face au Canada (victoire 3-0), bénéficiant de 25 minutes de jeu. Pareil en mars 2014 face à l’Equateur où son coach lui accorde un quart de match lors de la défaite 3-4 en match amical.

Sur la pente descendante après un mois d’août plein de promesses Oliver semble pourtant avoir réussi son paris pour le mondial brésilien. Fais attention au soleil l’artiste, pas facile de bronzer avec une peau d’allemand.

Probabilité de le voir au Brésil : 6/10

Le numéro plus les cheveux roux, heureusement que t'est riche gros.
Le numéro 3 plus les cheveux roux, heureusement que t’est riche gros.

2 thoughts on “Super League Suisse au Brésil : E6 – Oliver Bozanic – l’enflammade du mois d’août

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.