ven. Août 23rd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

La candidature turque pour accueillir l’Euro 2024

6 min read

La Turquie est candidate à l’accueil de l’Euro, et c’est la cinquième candidature turque. Le dossier présenté par le TFF (Fédération Turc de football) comporte 10 stades dans neuf villes. L’UEFA rendra son verdict en septembre entre l’Allemagne et la Turquie. TLMSF vous présente les avantages et les inconvénients ville par ville cette candidature.

 

Istanbul : la touristique

Crédits : istanbul-city.fr

Vous connaissez tous Istanbul, même si vous y êtes jamais allé, vous avez déjà entendu parler de l’ancien capitale impériale.

Istanbul présente plusieurs avantages.

La ville accueille chaque année plusieurs milliers de touristes donc il n’y aura aucun soucis pour l’hôtellerie et l’accueil des flux.

Les deux stades retenu par la fédération sont l’Atatürk Olimpiyat et la Türk Telekom Arena.

Ces deux stades se trouve du côté européen de la ville où se situent les monuments historique de la ville comme Sainte-Sophie ou la Mosquée Bleue.

Atatürk Olimpiyat a accueilli la finale historique de la Ligue des Champions entre Liverpool et Milan AC en 2005, et est candidat pour la finale de 2020.

Un des bémols de ce stade est qu’il se situe à 30 kilomètres de la place Taksim (qui est le cœur de la ville) mais une ligne de métro dessert le stade depuis Taksim. Un autre point faible est la piste d’athlétisme qui éloigne les supporters du terrain.

La Türk Telekom Arena est le nouveau stade de Galatasaray. Inauguré en 2011, ce stade a un capacité de 52000 places. Un métro sert de liaison entre Taksim et l’Arena.

Le TT Arena a accueilli la finale du mondial U21 en 2013.

Un point faible, c’est que le stade de Besiktas n’est pas présent dans le dossier. Ce bijoux d’architecture a été inauguré en 2016, et se situe au cœur de la ville et au bord de la mer.

 

Bursa : l’ottomane

Crédits : zoover.fr

Un des très grands avantages de Bursa c’est qu’il soit facilement joignable depuis Istanbul en trois heures par la route. Et pour ceux qui aiment la mer, en une heure et demie par le ferry.

Bursa est la première capitale de l’Empire ottoman, il y a plusieurs lieux touristiques comme la mosquée verte, le mont Uludag ou encore plusieurs musées consacré à l’Empire Ottoman.

Comme toute la Turquie, Bursa a une grande culture culinaire comme l’Iskender Kebabi, le Kadayif ou encore le Köfte d’Inegöl.

Le stade de Bursa est ouvert depuis décembre 2015. Il mérite le visite des fans pour son forme atypique en crocodile qui est le symbole de Bursaspor. L’antre des verts et blancs est desservie par le métro de Bursa.

Après la Guerre en Yougoslavie, beaucoup de Bosniaques et d’Albanais ont immigré à Bursa, ceux-ci sont pleinement intégrés dans la ville.

Au cas où la Croatie ou la Serbie viennent à jouer dans la ville durant le tournoi, il peut avoir des affrontements entre les fans et les locaux.

 

Eskisehir : l’universitaire

Crédits : http://www.milongainturkey.com

Eskisehir est la ville universitaire de la République. De ce fait on pourra la comparer à Lille.

La ville est facilement accessible avec TGV depuis Ankara, Konya ou Istanbul.

Pour les fêtards, la ville regorge de bars et boîte de nuits en tout genre.

Le stade a été inauguré en 2016 est facile d’accès depuis le centre ville grâce aux tramways.

Le plus grand bémol de la vile c’est qu’il n’a pas d’accès à la mer.

 

Antalya : la méditerranéenne

Crédits : luxairtour.lu

Qui ne connait pas Antalya ? Cette ville est le spot touristique de la Turquie. La ville est au bord de la Méditerranée est très prisée par les Turcs de la diaspora ou les locaux. C’est pour cette raison que la ville ne manque pas de complexes hôteliers allant du low cost aux cinq étoiles. Pour les fans qui aiment bien la mer, le plage et farniente la ville est un très bon choix.

Le stade est ouvert depuis 2015 et se situe proche du centre ville.

Le seul bémol qu’on pourrait mettre au compte d’Antalya c’est qu’elle soit loin d’Istanbul et d’Ankara.

 

Ankara : la capitale

Crédits : istockphoto

Pour être honnête la capitale turque compte très peu de choix touristiques. La ville est facilement accessible par voie ferrée, aérienne ou routière. La ville est en pleine centre du pays.

Le stade d’Ankara est en projet et il est prévu pour 2020.

 

Konya : la religieuse

Crédits : http://www.wrirosscities.org

La capitale de l’Empire Seljoukide est en plein développement. La ville est desservie par le TGV depuis toutes les grandes villes.

Pour les fans qui vont suivre leur équipe à Konya, la ville offre plusieurs options touristiques. En effet, Konya est voisinne d’Antalya pour ceux qui aiment la mer, et Capadoce pour les ferrus d’histoire.

Le stade de Konya est proche du centre-ville, il est disponible depuis 2014 et a un capacité de 42000 places.

Le plus grand soucis pour les supporters peut être la consommation d’alcool. En effet Konya est une des villes les plus religieuses du pays. De ce fait les supporters ne doivent pas boire n’importe où et n’importe quand à Konya.

 

Izmit/Kocaeli : la surprise

Crédits : http://blog.eoffice.net

Izmit est connue pour ces zones industrielles, et offre très peu de divertissement. La ville est située entre Istanbul et Bursa.

Le stade est construit, mais il n’est pas encore inauguré, il pourra accueillir 33000 personnes.

Une des raisons principales pour aller à Izmit est le Pismaniye : une pâtisserie traditionnelle d’Izmit.

 

Trabzon : au bord de la Mer Noire

Crédits : lonely-planet

Trabzon est très loin de toutes les villes citées auparavant. Elle se situe au bord de la mer Noire et a plusieurs cites historiques à visiter. Trabzon est proche de la Géorgie pour ceux qu’ils veulent faire un roadtrip après l’Euro.

La ville vit avec le football, et le stade a été inauguré en 2016. Il est situé à l’extérieur de la ville et les transports publiques sont entrain de ce mettre en place pour l’entre du Trabzonspor.

La spécialité culinaire de la ville est l’anchois que vous pourriez trouver dans tout les plats.

 

Gaziantep : la culinaire

Crédits : www.mogulsb.com

Quand vous regardez sur la carte vous pouvez voir que Gaziantep est toute proche de la Syrie. Même si, cette raison peut refroidir certains, la Turquie a sécurisé toutes ces frontières et ne connait plus d’attentat depuis le fléau terroriste de 2015.

Une autre raison qui pourra repousser les fans est le fait que Gaziantep est loin de toutes autres villes citées plus haut.

Le nouveau stade est inauguré depuis 2016 est peut accueillir 33000 personnes.

Maintenant, on arrive au point le plus important sur Gaziantep : la nourriture. Parmi les plats incontournable de Gaziantep on pourra citer le Baklava, le Lahmacun, le Küsleme ou encore le Beyran.

 

Conclusion

 

Comme nous pouvons voir ci-dessus la majorité des stades qui sont présentés pour accueillir le tournoi sont déjà inaugurés. La Turquie développe à une vitesse considérable ses voie ferrées et son complexe hôtelier.

Un autre avantage que la Turquie a sur l’Allemagne est l’accueil de la Coupe du Monde en 2006 par ce dernier.

Le plus grand désavantage de la Turquie est sa situation géographique. La Turquie est la porte qui s’ouvre sur l’Irak, l’Iran et la Syrie, donc l’UEFA peut craindre des attaques terroristes durant le tournoi.

Même si l’organisation du tournoi n’est pas accordée à la Turquie, il est quand même conseiller de visiter ces villes et de vivre des matchs dans les stades cités (#TLMSFAgenceDeVoyage #GroundHopping)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.