mer. Oct 23rd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Luis Enrique et sa saison au Celta

5 min read

C’est l’information principale de ces derniers jours. Luis Enrique, l’ancien joueur du Barça, et ancien coach de l’équipe B du Barça, s’est engagé avec le FC Barcelone pour en devenir l’entraineur. Après un échec à la tête de la Roma, le technicien asturien sort d’une belle saison au Celta de Vigo. Voici un petit résumé de sa saison avec le club galicien. 

Luis Enrique 310 Jorge Landín

Luis Enrique ne sera resté finalement que 11 petits mois au Celta. C’est peu, sa belle saison laissera un bon souvenir aux supporters du Celta. Même si les débuts furent difficiles comme il l’a lui même avoué lors de sa première conférence de presse avec le Barça, il n’en reste pas moins que la fin de saison fut une grande réussite.

Des débuts difficiles

Luis Enrique a d’abord façonné l’effectif dès son arrivée. Il a ainsi recruté Charles, Nolito et Fontàs, les deux derniers qu’ils avaient eut sous ses ordres au Barça B, et a pris en prêt Rafinha et Aurtenetxe. Il a aussi intégré des jeunes du centre de formation du Celta, avec David Costas, Santi Mina ou bien Levy Madinda. Mais tout ne fut pas facile au début. Les amicaux furent l’occasion de tester plusieurs tactiques. Il essaya de mettre en place un 3-5-2, sans succès. En tant que supporter du Celta, à ce moment là, j’ai eu quelques doutes sur lui. Son échec à la Roma étant encore frais, j’ai eu peur de ses expériences tactiques, qui ne marchaient pas pour le moment. Le début de saison fut mitigé. Un passage au 4-3-3 mais sur certains matchs pourtant abordables, le Celta prenait l’eau, et la défense, qui n’est pas le point fort, finissait par craquée.

On se disait alors que Luis Enrique n’arriverait pas à faire mieux que ses prédécesseurs, et que le Celta serait cette saison encore l’équipe capable de bien jouer mais de perdre des points bêtement sur des erreurs, et qui du coup devrait se battre jusqu’au bout pour le maintien.

C’est l’entraîneur qui nous a le plus facilité le travail

Mais voilà. Luis Enrique est un travailleur hors pair. Il a bossé tactiquement avec son effectif. Il observe les entraînements depuis un échafaudage afin de régler les petites erreurs tactiques des joueurs. De plus, il sait faire passer son message auprès des joueurs, le dialogue est présent afin que les séances soient productives et que l’équipe travaille bien. Certains anciens comme le capitaine Borja Oubina a d’ailleurs dit que Luis Enrique est « l’entraîneur qui nous a le plus facilité le travail« . Un entraîneur aimé de ses joueurs lors de son passage au Celta, et qui n’ont cessé de lui rendre hommage dernièrement.

Tactiquement parlant, Luis Enrique s’est appuyé sur un 4-3-3 sur lequel il a été fidèle. Dans les cages, il a mis durant la pré-saison en concurrence les 3 gardiens du club. Résultat, Yoel a gagné sa place de numéro et a réalisé une saison très bonne. Et quand son remplaçant Sergio Alvarez, il a été époustouflant, la preuve récemment contre le Real Madrid et Osasuna. Défensivement parlant, ce fut plus dur. Hugo Mallo, latéral droit était le titulaire du poste et l’est resté, en prenant même le brassard de capitaine. En latéral gauche, Luis Enrique a d’abord tenté un petit coup de poker en mettant Toni, qui est plus un milieu offensif à la base. Ce fut une petite erreur, Toni ne donnant pas satisfaction. Et finalement, c’est un jeune du centre de formation, qui avait déjà montré le bout de son nez la saison dernière, Jony Castro qui a gagné sa place à ce poste. Mais il y eu quelques errements au poste avant de le voir prendre la place.  Dans l’axe, ce fut un sacré chantier. Fontas a alterné entre la défense centrale et le milieu de terrain, Cabral a au début été en difficulté. Aurtenexte a lui été pas trop mal. Mais il y a clairement eu des difficultés à ce niveau là pour Luis Enrique, qui a finalement trouvé la bonne formule.

Au milieu de terrain, la ligne de 3 a connu une révolution au cours de la saison. Le capitaine Borja Oubina, le pivot défensif s’est retrouvé sur le banc, et Luis Enrique a commencé à jouer sans réel numéro 6. Il a mis en place un milieu de terrain technique, pour tenir le ballon, créer du jeu, et combiner avec les ailiers. Krohn-Dehli s’est ainsi retrouvé au poste de pivot défensif, avec à ses côtés à tour de rôle Alex Lopez, Rafinha, Madinda. Comme dit précédemment, il est arrivé de voir Fontas au poste de pivote défensif aussi. Mais cette équipe était faite pour jouer au ballon, combiner, passer par les côtés avec des ailiers rapides et tout aussi technique. On a ainsi vu Orellana, mis à l’écart en début de saison, complètement explosé et transcender l’équipe. Enfin, le Celta disposé d’un vrai 9, comme le désire Luis Enrique au Celta. Charles était cette attaquant, plutôt complet, assez rapide, et qui a donné entière satisfaction.

Une fin de saison en fanfarre

Ce Celta est arrivé à maturité après 5 mois de travail de la part de Luis Enrique. Plusieurs ont vu leur influence grandir au sein de l’équipe. Rafinha a explosé, est devenu essentiel au jeu de l’équipe, dans un poste de milieu relayeur/créateur que l’on pourrait comparer à celui d’un Iniesta. Capable sur un crochet ou une passe de faire la différence dans la défense et de changer ainsi le cours d’un match. L’ailier chilien Orellana aussi, d’abord mis à l’écart par Luis Enrique est devenu incontournable, par sa vitesse, ses crochets et ses débordements. Et enfin Nolito a lui crevé l’écran en seconde partie de saison. Ailier finisseur, et adroit sur coup-franc, il a parfaitement réagit après un début de saison moyen (je l’avais surnommé Nulito pour vous dire).

Pour résumer, le travail de Luis Enrique est très important. Il sait faire passer ses messages aux joueurs, un fin pédagogue. Il aime s’appuyer sur les jeunes et n’a pas hésité lancer pas mal de joueurs du centre formation du Celta. Son style de jeu est un jeu de possession, qui aime le beau jeu, court, les combinaisons sur les côtés, avec un vrai avant-centre pour conclure, ou l’ailier opposé. Il s’est appuyé sur un 4-3-3 au Celta et devrait je pense le garder pour le Barça.

Le Barça et le Celta se ressemblent. Un centre de formation performant, la philosophie du beau jeu, des petits gabarits techniques au milieu et sur les ailes.

Luis Enrique, en apportant sa touche au Barça ne peut que réussir.

15 thoughts on “Luis Enrique et sa saison au Celta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.