jeu. Oct 29th, 2020

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Présentation de la saison Norvégienne 2014 par @Arbre_Mojo

14 min read

C’est aujourd’hui 28 Mars que commencera à 18h la saison 2014 de Tippeligaen. Petit tour d’horizon des forces en présences d’un championnat important dans l’histoire de TLMSF.

553px-Football_Norvège_federation.svg

Pour la plupart des Français, le sport Norvégien se limite aux exploits cyclistes de Thor Hushvod, Alexander Kristoff ou Edvald Boasson Hagen et au fait de nous voler des médailles Olympiques en biathlon. Pourtant ça joue au foot dans le grand nord. On parle quand même d’un pays qui fut deuxième au classement FIFA au milieu des 90’s et qui a apporté au football Tore André Flo, John Carew, Brede Hangeland, John Arne Riise et… Tout Le Monde S’en Foot ! Car c’est bien en assistant à un match de Tippeligaen que le vénérable Bastien M. a eu l’idée de créer le site sur lequel vous êtes actuellement en train de surfer (C’est la version officielle en tout cas). Il était donc normal de rendre hommage au pays d’Anders Breivik en en parlant ici, si ce n’est de manière hebdomadaire, au moins en vous offrant un preview de la saison 2014.

 Les bases :

La première division Norvégienne s’appelle la Tippeligaen, aussi connue sous le nom d’Eliteserien et regroupe les 16 meilleurs clubs du royaume. Ici pas vraiment de fantaisie genre « On coupe la ligue en deux à la mi-saison » ou autre. Les 16 clubs s’affrontent chacun deux fois, le premier est vainqueur de la ligue et qualifié pour le second tour qualificatif de la Champion’s League tandis que le second, le troisième et le vainqueur de la Coupe rejoignent, eux, les qualifications de l’Europa League. Les deux derniers gagnent le droit de jouer l’Adeccoligaen (la seconde division quoi) tandis que le 14e va affronter en barrage le vainqueur d’un barrage préalable organisé entre le 3e et le 7e de la seconde division. La petite particularité Norvégienne va au fait que celui qui reçoit le titre officiel de Champion de Norvège n’est pas le vainqueur de la ligue mais celui de la Coupe. Pourquoi ? J’en sais rien.

Voilà pour les formalités, un petit point historique maintenant, dans les années 1990, le football Norvégien était assez chiant au niveau du suspens, puisque Rosenborg, coaché alors par Nils Arne Eggen, dominait tout. En chiffre ça donne 18 ligues gagnés entre 1989 et 2010, 6 titres de champions (Vainqueur de coupe, suivez !) mais surtout une série digne de Football Manager avec 13 championnats gagnés entre 1992 et 2004. De quoi bien doper un palmarès qui comportait déjà 4 ligues et 3 coupes. Mais depuis le milieu des années 2000, cette domination a disparu, Rosenborg devant se contenter de 3 ligues et aucune coupe, et le championnat est bien plus ouvert, en témoigne les 6 différents vainqueurs lors des 10 dernières années. Autre exemple de l’homogénéité retrouvée du championnat : Depuis 2006, seules 5 équipes ont participé à toutes les éditions de Tippeligaen.

La saison 2013 a quand à elle vu Stromgodset remporter le second titre de son histoire (après celui de 1970) au terme d’un coude-à-coude endiablé avec Rosenborg (ouais bon, c’est pas non plus soudainement devenu des bouses) pour un petit point. Haugesund arrachait la troisième place tandis que le double tenant du titre, Molde, sauvait une saison bien mal embarquée en étant couronné champion de Norvège au détriment encore une fois de Rosenborg, battu 4-2 en finale de la coupe. En bas de tableau, si la relégation d’Honefoss ne fut pas particulièrement surprenante, celle de Tromso désempara les fans puisque l’équipe restait sur trois qualifications en Europe et avait même réussit à participer à la phase de groupe de l’Europa League. Sarpsborg, ou évolue un certain Jérémy Berthod, se sauvait en barrage contre le champion en titre, Hodd (Ça te dérange hein, cette histoire de vainqueur de coupe qu’on nomme Champion ?) qui avait finit troisième d’une seconde division que Bodo/Glimt avait largement dominé et où le vainqueur de la saison 2008 de Tippeligaen, Stabaek, arrachait le second ticket pour la première division.

 Faisons donc un petit tour d’horizon des 16 équipes qui formeront l’édition 2014 de Tippeligaen.

 Partie I : Le haut du tableau (Celui que tu arrivais jamais à effacer en 6ème) :

Pas de surprises ici, les trois favoris ne sont nuls autres que les trois derniers vainqueurs du championnat, à savoir Rosenborg, Molde et le tenant du titre Stromgodset.

Rosenborg est cependant le favoris numéro 1 des bookmakers, il faut dire que c’est la seule équipe à ne pas avoir perdu de joueur clé cette intersaison. Mieux, ils enregistrent les arrivées de Riku Riski et surtout Morten Gamst Pedersen pour renforcer un secteur offensif souffrant depuis le départ de Tarik Elyounoussi à Hoffenheim.

Si l’on prend en compte ce qui est possiblement la meilleure défense de Norvège (Dorsin – Strandberg – Reginuissen – Gamboa), un goal toujours propre (Örlund), une colonie Danoise efficace (Bille Nielsen, Mikkelsen et Jensen), les jeunes qui tenteront de passer un nouveau palier (Selnaes, Diskerud, Bernsten ou Svensson), le Nigérian Chibuike et le revanchard Alexander Soderlund, on a probablement l’effectif le plus complet du Royaume avec une grosse concurrence sur la plupart des postes. Un bémol cependant : L’effectif ne comporte que 6 défenseurs de formations et, si les titulaires sont fiables, on ne peut pas en dire autant de Per Ronning et Jorgen Skeljvik. Les supporteurs du club de Trondheim devront donc croiser les doigts pour ne pas voir un des arrières titulaires subir une grosse blessure.

Molde s’en est un petit peu moins bien sorti de son côté, si le retour au pays d’Harmeet Singh après une pige catastrophique au Feyenoord, le prêt de Sigurðarson par les Wolves et la signature du très prometteur Mohammed Elyounoussi (frère de, qui a notamment inscrit un doublé pour sauver Sarpsborg en barrage) sont des beaux coups, le départ d’Ole Gunnar Solksjaer à Cardiff porte un coup aux ambitions du champion en titre (Vainqueur de la coupe, je précise une énième fois). Déjà parce qu’il s’agissait probablement du meilleur entraîneur du royaume, mais aussi car il emmène deux internationaux Norvégiens avec lui : Jo Inge Berget et Mats Daelhi. Le second, qui vient tout juste de fêter ses 19 ans, n’était arrivé que 6 mois plus tôt en provenance de MU pour palier au départ de l’excellent Magnus Wolff Eikrem (qui après 6 mois à Heerenveen à rejoint… Cardiff).

Malgré ces départs, Molde présente toujours un effectif intéressant mélangeant l’expérience et la jeunesse. On peut citer des joueurs ayant déjà prouvés leurs niveau comme Vegard Forren, Even Hovland, Daniel Hestad, Magne Hoseth, Harmeet Singh mais aussi des jeunes très prometteurs comme le gardien Nyland, les milieux Hussain et Linnes ou les attaquants Elyounoussi et Guldbrandsen. Les « rares » étrangers comme les Nigérian Chima et Ekpo ou le Finlandais Toivio ont prouvés leurs utilité dans un groupe qui tentera de faire oublier un championnat 2013 médiocre. A suivre également : Sander Svendsen, 16 ans et présenté comme un futur très bon, qui pourrait voir ses premières minutes significatives cette saison.

Enfin le tenant en titre, Stromgodset, apparaît comme le perdant de cette intersaison puisqu’ils enregistrent non seulement le départ de Stefan Johanssen (Le MVP de la dernière saison de Tippeligaen IMO) vers le Celtic, mais n’ont également pas réussit à rendre définitif le prêt d’Ola Kamara, arrivé à l’été et très important dans la conquête du titre (12 buts en 14 matchs). Et comme si ça suffisait pas, ils se sont fait voler le très prometteur Bersant Celina par City. Pour palier à ces départs, l’équipe a joué la carte jeunesse avec les prêts de Patrick Olsen (Inter) et Francisco Junior (Everton), mais également en récupérant gratuitement Hoibraten à Lillestrom (né en 1995 et déjà une bonne vingtaine de matchs pro). Seul recrue expérimentée : L’ancien Lorientais Mohammed Abu, de retour au club 18 mois après l’avoir quitté.

Il ne faut cependant pas écarter trop vite Godset de la course au titre, l’équipe de Drammen possédant toujours un effectif de qualité avec notamment le meilleur latéral droit Norvégien, Lars-Christopher Vilsvik, des anciens comme Mounir Hamoud, Simen Brenne, Jarl Storbaek, Oyvind Storflor, Peter Kovacs ou Thomas Sorum qui sont toujours là, une colonie Ghanéenne efficace (Abu donc, mais aussi le goal Kwarasey ou le jeune Adjei-Boateng) ainsi que des jeunes prometteurs (Y’en a partout en Norvège remarque) comme Iver Fossum, Martin Ovenstad, Muhamed Keita ou Gustav Wikheim.

Pour l’anecdote, lors d’un stage amical en Espagne cet hiver, le club a perdu contre le Lokomotiv Moscou sur le score de… 15-0 ! Il faut dire qu’une épidémie avait dévastée les Norvégiens et que, tel ton club de poussin, l’équipe fut complétée avec le coach, Ronnie Deila et même des spectateurs Espagnols…

 Si on annonce généralement une course à trois pour le titre, il ne faudra pas oublier Brann, Viking, Haugesund, Valerenga ou Haugesund qui pourrait venir se mêler à la lutte, même si ils seront développés dans la partie suivante.

 Partie II : Le ventre mou (Mais pas celui de Pierre Ménès) :

Bon, maintenant qu’on s’est un peu attardé sur le trio, on va passer le reste un peu plus rapidement. Déjà parce que les équipes à venir sont quand même moins intéressantes, du moins sur le papier, mais surtout parce que j’ai dit à Bastien que je lui enverrais l’article avant le début de la première journée et que je suis bien à la bourre.

Brann et Viking semblent être les deux équipes les plus à même de déranger le trio de tête, si les premiers ont perdus le prometteur Bard Finne (J’ai l’impression de beaucoup utiliser le mot « prometteur » dans cette article…) ainsi que l’attaquant Autrichien Pusic, ils ont effectué un beau coup en signant le retour au pays de Vadim Demidov, qui ne s’imposait pas à Anzhi. Au final on y trouve un effectif solide avec des joueurs comme Piotr Leciejewski, Fredrik Haugen, Thomas Sokolowski ou Eirik Huseklepp (Tiens ! Un nom que vous connaissez ! Mais si, c’est lui qui avait marqué le but de la victoire contre la France en 2010!) ou encore les deux transfuges de Suède Jakob Orlov et Erlend Hanstveit (Ancien de la Jupiler League). Ça risque cependant d’être un peu juste, notamment défensivement, pour jouer les tout premiers rôles.

Viking semble avoir un peu moins bien abordé le mercato avec les départs notables de King Osei, Trond Olsen, Rune Almenning Jarstein ou encore Benjamin Sulimani. Pour les remplacer, beaucoup de paris, si Thorsteinsson et Jorgensen ont déjà prouvés leurs valeurs en Norvège, le remplaçant de Jarstein aux cages, Austbo, n’a presque exclusivement que joué en D2 tandis que les Islandais Sverrisson et Ingason devront s’adapter. L’effectif reste cependant bon avec Trond Bertelsen, Hakon Skogseid, Christian Landu-Landu, Vidar Nisja, le prometteur (J’en avait pas encore mis dans ce paragraphe) Veton Berisha ou encore le Franco-Norvégien Yann-Erik de Lanlay (International A, mais pas en équipe de France, pffff encore un joueur black-listé par DD).

Surprenant troisième la saison passée, Haugesund tentera de confirmer avec un effectif quasi-inchangé : Seul un départ d’un joueur mineur et deux retours de prêt à déclarer. Les joueurs tenteront de faire au moins aussi bien en misant sur la continuité d’un effectif soudé dans lequel aucune individualité ne ressort vraiment, même si on peut citer Joakim Vage Nilsen, Tor Arne Andreassen, Eirik Maeland, Dusan Cvetinović, Daniel Bamberg, Michael Haukås ou encore Christian Gytkjær.

Après une saison 2013 en deçà des attentes, Valerenga tentera de remonter dans les hauteurs du classement, pour cela un petit peu de turnover dans l’effectif avec les départs du « papi » Jan Gunnar Solli, du Costaricain Geancarlo Gonzalez et du buteur maison Torgeir Borven remplacés par Alexander Mathisen et Niklas Gunnarsson, deux joueurs ayant prouvés leurs valeurs en Tippeligaen ainsi que du prometteur (Et hop ! Encore un) Herman Stengel. Pour le reste on a un effectif expérimenté (façon poli de dire « de vieux ») dont on retiendra – dans le désordre – Morten Berre, Gudmund Kongshavn, André Muri, Christian Grindheim, Kristofer Hæstad ou encore Daniel Fredheim Holm.

Belle affaire pour Aalesunds qui a réussi à refiler Abderrazak Hamdallah pour 4,5M€ à des Chinois. Si ils perdent le deuxième meilleur buteur du championnat passé (15 buts en 27 matchs), le fric récupéré met bien, même si les dirigeant ont été sage, ne faisant venir que 4 joueurs, dont 2 de D2 (Latifu et Lie). Le Finlandais Mattila et le Suédois Dyrestam qui viennent de leurs championnats respectifs pourraient être de bonnes pioches. Au niveau de l’effectif on notera le Costaricain Michael Barrantes, Peter Larsen, Jo Nymo Matland ainsi que les prometteurs (point prometteur!) Steyn Grytebust ou Fredrik Ulvestad. Cela semble cependant un peu juste pour confirmer la quatrième place de la saison passée.

Année après année on attend le décollage d’Odd, le talent est présent et pourrait jouer une qualif en Europe. Mais non. Cette année sera-t-elle la bonne ? On peut le penser, les dirigeants ayant encore réussit à conserver la plupart de leurs meilleurs éléments. Seul partant, Niklas Gunnarsson est remplacé par Jarko Hurme. Et c’est tout. Reste à voir si l’effectif assez excitant sur le papier pourra confirmer sur le terrain. On parle quand même d’une équipe qui a le goal de la sélection, Andre Hansen, peut-être la meilleure paire de centraux du championnat avec Fredrik Semb Berge et Steffen Hagen, un milieu solide avec notamment Havard Storbaek, Jone Samuelsen ou Fredrik Oldrup Jensen et le meilleur buteur du dernier championnat devant en la personne de Frode Johnsen. Pour info Frode Johnsen a découvert la première division à 25 ans (Prends ça Mathieu Valbuena !)… En 1998. Il a maintenant 40 piges (Prends ça Cédric Barbosa !).

Fun fact : Le salaire du capitaine et de la star de l’équipe, Fredrik Semb Berge est payé par… Un fan qui a gagné à la loterie. Odd n’avait pas les moyens de s’aligner sur les offres des grosses écuries Norvégienne. Il devrait cependant bientôt se casser à l’étranger, parce qu’il est bon.

Une intersaison calme pour Lillestrom, ils ont justes perdus l’espoir Hoibraten et l’ont remplacés par l’espoir Mikalsen (malgré ce que chantait Johnny dans des pubs pour lunettes, il y a encore beaucoup d’espoirs en Norvège). Pour le reste l’équipe reste la même, on garde les vieux Frode Kippe, Bjorn Helge Riise, Erik Mjelde ou encore l’excellent Peter Vagaan Moen, on les associes à des jeunes prometteurs comme Ruben Gabrielsen, Moryké Fofana ou Stian Ringstad. La partie originale du truc étant qu’on a dans les cages le dernier goal d’Europe qui porte encore une casquette en match, aka Nils Kenneth Udjus.

 Partie III : Le bas du tableau (Ou ceux qui vont avoir chaud aux fesses) :

Comme Tromso l’a prouvé la saison passée, ce n’est pas forcément les équipes qu’on attend le plus qui se retrouvent à descendre en Addecoligaen. Cependant on peut quand même penser que certaines équipes auront plus de mal à se maintenir que d’autres. Voici leurs histoires. (TIN TIN ! Enfin le truc du générique de NY Unité Spéciale quoi)

Bodo/Glimt a dominé de bout en bout la seconde division la saison passée, finissant tranquillement avec 15pts d’avance sur le second (en 30 journées c’est pas trop mal, dirons nous), reste à voir si l’effectif pourra confirmer à l’étage supérieur, la perte du bon vieux Christian Berg a été compensée par un recrutement intelligent (Brede Moe, Trond Olsen, Lasse Staw et Dominic Chatto). Pour le reste, j’avoue ne pas bien connaître l’équipe, si ce n’est que Vegard Braaten avait tendance à beaucoup planter en D2.

Start a fait une saison moyenne la saison passée et repart avec grosso-modo le même effectif cette saison. On signalera Espen Hoff, Espen Børufsen, Jesper Mathisen, Rolf Vikstøl et Hakon Opdal. A suivre également la prometteuse (ça faisait longtemps) recrue Zlatko Tripic. C’est pas folichon mais ça devrait suffire pour le maintien, sur le papier dans tout cas.

Stabaek sera promu cette saison. Le champion 2008 a réussi à se faire voler deux de ses meilleurs joueurs (Stokkelien et Stengel) et les a remplacés par un autre jeune (Emil Dalhe) ainsi que l’ancien Jon Inge Hoiland, 36 ans, qui aura l’honneur d’être le seul type de plus 27 piges dans l’effectif. L’effectif m’est assez inconnu, il faut dire que la plupart sont des jeunes ayant joués la majorité de leurs carrières en D2. Au final, la star de l’équipe sera son coach, Bob Bradley, ex-sélectionneurs des USA et papa de.

Si ils se sont maintenus de justesse la saison passée, les dirigeants de Sogndal n’ont pas l’air de s’inquiéter plus que ça puisqu’ils repartent avec un effectif assez semblable. Malick Mané part et est remplacé poste pour poste par Helge Haugen. Autre recrue, l’Islandais Hjörtur Valgarðsson tentera de se relancer en Norvège. Pour le reste de l’effectif on va citer Ruben Holsæter, Azar Karadas (un mec qui peut jouer DC et BT dans FM), Ulrik Flo (frère de) et le prometteur Gustav Valsvik (Encore un point au challenge prometteur!).

Si Sarpsborg a perdu le grand espoir Mohammed Elyounoussi cette intersaison, le marché ne fut pas mauvais non plus. Ils ont profité de la merde en Ukraine pour récupérer Franck Dja-Djédjé, ce qui est plutôt pas mal, en plus de Kristoffer Tokstad et Bojan Zajić qui sont de bonnes recrues. Pour le reste de l’effectif d’une équipe qui sera encore une fois en « mission maintien », c’est assez âgés, sans vraie star sur le papier même si ça nous fait toujours plaisir de voir Jérémy Berthod jouer (2 ex-Ligains quand même, pas mal).

Je vais pas vous mentir, j’ai pas très bien compris comment Sandness s’est maintenu la saison passée. Visiblement je suis pas le seul puisque les dirigeants ont fait venir pleins de nouveaux joueurs. En plus des prêts de Diego Rubio par le Sporting et de Fredrik Midstjo par Rosenborg (Double meilleur passeur de L1 en 2018 dans ma partie FM, mais vous vous en foutez), on signale les arrivées du Gambien Tijan Jaiteh, du Suédois Emil Johansson, du Norvégien Ole Kristian Langås, de l’Islandais Hannes Halldórsson et des Français Derek Descamps et Malaury Martin. Oui, l’ancien de Monaco. Pour le reste de l’effectif, le gardien Sean McDermott est pas trop mal, en plus d’être tout jeune (20 ans), Avni Pepa non plus. Le reste je connais pas.

VOILA ! C’est tout pour moi ! A dans 9 mois pour (peut-être) débriefer la saison.

4 thoughts on “Présentation de la saison Norvégienne 2014 par @Arbre_Mojo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.