mer. Nov 13th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

On est allé à… une réunion du Red Star (avec le président, Marlet, Bellion tout ça quoi)

3 min read

La semaine dernière, nous approchions de la clôture de la Coupe du Monde lorsque apparaît ce tweet du Red Star:

 

Stade Pierre Brisson ? Curieux. Jusqu’à la fin de la saison 2017/18 il semblait que le Red Star allait jouer au Stade Yves du Manoir situé à Colombes en cas de montée en Ligue 2. J’attendais donc avec impatience cette saison de Ligue 2 où je pourrais ajouter ledit stade de Colombes à ma liste de groundhopping. No such luck. Ce sera à Beauvais (aucune envie d’y aller ndlr).

Préparation de quelques questions avant la réunion étaient les suivantes: pourquoi Colombes n’a pas pu se faire et pourquoi bouger à Beauvais alors qu’il y a d’autres stades mieux situés? Les réponses sont arrivées, accompagnées de beaucoup d’informations fichtrement intéressantes que seul le football amateur/de division inférieure peut vous livrer.

Parmi les gens qui parlaient, le président, Patrice Haddad, a monopolisé la parole pendant la majorité des 2h et les ex-pros David Bellion et Steve Marlet ont pu être reconnus.

Présentation PPT à l’appui, Haddad a fait les choses correctement. Il nous livre la réussite de la dernière décennie du Red Star dont le but était de professionnalisé le club. C’est réussi. Vendredi 28, le Red Star entamera sa 3ème saison de Ligue 2 en 4 ans. Pas mal pour un club qui n’a pas joué à un tel niveau pendant 16 ans suite à sa descente en 1999.

 


On était à Red Star – Laval, au stade Bauer


Vient ensuite l’explication du pourquoi du comment : Colombes n’a pas pu se faire à cause de problèmes d’éclairage (une histoire de 200 lustres à mettre une place).

Pourquoi le Red Star n’a-t-il pas obtenu de dérogation de la LFP/FFF (remarque importante : la LFP est l’entité qui s’occupe du football professionnel de la FFF – qui, elle, regroupe la globalité du football français)? Politique.

Pourquoi ne pas être retourner à Jean Bouin, stade voisin du  Parc des Princes ? L’état de la pelouse est plus approprié au rugby qu’au foot (rappelons que lors de sa saison à Beauvais en 2015/16 le Red Star a fini 5ème et avant-dernier la saison suivante lorsqu’il accueillait ses hôtes à Jean Bouin) et que la cohabitation avec le Stade Français était non sans problème.

Le Red Star jouera à Beauvais.
Crédits : Foot365

On apprend également que le Stade Duvauchelle à Créteil n’était plus homologué car les normes pour agréer un stade niveau 2 (bon pour la Ligue 2 donc) change d’année en année.

Donc où va le Red Star ? Tout d’abord, il semble qu’il est sérieusement dépendant des résultats sur le terrain. Le club a beau avoir terminé champion de National 1 en Mai, il a néanmoins subi une phase de 5 matches sans victoire de Janvier à Mars 2018 ce qui a joué en faveur des pouvoirs publics pour noyer le poisson.
C’est une problématique récurrente qui ne va pas disparaître du jour au lendemain (même si le Red Star est promu en Ligue 1, il est probable que les réticents seront toujours là) et c’est pourquoi le projet de rénover Bauer est 100% privé et est projeté de se faire via un « entertainment scheme » actuellement utilisé autour du stade de la Maladière, à Neuchâtel, Suisse. Le stade serait un complexe qui regrouperait des salles de sport et un centre commercial ce qui le rendrait multifonctionnel. La construction serait coûteuse mais l’entretien moins (Haddad n’a pas mentionné si la pelouse sera synthétique 3ème génération homologuée FIFA, nous n’en sommes pas encore là).

Ce projet serait retenu dans le cadre du Métrôpole du Grand Paris, une plate-forme d’appel à projets en région parisienne, mais voilà: beaucoup de projets espèrent être retenus. Si le Red Star est retenu, on peut sérieusement espérer un retour définitif du Red Star à Bauer quelque soit la division où il évoluera. Sinon, bah…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.