jeu. Juin 27th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Le CFA C 2015-2016 : On referme la dernière page

24 min read

D’ici peu de temps reprendra le championnat de CFA, et toutes les autres divisions mineures qui composent le championnat de France, pour une nouvelle saison 2016/2017 pleine d’aventures et de rebondissements. C’est pourquoi nous avons décidé … de faire un résumé de la saison précédente qui s’est terminée il y a deux mois. Tout ceci est dû à des problèmes techniques indépendants de notre volonté blablablabla …

Donc en bref on va vous offrir un bon pavé pour résumer club par club cette saison terminée de CFA dans le groupe C, qui a pu obtenir la montée en National pour tutoyer le professionnalisme ? Qui est descendu en CFA 2 ? Et quelle autre surprise a bien pu arriver ? C’est ce qu’on va voir tout de suite

Et nous ajouterons en trois briques : du mercato, une fusion d’un club octogénaire, et un président suspendu pour menaces sur arbitre.

à mettre à la Une

 

Arles-Avignon : Sérieusement ?


Pau FC : Champion avec 89 points. 

Et oui, ils l’ont enfin fait, la bande à David Vignes est sacrée championne du CFA C et évoluera donc dans l’échelon du National l’an prochain (sous réserve de la DNCG). Après si cela aurait pu être étonnant en début de saison, Pau évoluant en CFA depuis 2008 sans être parvenu à une lutte pour le titre ces dernières années, il faut bien dire que l’exercice a été dominé de bout en bout par Pau. Rapidement en début de saison, dès la 4ème journée, les palois avaient réussi à être premiers du groupe, début de saison canon puisqu’après neuf journées ils ne venaient que de concéder le deuxième défaite. Avec un parcours aussi proche de la perfection, il y avait des signes quand même … Seul Nice arrivait encore à suivre un peu la cadence. Mais avec un gros coup de mou des niçois, la route était toute tracée pour un sacre. Ce n’est pas un retour de Mont-de-Marsan qui dérangera l’inéluctable : après une victoire 3-2 face à Martigues le 30 avril dernier, alors qu’il restait quatre matches à jouer, Pau était officiellement et mathématiquement champion de CFA. Beau parcours donc, le PFC termine cette saison avec 17 victoires (plus grand nombre) et seulement 4 défaites (plus petit nombre en 28 matches), pas de contestation possible donc.

Au passage, meilleure défense du groupe puisque Pau termine avec 19 buts encaissés en 28 journées. La 2ème meilleure défense en est à 26. Au final très peu d’individualités à retenir dans un effectif très jeune, seulement 2 joueurs au-dessus des 30 ans, et surtout très physique, le meilleur buteur Gregory Covin n’est qu’à 9 buts (7ème du championnat). Maintenant il va falloir se préparer à la saison prochaine qui sera d’un tout autre calibre, à un niveau supérieur qu’est le National. On leur souhaite une aussi bonne réussite en 3ème division qu’à Béziers, le champion 2014-2015, qui a terminé 10ème sur 18 avec un parcours plus qu’honorable. Au passage les deux clubs se sont affrontés en préparation, réusltat 3-0 pour Béziers, ce qui n’annonce rien de bon.

Pour le National, le mercato a déjà commencé : Lilian Palette, un ancien de la maison qui était parti quelques temps en National à Sedan,  et Jacques Onda, l’un des meilleurs joueurs de la CFA de l’OGC Nice, qui à 22 ans voudrait maintenant passer un cap et Kevin Malaga, qui jouait à Toulon le Las, ancien pro de l’OGC Nice et de l’AJ Auxerre, qui permettra de former avec Yoann Oswald la charnière de l’équipe-type de la saison du CFA C. Attention tout de même à 3 énormes et dangereuses pertes; Martin Douillard, le latéral gauche, qui part contre la volonté de l’entraîneur, Abdelhak Jamaï, capitaine de l’équipe et élu meilleur joueur du championnat, et Grégory Covin, meilleur buteur du club cette saison qui n’a pas trouvé d’entente pour prolonger.

 

photo d'illustration

 

Colomiers : 2ème avec 76 points : Si vous avez peu entendu parler de ce club, c’est normal. D’habitude plus connu pour le rugby, Colomiers est pendant très longtemps resté en milieu de tableau, trop haut pour avoir peur de descendre mais trop bas pour jouer la montée. Surprenant étant donné que c’était l’équipe relégué du National, et donc qu’elle pouvait être la première à prétendre à remonter cash. Néanmoins alors qu’ils pointaient à la 9ème place début mars, ils ont fini à vitesse grand V, en débutant par une victoire à Pau ce qui fut la seul défaite à domicile par le champion d’ailleurs, pour finir avec 7 victoires sur les 9 derniers matches. Ainsi Colomiers s’est retrouvé dauphin sans s’être réellement montré, au final on ne sait pas si c’est une saison réussie ou une déception.

Difficile aussi de sortir un joueur parmi les autres, à part un peut-être qui a dû taper l’oeil de certains, Guillaume Sarrabayrouse qui à 19 ans (bon dieu il est plus jeune que moi) et une vingtaine de matches a réussi à signer pour Dijon. C’est d’ailleurs le principal problème auquel va devoir faire face le club, la fuite des talents. Colomiers est peu reconnu pour son équipe première, mais beaucoup plus pour son centre de formation qui envoie régulièrement des joueurs dans les centres de formation voisins. Il va donc falloir reconstruire une équipe pour un an et éventuellement jouer la montée, et ainsi de suite …

 

Monaco B : 3ème avec 74 points : Une année qui ressemble beaucoup à la précédente pour les jeunes monégasques. Traduction : une attaque très performante, la meilleure du groupe qui permet de jouer dans le haut du tableau tout en se faisant plaisir, mais une assez forte friabilité défensive qui pose problème lorsqu’il s’agit d’aller jouer la première place (10ème défense) et au final malgré de bons résultats on se retrouve avec très peu voire pas de jeunes de « l’Academy » qui ont la chance d’évoluer avec les professionnels.

La gestion des jeunes est le plus gros problème de l’ASM, je l’évoquais déjà dans la présentation en début de saison. Pour preuve, on peut prendre Gil Bastiao Dias, déjà évoqué plusieurs fois ici, un milieu de terrain portugais qui avait mis 9 buts dans les 13 premiers matches de la saison. Las de voir qu’il aurait peu de possibilités pour percer sur le Rocher, il a demandé à se faire prêter en seconde division portugaise pour ne pas ralentir sa progression. Peu de matches-clés, mais on n’oubliera pas la défaite 0-4 dans le derby contre Nice, en tout cas moi je ne l’oublierai pas.

Coté individualités un nom sort du lot, celui de Mohamed Chaibi. Comment faire autrement puisqu’il finit meilleur buteur du championnat avec 14 réalisations et 3 élections comme homme du match. Régulièrement meilleur buteur dans les catégories jeunes, il avait signé à Monaco en 2014 pour 300.000 euros, à seulement 17 ans, se faisant remarquer avec quelques performances en Youth League. A suivre, si il est toujours à Monaco l’an prochain.

Objectif de la saison à venir : ben, faire la même chose. Les équipes réserves ne peuvent pas monter en National donc l’intérêt est minime de vouloir finir premier. Les monégasques vont toujours vouloir bien figurer, former des jeunes … Des nouveaux jeunes puisqu’il va probablement y avoir des départs pour les joueurs déjà en CFA qui veulent avoir un avenir plus clair.

 

Nice B : 4ème avec 73 points : Un constat en deux parties qui s’impose concernant Nice, un peu plus spécifique que les autres. Au plan comptable c’est forcément très bon, avec un bilan très similaire au voisin monégasque (2ème attaque, 11ème défense), les niçois ont longtemps occupé les deux premières places en featuring avec Pau, comme un candidat au titre avant de craquer à la suite d’une très longue mauvaise série à partir de janvier. Les raisons peuvent être diverses, le coach Laurent Bonadei évoque deux raisons : des mauvaises pelouses et des joueurs indisponibles. Le deuxième cas est notable avec la promotion de Dorian Caddy (meilleur buteur) dans le groupe pro à la suite de blessures, ou Said Benrahma (international algérien) prêté à Angers au mercato d’hiver.

Mais le classement est dérisoire pour le projet du club mené depuis plusieurs années et fréquemment évoqué tout au long de la saison par l’entraîneur pro C. Puel et le président Rivère. Projet qui abouti avec des joueurs mais aussi la création d’un nouveau centre de formation. En gros on apprend toutes les catégories de jeunes à jouer de la même manière pour mieux les intégrer dans l’équipe professionnelle, le jeu avant les résultats. Projet magnifié par un grand formateur comme l’est Claude Puel, qui a lancé une vingtaine de joueurs en pro en seulement 3 ans, même si les succès ont été mitigés souvent, et qui sera poursuivi par Lucien Favre, ancien entraîneur de Mönchengladbach, qui gère bien les jeunes (ses trois réussites : Marco Reus, Granit Xhaka et Marc-André Ter Stegen). Et donc vu que la CFA est en quelque sorte l’intermédiaire entre le centre et la Ligue 1, elle sert de vrai terrain de développement et est révélatrice des capacités des joueurs à franchir un palier. Au final c’est près de 49 joueurs qui ont composé le groupe CFA cette saison, un chiffre considérable mais qui a, grâce au projet, comme nous pouvons le voir, été une franche réussite.

Pour la saison prochaine, un gros ménage est en vue pourtant. Direction la sortie pour les trop vieux (plus de 21 ans en gros). Gambetta ex-gardien est en test à Strasbourg, le capitaine Borges part à Toulon, Onda à Pau, Honorat en prêt à Sochaux. Et en plus de ceux qui passent en pro on peut rajouter Burner (20 ans), Marcel (19 ans) et Malang Sarr (17 ans, 20 sélections en U16 et U17 de la France) qui ont repris l’entraînement avec le groupe pro. Eux, et très probablement plusieurs joueurs de la CFA non cités ici, auront très probablement un rôle de rotation à jouer au cours de la saison, vu que le club joue l’Europa League, que le coach veut la jouer à fond et en changeant 5-6 joueurs entre le jeudi et le dimanche, mais cela n’empêchera pas de les voir redescendre en réserve régulièrement.

Objectif à venir : garder le même niveau dans le jeu, aider à promouvoir des futurs professionnels, surmonter la saignée, intégrer la prometteuse génération 99-2000. Pour ceux qui veulent approfondir la saison passée, le coach a fait une interview pour résumer la saison par ici.

 

Laurent Bonadei continue sa carrière d'entraîneur pleine de succès
Laurent Bonadei continue sa carrière d’entraîneur pleine de succès

 

Mont de Marsan : 5ème avec 69 points : Saison mitigée pour MDM tant le club n’a pas su dans quelle direction se diriger au cours de la saison. Après un début canon qui laissait penser qu’il pourrait faire partie de la lutte pour la montée, un gros trou d’air est arrivé au cours de l’automne qui les a vu chuter dans la deuxième moitié de tableau. Un réveil trop tardif les a vu finir deuxième meilleure équipe de la phase retour, au final les montois se placent bien mais sans rien d’exceptionnel. On notera à peine que c’est l’équipe du groupe qui a fait le plus long parcours en Coupe de France, avec un seizième de finale. Même dans les statistiques, la seule remarque que l’on peut faire est qu’à chaque fois que l’équipe a encaissé le premier but du match, elle n’a pas gagné. Au final on peut dire que c’est un collectif bien huilé, habitué aux combats de la CFA et qui s’en est donc sorti sans trembler. Il faudra peut-être penser à viser plus haut dans le futur, le groupe est de qualité et il suffirait d’un peu plus de régularité et de mental pour pouvoir tenir haut, Mont de Marsan pourrait être le favori pour la montée l’an prochain.

 

Marignane : 6ème avec 65 points : Saison compliquée pour les aviateurs quoiqu’en dise le classement. La faute là aussi à un début de saison calamiteux. Aparté : en fait, Pau et Nice ont tellement dominé le championnat au début, seules équipes à dépasser les 50% de victoires, que peu d’équipes ont eu un bon bilan comptable. Mais là pour Marignane ce fut pire. L’année dernière, ils avaient fini en haut de tableau avec la troisième défense, point fort qui ne marchait plus cette saison. On retient un sévère 5-0 encaissé face à Pau dès la 4ème journée. Après 9 journées, Marignane n’avait gagné qu’un seule match, un 4-0 contre un Nice réduit à 10 pendant une heure, et pointait à la 14ème place, dans la zone rouge. Et puis là, fin janvier, remontada inattendue. Marignane enchaîne six victoires, pour un nul pour une défaite et atterrit à la 5ème place. La fin est anecdotique, Marignane est sauvé avec un classement plutôt flatteur et prépare déjà l’avenir.

Transition toute trouvée : Le club change sa politique de jeunes ! Le club a jusqu’ici dans sa politique d’équipe première privilégié le fait de prendre des vieux joueurs, expérimentés et qui vont au combat. Seuls 2 joueurs ont moins de 25 ans dans l’effectif. Il a donc été décidé de créer un « groupement de jeunes » avec un club proche plus développé à ce niveau : l’AS Gignac. En gros les joueurs des trois catégories U19, U17 et U15 prendront leur licence dans le club de leur choix, mais porteront le même maillot avec un écusson fait pour l’occasion. Le but étant de développer les talents, pour indirectement fournir les clubs pros. Une fusion entre les deux clubs est dans les esprits, mais reste pour l’instant à l’état de projet. Le futur nous dira bien les résultats.

Concernant le court terme, les transferts ont bien commencé à Marignane. 8 arrivées, tous des anonymes à part Emmanuel Loiacono qui arrive droit de la réserve de l’OM, pour 11 départs, essentiellement des fins de contrats.

 

Martigues : 7ème avec 65 points : Peut-être la plus grosse déception à laquelle on a pu assister cette saison. En 2014/2015, Martigues était parvenu à se hisser à la 4ème place, avec 78 points et se présentait comme LE favori à la montée, car tous ceux qui l’avait devancé étaient dans un autre championnat. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu, surtout l’attaque puisque entre les deux saisons, les martégaux sont passés de 39 à 25 buts marqués. Pour le déroulement, pas de constante au cours de la saison et c’est peut-être cette absence d’arriver à enchaîner plus de 3 bons résultats consécutifs qui a été préjudiciable à un bon parcours. Oscillant entre maintien et haut de tableau, le FCM se retrouve 7ème sans trop savoir comment, si ce n’est beaucoup beaucoup de chance. Une saison à oublier et à la suite de laquelle il va falloir repartir sur un nouveau cycle.

En effet le coach Franck Priou va poursuivre sa carrière réussie qui consiste à développer plein de clubs de CFA à Mulhouse, où il avait évolué en tant que joueur. Il quitte Martigues après sa troisième année, il entraînait déjà en 2011 où il l’avait fait monter en National avant de partir pour quelques piges dans la région PACA. Grosse perte donc, le nouvel entraîneur n’a toujours pas été communiqué. Priou emmène avec lui dans le nord le gardien titulaire marignanais Samir Kouakbi. Seul départ pour l’instant. Une seule arrivée aussi, Pascal Vie qui vient de Marignane.

 

Classement de Marignane au cours de la saison
Classement de Martigues au cours de la saison

 

Hyères : 8ème avec 64 points : La saison à été plus tranquille du côté de Hyères, surtout comparé à l’an dernier. Pour rappel, Hyères avait passé une bonne grosse partie du temps en-dessous de la 12ème place, et avait fini par descendre suite à un but encaissé dans le dernier quart d’heure du dernier match de la saison contre Le Pontet qui les mettait à la 14ème position à la différence de buts. Ça a l’air compliqué mais en fait c’est simple. Et donc les hyèrois avaient commencé la saison en se vengeant du Pontet en les battant 5-2 chez eux. Bon début mais trois grosses périodes vont composer la saison varoise, à commencer par une série de 6 matches sans victoire. La 8ème journée sera la seule où Hyères est en position de relégable. Puisque s’ensuivent 10 matches sans défaite, qui coïncide avec le fait qu’il n’y ait eu qu’une seule rencontre contre les équipes du top 5 final, qui amène le HFC sur le podium. Mais la saison se termine en roue libre avec une seule victoire sur les 12 derniers matches, soit 19 points, le même nombre que la lanterne rouge sur cette période. Mais grâce à des adversaires plus faibles et une avance suffisamment large, Hyères finit sans avoir trop craint à la relégation. Plutôt agréable. Coté individualité, un homme est à retenir logiquement ; Cyril Manas.

On en avait déjà parlé lors de l’article du mois de janvier par ici. Au final il termine la saison moins comme un boulet de canon mais avec un bon bilan, pour sa première saison pleine. 11 buts, ce qui fait de lui le 3ème meilleur buteur. Pas mal pour un milieu défensif. Mais il a en plus été élu 8 fois homme du match, soit un match sur trois, un ratio plus qu’honorable. Il faut ausis préciser son total de 11 cartons jaunes, en 25 matches, ce qui fait de lui le 1er au nombre de jaunes du groupe, et le 3ème si on prend en compte les quatre CFA. Mais sans s’être fait expulsé une seule fois ce qui est un petit exploit. Malheureusement il a pris la décision de quitter le club, pour prendre la direction de … Toulon. Pas un club plus huppé ou une nouvelle grande aventure. Dommage pour lui. Et en plus il faut compter le départ de Florent Gache (26 matches, 6 passes décisives, 4 Homme du match), son second. Objectif pour le club la saison prochaine donc : trouver des remplaçants à ces joueurs-clés pour ne pas revivre la galère et le maintien.


Marseille B : 9ème avec 62 points : Pour une première saison en CFA depuis bien longtemps, les minots s’en sont finalement bien sortis. Il faut rappeler que Marseille accordait assez peu d’importance à son centre de formation, qui avait même été relégué de CFA 2 il y a quelques années. Mais bref revenons à cette saison, qui avait plutôt pas mal commencé. Longtemps placé en milieu de tableau, les phocéens perdaient peu, avec une seule défaite sur les dix premières journées. Mais comme chez les pros, les matches nuls ont été à la mode et ils en totalisaient quand même 6. Et cela continua tout au long de la saison avec 13 matches nuls sur 28 au final. Du coup l’OM a peu perdu, 8 défaites, seul Pau a fait mieux, mais 7 victoires, seul le dernier a fait pire. Bon après tant que ça marche pour se maintenir, il y a vraiment pas de quoi se plaindre.

Bilan : saison moyenne ce qui est logique pour un promu, mais à confirmer car l’équilibre est fragile. Avec la nouvelle politique marseillaise qui est extrêmement ricrac au niveau des transferts, il va y avoir des promotions parmi les équipes de jeunes à Marseille. La direction a d’ores et déjà annoncé qu’il y aurait une solution interne pour remplacer Mandanda. Florian Escales, de la génération 96 et portier habitué des sélections de jeunes françaises doit s’en frotter les mains. Mais du coup l’effectif risque d’être peu stable. Déjà que l’équipe a perdu son capitaine, avant-centre et meilleur buteur la légende Fabrice Appruzesse …

Pour un bilan individuel plus détaillé, je vous renvoie vers quelqu’un de plus habilité que moi, @urbastaga de OmForum qui parle de sa CFA par ici.


Tarbes : 10ème avec 62 points : Saison trèèès mouvementée pour Tarbes, qui pourrait facilement faire penser à l’équipe A de l’OM, ou Newcastle en Angleterre. Parlons d’abord du sportif : Tout avait mal commencé avec une seule victoire au cours des 9 premières journées. On les pense lancés puisqu’ils réussissent à enchaîner deux victoires d’affilée au mois de novembre. Mais il n’en est rien et les tarbais continuent de perdre, s’en remportant une victoire de temps en temps sans trop savoir comment. Résultat au bout de 18 journées, Tarbes a gagné moins du tiers de ses matches, pour 50 % de défaites, mais sans être dans la zone rouge, miracle. Quand soudain, ils se rappellent qu’ils peuvent gagner des matches aussi. Hop, une bonne série, tachée par une défaite contre la lanterne rouge, et le TPF s’offre une fin de saison plus au milieu de tableau. Bon, maintenant, l’extra-sportif : il y avait eu des grands changements d’entraîneurs en novembre, après que le coach Jean-Louis Montero ait démissionné, il avait été remplacé par Pavle Vostanic. Pour une semaine avant que celui-ci ne démissionne aussi. Et ne revienne une semaine après. Parce que.

Il a prolongé récemment d’ailleurs. On citera rapidement les problèmes de versements sur les salaires, le fait que les joueurs payaient parfois les nuits d’hôtel à leur insu, le fait que l’amende pour chaque carton doive être payée par le sanctionné … Et la crème sur la cerise sur le gâteau : Jean-Michel Nérin, le président. Si les lignes précédentes laissaient présager un dirigeant … étrange, sachez que vous avez raison. On oublie pas en octobre, quand il avait insulté et menacé un journaliste qui couvrait un match de Tarbes et dont les propos ne lui plaisaient pas apparemment. Et bien nouvel épisode, puisqu’en fin de saison il s’est fait suspendre 18 mois ferme (!!) par la Ligue de Midi-Pyrénées. La raison ? Avoir insulté et menacé (encore) un arbitre lors d’un match de son équipe des moins de 17 ans. Y en a vraiment qui ont des problèmes …

Du coup la saison suivante se prépare sans le président. 5 arrivées, dont 3 transfuges de Boulogne sur Mer et Le Havre. 6 départs, pas vraiment majeurs, dans des directions diverses et variées.

 

L’HOMME, Jean-Michel Nérin. Quoique vous vous disiez sur lui, vous avez raison

 

Toulon le Las : 11ème avec 62 points : Un parcours très similaire à celui de l’OM : un club promu qui fait une saison correcte sans gros exploits (hormis une 3ème place atteinte au soir de la 10ème journée avant de rentrer dans le rang) qui termine la saison avec 7 victoires, 13 nuls et 8 défaites et qui ne s’est jamais trop fait peur. A la différence que Toulon n’a pas le background d’un club professionnel, et le mérite en est d’autant plus grand. Mais ce club va bientôt disparaître, on le rappelle, à cause d’une fusion entre les deux clubs de Toulon, Le Las et le Sporting. Bon au final, ce ne sera pas si négatif puisque le Sporting a fini champion de CFA 2, donc on peut estimer que les deux clubs ont le niveau de la 4ème division. Ce sont les joueurs par contre qui doivent faire la gueule, puisqu’une vingtaine d’entre eux vont se retrouver libérés dans le monde très difficile du foot amateur français. Les infos sortent peu, mais ce qui est sûr c’est que pour la saison prochaine, l’équipe sera coachée par Dominique Veilex. Son nom ne vous dit probablement rien, mais il est plus connu du coté de Fréjus, Saint-Raphaël, où il a joué en amateur avant de l’entraîner, du Pontet et de Colomiers, qu’il a entraîné. Et au Gazélec Ajaccio, qui sous sa coupe de 2010 à 2012 est passé du CFA à la Ligue 2. De là à penser à un remake ? Vous l’aurez lu ici le premier …


Le Pontet : 12ème avec 62 points : Saison assez compliquée pour le Pontet, finalement similaire à celle de l’an dernier. Comme l’an derier il a fallu lutter jusqu’au bout pour espérer le maintien, et comme l’an dernier ça a fini par passer. Mais ça ne marchera pas toujours comme cela, un jour ou l’autre il faudra penser à se développer. Pas forcément pour viser plus haut, mais surtout pour ne plus galérer. Pour peut-être s’en donner les moyens, le club a pris un nouveau coach, Mohamed Chaouch, joueur professionnel qui passa par Saint-Etienne et Nice au début des années 2000. Après avoir expérimenté un poste sur le banc à Chypre il tente l’aventure dans son pays d’origine. Mais la tâche ne s’annonce pas des plus faciles pour commencer …


Sète : 13ème avec 60 points : Saison décevante aussi, mais une exception dans l’Histoire récente du club. L’an dernier les verts et blancs avaient évolué à un assez bon niveau, et comme depuis 5 ans l’équipe avait de bons bilans, il avait été décidé de réorganiser le club et l’effectif des seniors. Cela s’avoua être un véritable échec puisque l’équipe n’arrivait pas à gagner. Au début elle perdait peu aussi, mais cela ne dura pas et Sète voyait sa position au classement descendre semaine après semaine. Le tout dans une ambiance qui se dégradait en interne, puisque toutes les équipes marchaient mal. Mais tout a fini par s’arranger peu de temps avant la fin de la saison avec le maintien, plus parce qu’il y avait plus mauvais derrière que par réel talent. Pas de descente car la FFF a décidé qu’avec le dépôt de bilan d’Arles-Avignon, il n’y aurait que 2 descentes dans le groupe en 2016.

Point de vue statistiques, Sète réussit l’exploit d’avoir la pire attaque du groupe avec seulement 23 buts inscrits, mais cependant un excellent bilan de 26 buts encaissés, ce qui en fait la 2ème meilleure défense derrière Pau. Et l’équipe se débrouillait pour être en fond de tableau. D’ailleurs l’élu meilleur joueur de la saison, Jeffrey Assoumin était défenseur. Ce qui n’est pas toujours bon signe. Au passage il s’en va en direction de Béziers, grosse perte donc. Dans le sens des arrivées on note Marc Pfertzel, ancien de la maison, qui était parti en 2003 pour jouer 120 matches en 4 ans avec Livourne en Italie, et passer 8 ans en 2ème division allemande. Une fin de carrière mais un CV prestigieux. Et en attaque, puisqu’il y en a bien besoin, recrutement de John Junior Nkomb Nkomb, un avant-centre au nom marrant qui jouait il y a peu dans la CFA du PSG. Au total ce sont 8 départs pour 7 arrivées. Un mercato ambitieux et de gros changements annoncés dans l’organigramme du club, Sète sera un club à surveiller l’an prochain !


Rodez : 14ème avec 59 points : Alors là … Rodez a eu du pot, de la chatte, le cul bordé de nouilles, une chance de cocu, du pompon (quelqu’un utilise cette expression ?), ils l’ont échappée belle sur le fil du rasoir … Bref une chance incroyable. Mais bon prenons l’histoire par le début : l’an dernier Rodez s’était sauvé malgré une défense assez faible. Cette saison ce n’est pas un problème majeur mais cela n’empêche pas l’équipe de perdre beaucoup. Au bout de 5 matches, dernier. Au bout de 10 matches, dernier. A la trêve hivernale, le RAF sauve les apparences en se plaçant 11ème. Puis il reprend sa chute libre et caracole à l’avant-dernière place du classement, bien aidé par un Bayonne encore pire.

Au soir de la 29ème journée, à la suite d’un match nul à Marignane et de résultats favorables des concurrents, Rodez est officiellement relégué en CFA 2. Les préparations commencent puis là, stupeur, le club de Luçon en National décide pour des raisons financières de ne pas repartir sur une saison à ce niveau. Du coup, Les Herbiers classés 15ème sur 18 ne sont pas relégués. Du coup on peut sauver un 14ème d’un des groupes de CFA. Et pour cela, on choisit le 14ème qui a eu les meilleurs résultats contre les 5 équipes classées devant elle dans son groupe. Ce mini-classement de 4 équipes désigne qui va être sauvé, et c’est Rodez qui est choisi grâce à une meilleure différence de buts. Si c’est compliqué, la photo suivante vous l’expliquera mieux. Et donc voilà Rodez sauvé de manière miraculeuse.

Du coup il a fallu changer les projets : alors on a quelques départs forcément, dont Valentin Rosier, 19 ans, que l’on pourrait apercevoir en Ligue 1 car il a signé à Dijon ou Adrien Faviana, ancien niçois qui prend sa retraite à 29 ans à cause de problèmes de santé. Coté arrivées, Maxime Ras, joueur très confirmé de CFA qui espère se faire remarquer pour jouer en National, Labissière de Grenoble formé à Bordeaux, Martin Douillard qui provient de Pau … En bref un recrutement ambitieux pour ne pas avoir à tout miser sur la chance la prochaine fois.

 

(En vrai, Vitré aussi a été sauvé. Mais ça aurait été moins classe pour l'histoire)
(En vrai, Vitré aussi a été sauvé. Mais ça aurait été moins classe pour l’histoire)

 

Bayonne : 15ème avec 48 points : Au départ il était prévu de voir 3 relégués. Il n’y en a eu qu’un seul au final. Un seul malheureux (quoiqu’on doute que les supporters d’Arles-Avignon soient très heureux de cette saison). Une saison catastrophique au plan comptable, ce que l’on voit d’ailleurs bien avec un nombre de points aussi loin de ceux des concurrents. De bons jambons les bayonnais puisqu’ils n’ont remporté que 5 matches, seul Aubervilliers dans le groupe A et la réserve des Girondins de Bordeaux dans le groupe D ont réussi à faire moins bien, et 18 défaites au total, personne n’a fait pire forcément là. Et dire qu’ils ont joué 2 matches de moins que les autres en plus …  Tout au long de la saison ils n’ont jamais semblé voir le jour, les 5 premières journées mises à part qui n’ont pas réellement de valeur au tableau. Pour preuve, superbe performance bayonnaise qui a tenu la dernière place dès la 11ème journée. Depuis le 28 novembre donc. DAMN. Belle essai de la part d’une équipe qui venait à peine d’être promue et qui s’est heurtée à la rudesse du CFA et a fait l’ascenseur. Mais bon, on va vite l’oublier ça, les ferias commencent en fin de semaine.

Du coup avec la relégation, forcément il y a des bouleversements, à commencer par l’entraîneur qui ne sera plus Jean-Claude Gay mais Nicolas Sahnoun, ancien joueur (Dijon, Brest, Espagne …) qui était jusqu’ici directeur sportif du club du Cap-Ferret. Si ce nom signifie quelque chose pour les bordelais et les nantais, c’est parce qu’il est en effet le fils (posthume) d’Omar Sahnoun, joueur des années 70, 6 sélections en équipe de France même, qui décéda en avril 1980 d’une crise cardiaque pendant un entraînement des Girondins.

Coté joueurs, saignée et transfusion logique : 10 départs, 12 arrivées. Pour les sorties il est étonnant de noter que quatre des joueurs se dirigent vers Anglet … Club voisin et dans la même division. Et un départ à suivre : Baptiste Etcheverria, 19 ans, 2 matches cette saison mais qui tente sa chance à Tours. A suivre. Pour les entrées pas mal de paris, on notera quand même Rémy Bonne qui a connu la Ligue 2 à Lens et Arles-Avignon.


Une saison de plus s’achève dans le monde impitoyable, tant pour les joueurs que pour les clubs, du Championnat de France Amateur. Cette saison encore, le niveau était A peu près Correct. On souhaite le meilleur du monde à ces acteurs qui mettent probablement plus leurs tripes sur le terrain que certains à un échelon supérieur. Pour certains, surtout ceux des centres de formation, l’avenir sera pénible pour certains, d’autres joueront la Coupe d’Europe ou dans leur sélection nationale. Pour les vieux des clubs amateurs qui courent le 100 mètres en 20 secondes, c’est une manière de conserver le bonheur de jouer le plus longtemps possible, pour l’amour du jeu. Pour le reste, cela se partage entre ceux qui vivent leur passion à fond, refusant de la laisser tomber pour un « vrai » travail, et ceux qui se diront au moment de raccrocher qu’ils n’ont pas toujours eu la vie facile mais auront vécu une formidable aventure humaine.

Quand on voit des hommes prêts à quitter leur famille pour aller vivre dans un village qu’ils ne connaissent pas, s’entraîner durement et en fin de semaine, se rendre dans un stade avec une seule tribune, entre les bénévoles qui gèrent le barbecue et 200 spectateurs qui font la gueule parce qu’ils ont craché 10 euros pour un match où les acteurs ne savent pas enchaîner trois passes correctement, mais que ces joueurs continuent quand même pour vivre comme cela, on se dit que le foot, c’est plus que du foot.

 

 

C’était le football vrai.                                                                                                                                                      Henri Death

1 thought on “Le CFA C 2015-2016 : On referme la dernière page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.