mer. Oct 23rd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Le CFA : Présentation

9 min read

Derrière la sur-médiatisée Ligue 1, la Ligue 2 et le National sur lequel on porte une certaine attention se trouve la CFA, le 4ème échelon, repaire des clubs de villes champêtres et des réserves des équipes de Ligue 1. Vous y trouverez des joueurs à l’image de leurs clubs : des futurs pros, grands espoirs pour certains, des ex-futurs pros, qui ont loupé la marche, des vieux de la vieille, ceux ne peuvent décidément pas arrêter le foot mais qui ne sont pas assez forts pour garder un haut niveau à l’image de Ryan Giggs, ou tout simplement des joueurs moyens mais au niveau tout de même au-dessus de la moyenne . Le fonctionnement est simple : 16 équipes, le 1er est promu en National, les 3 derniers sont relégués en CFA 2. 4 points pour le vainqueur du match, 2 points pour un nul, 1 point pour une défaite. J’ai pas vraiment compris l’intérêt d’utiliser cette manière de compter puisque les écarts restent les mêmes mais bon, bienvenue chez les meilleurs clubs amateurs du Sud-Est de la France, bienvenue dans le CFA groupe C.

CFA

Les réserves :

Nice B : En s’appuyant sur les quelques membres « survivants » de la génération Gambardella 2012, et sur un club qui marchait en surrégime à tous les étages à l’image de l’équipe première qui finit 4ème, l’équipe a fini champion de CFA 2 en 2013, à la différence de buts face à Marseille le plaisir total. Forcément l’équipe joue le ventre mou, comme l’équipe première en fait. Vu que le club s’appuie sur un projet centré sur la formation, pas mal de joueurs sont assez jeunes, le doyen n’a d’ailleurs que 22 ans. Cependant déjà quelques apparitions en pro pour certains d’entre eux. SI on devait en surveiller quelques uns : Les ailiers quand l’équipe joue en 3-5-2 Anthony Ranieri, 17 ans, et Saïd Benrahma, 19 ans, malgré des problèmes de comportement pour le second qui l’amènent souvent à reçevoir des amendes de plus de 1000 euros par mois; Romain Perraud et Boscagli, 18 ans, récents au club et souvent appelé en Equipes De France des jeunes. Egalement Paulin Puel, 2ème fils de (1) . Le coach, c’est Régis Beunardeau, ancienne gloire, coach réserve puis de l’équipe première du Mans. Après avoir coaché pendant 6 mois la réserve de l’OM, il a ét recruté en personne par Claude Puel, qui a donc viré Manu Pirès, directeur du centre depuis longtemps et coach de la Gambardella.

Lyon B : Assez peu contestablement le meilleur centre de formation de France (ils vous le rappelleront en permanence d’ailleurs) mais les résultats restent assez moyens quand on voit les joueurs qu’ils ont sorti ces dernières années. Bon ça empêchera pas ces joueurs de venir jouer planter en pro quand ils viendront chez vous avant de retomber dans l’anonymat. 2 asiatiques sont présents dans l’équipe, ce qui est assez rare pour être remarqué. Alain Olio, le coach, a quand même joué 230 matches pros dans les années 70-80, depis sa retraite il a assumé le rôle d’entraineur de jeunes depuis 1997 partout où il es passé (Lyon, Nice, Xamax, et Rabat)

Monaco B : Historiquement, le club possède une Academy (on dit pas centre de formation à Monaco, c’est so frenchy) qui était très performante avant (Henry, Trézéguet pour ne citer que les plus connus), mais maintenant un peu moins. Parce que derrière Nkoulou et Kurzawa, les meilleurs qui en sont sorti récemment c’est Mollo et Bakar. 5 joueurs jouent tout de même en Equipe de France des jeunes. Leur coach est inconnu par contre, en cherchant son nom sur internet vous tomberez sur un cinéaste malien.

Montpellier B : Pour un club qui n’est pas issu d’une région footballière, la formation est plutôt bonne (2 gambardella). Relégué en 2010, la réserve est remontée la saison dernière, avec l’effectif le plus jeune du championnat puisque tous les joueurs ou presque sont nés en 95 ou en 96. Résultat : ça donne des coupes de cheveux bien moches, un doublé de Paulin Puel encaissé et une place de relégable avec 8 buts marqués en 14 matches. Coach : Favien Lefevre, ancien pro lui aussi. Coach des U15/17/19/CFA de Montpellier depuis 2004, il commence à être rompu à la formation. Le centre, c’est sa maison.

Les séances vidéo, c'est plus ce que c'était ...
Les séances vidéo, c’est plus ce que c’était …

Les autres:
Grenoble : Oui oui, c’est bien l’équipe 1 qui avait atteint des records de médiocrité en Ligue 1 il y a quelques années. Relégué en CFA 2 en 2011, le club a quand même fini champion la même année. L’équipe joue le haut de tableau depuis, mais pas encore de promotion. Est-ce que cette année serait la bonne ? En tout cas c’est bien parti puisque les isérois sont leaders dans ce classement plutôt serré mais avec la meilleure attaque avec 25 buts après 14 matches. En plus de ça, les joueurs sont très disciplinés avec seulement 15 cartons jaunes 0 rouge. Vous y croiserez une vieille connaissance en la personne de Nassim Akrour, 40 ans et jamais de crampe même après 120 minutes, qui est meilleur buteur avec 9 pions. J’aurais bien aimé vous faire découvrir qu’il joue encore mais la Coupe de France m’a coupé l’herbe sous le pied. Entraineur : Olivier Saragaglia, ancien joueur du club. Une centaine de matches en D2/national avant d’entrainer la réserve du club, puis de prendre en main l’équipe première depuis 2011.

Béziers : Le club a été créé en 2007 seulement pour descendre direct en DH, puis a enchainé 2 titres en 2 saisons. Depuis l’équipe s’est stabilisé en CFA et a fini 9ème les deux dernires années, et joue la montée cette saison. Pourquoi pas. J’ai vu qu’il faudrait faire gaffe à Michel Ramon, milieu de terrain de 25 ans apparemment, qui est meilleur buteur avec 4 buts. A part ça l’équipe occupe la première place du classement à l’extérieur. Et est sponsorisé par McDo.

Marignane : L’un des plus grands clubs secondaires des Bouches-du-Rhône retrouve fréquemment son rival de Martigues pour des derbies je l’imagine chauds bouillants. L’équipe en elle-même gagne peu mais perd peu (2 défaites seulement). Elle est d’ailleurs la meilleure défense des 4 CFA, avec 0.5 but encaissé/match. Du coup elle se repose sur un miracle de Yannick Chabaud (8 buts sur les 15). Ils viennent quand même de recruter Ibrahim Rachidi, un ex-défenseur de L2 pour renforcer la défense au cas où on sait jamais.

Martigues : L’un des plus grands clubs secondaires des Bouches-du-Rhône retrouve fréquemment son rival de Marignane pour des derbies je l’imagine chauds bouillants. Anciennement en D1 et D2 dans un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. Stabilisé en CFA depuis 2012. Elle apparaissait à la base comme une équipe de bouchers avec 4 cartons rouges sur les 8 premiers matches mais s’est calmé depuis. A part ça ils ont club de supporters de 30 membres plutôt actif. Voila.

US le Pontet : Petit club de la campagne du Vaucluse présent en cfa depuis 2009. Vous pourrez avoir l’occasion de
croiser quelques vieilles connaissances du championnat de France comme Sébastien Piocelle ou Fabien Laurenti. Un joli petit stade champêtre (mais où vous devez raquer 7 euros par match quand même putain c’est 3 euros de plus qu’à Guingamp) et où vous pouvez entendre le panneau d’affichage faire du bruit à chaque seconde qui défile : . Coaché par Abdlekader Ferhaoui, 500 matches en pro avec Montpellier, Cannes et Saint-Etienne, et 3ème de la CAN 1988. Depuis il a enchainé des piges et s’était fait limogé par Toulon (DH) en 2013. Fallait y croire pour recruté en CFA un coach viré 2 échelons plus bas mais apparemment ça marche.

FC Villefranche Beaujolais : Club formateur de la région du Lyonnais (où a joué plus jeune Maxime Gonalons) au nom d’ivrogne et avec un effectif assez jeune qui évolue en CFA depuis 2008, mais a l’air d’avoir assez peu d’ambitions. 2ème pire défensedu championnat quand même alors attention derrière. A part ça ils ont un gardien qui s’appelle Cretin. C’est rigolo

FC Sète : Le club a accédé à la CFA la saison dernière accompagné d’un 1/8e de finale de Coupe de France perdu face à l’AS Moulins. La marche est plus dure à franchir maintenant mais faudrait améliorer pour ça le bilan à l’extérieur qui est de … 0 victoire. 2 joueurs remarquables : Doumeng, ex-Montpellier-Valenciennes-Nancy-Lens en Ligue 1 et 2. Et Anthon Fayos, membre de l’équipe de France de Beach soccer.

Rodez : Si le club a frolé la montée en finissant deux fois deuxième en 2012 et en 2014, ça semble plus dur cette année mais cela s’explique en même temps par la pire défense de ligue. Au moins le spectacle est garanti puisqu’un match de Rodez cette saison c’est 3buts/match en moyenne. On peut y retrouver Jérémie Roumégous, ex-Nimes-Chateauroux et Boutabout ex-Sedan. Pour les intéressés le RAF recherche actuellement un responsable commercial : http://www.rodezaveyronfootball.com/.

Lyon-la-Duchère : Le 2ème club de Lyon est plutôt abonné à la CFA d’habitude mais plutôt le haut de tableau. Mais être la pire équipe à l’extérieur ça n’aide pas. Et attention nous avons un ancien top player en la personne de Sylvain Idangar, qui vient de l’OL, puisqu’il s’agit un homme qui a déjà marqué en Ligue des Champions contre le Sparta Prague ! Bon un homme qui végète aujourd’hui en CFA après une pige à Bangkok mais c’est déjà ça.

Hyères : L’effectif varois aux générations disparates (15 ans de différence entre le plus vieux et le plus jeune) a mal vécu la descente en CFA en 2011, accompagnée par un changement d’entraineur d’ailleurs. L’effectif est assez peu appuyé puisque même les anciens Smaini et Ndiaye n’ont jamais dépassé le championnat National. L’ancien club de Franck Leboeuf joue donc le maintien tant bien que mal mais pour ça il faudrait déjà apprendre à marquer (8 buts en 15 matches) pour la 2ème pire attaque des 4 CFA. Coaché par André Blanc, originaire de la ville et ancien pro passé par Sochaux dans les années 90 et rentré à la maison pour diriger les bras cassés jeunes joueurs.

Chasselay Monts d’Or Azergues : Elu meilleur club formateur du district du Rhône en 2007 et 2008, ça vaut ce que ça vaut. Vous ignoriez probablement l’existence de ce club jusqu’à l’année dernière, puisque c’était contre le club de Chasselay que Falcao avait subi une rupture des ligaments croisés qui l’avait privé de Coupe du Monde. Le coupable Soner Ertek a depuis quitté le club, mais vous pourrez y croiser un duo d’attaque qui faisait trembler beaucoup de monde dans les années 2000 : Ludovic Giuly et Sidney Govou, qui vivent leur petite retraite au calme, ainsi que Yohan Gomez, 140 matches pour Bastia entre 2005 et 2010. En championnat ça va pas fort, puisqu’après une série de 7 défaites consécutives ce club qui se débrouillait pas trop mal depuis quelques temps est directement descendu à la dernière place, mais à la mi-saison les carottes ne sont pas encore cuites dans ce classement relativement serré.

AS Saint-Priest : Le club occupe la dernière place à l’heure où j’écris ces lignes. Après lorsque l’on voit le bilan comptable rien n’est perdu mais attention à ne pas être largué trop facilement. J’ai très peu d’info sur le club puisque comme le Pontet, le club utilise le logiciel Footeo pour son site officiel, qui ne donne quasiment aucune info, donc à part le fait qu’il y joue Cédric Uras un ancien pro (Lyon-Toulouse-Bastia-Clermont-Falkirk-Litex Lovetch, une carrière à la Ben Arfa donc) et que c’est le 2ème meilleur buteur du club avec 1 but, j’ai très peu d’infos à donner dessus.

J’essaierais donc de vous faire découvrir ce noble championnat au fil des journées en espérant qu’il se passe des choses et qu’il y ait quelques futurs grands qui se révèlent histoire que je passe pas trop pour un gland.

Henri Death

(1) meilleur buteur et très critiqué en interne, mais cela pourrait faire l’objet d’un article à part

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.