ven. Jan 24th, 2020

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Copa America 2015 : le Chili remporte sa première Copa !

4 min read

Dans son Estadio Nacional et face à l’Argentine, le Chili a enfin remporté sa première Copa America qui la fuyait depuis près d’un siècle (0-0, 4-1 TAB). Génial, le coach Jorge Sampaoli entre dans la cour des grands. 

Le Chili l’a fait. Arturo et les siens entrent dans le panthéon du sport national en inscrivant enfin une ligne au palmarès du football chilien. Seulement deux petits titres continentaux ornaient les murs de la Fédé Chilienne … Car si Colo Colo (Copa Libertadores en 2011) et la U de Chile (une petite Copa Sudamericana la même année), les deux mastodontes de Santiago pouvaient se targuer d’avoir remporté un titre à l’échelon continental, il n’en était rien pour la Roja qui même durant la période du duo Zamorano-Salas dans les 90’s n’ont rien remporté avec le Chili.

Et on peut légitimement avancer que l’équipe qui a produit le meilleur jeu depuis le début du tournoi s’est imposé hier soir à l’Estadio Nacional. Dès les premiers instants du match, les Chiliens monopolisent le ballon, sans toutefois trouver la faille dans une défense argentine sérieuse. Valdivia distribue d’excellents ballons, à tel point que lorsqu’il est en position de tirer, il choisit la passe, au risque de se tromper. Quelques instant plus tard, Vidal du gauche fait travailler Romero (10ème).

Le Chili gère, l’Argentine contre

chile-0-0-argentina-6348

L’Argentine pour sa part procède par contres ou sur coups de pied arrêtés. Agüero manque de peu d’ouvrir le score sur un coup franc excentré de Messi mais Bravo réalise un arrêt réflexe (20ème). L’intensité s’élève progressivement et les contacts sont plus rudes, comme dans chaque match de cette Copa America 2015. Di Maria est contraint de sortir suite à une blessure musculaire et c’est El Pocho Lavezzi qui le remplace (29ème).

L’Argentine domine cette fin de première mi-temps. Valdivia, trop lent ne parvient plus à s’accaparer le milieu de terrain. Le football moderne, au détriment du romantisme, n’est pas fait pour ce genre de meneur de jeu à l’ancienne. Alexis comprend vite la situation et redescend d’un cran pour choper le ballon et tenter des incursions dans la défense argentine. Le joueur d’Arsenal, en-dessous de son vrai niveau depuis le début de la compétition fait étalage de toute sa classe.

A la pause, les Chiliens comptabilisent déjà trois jaunes. Mais la pression de la Roja au retour des vestiaires est telle que les Argentins en récoltent à leur tour. Rojo souffre sur son couloir gauche, Isla et Alexis y sont pour quelque chose. Peu en vue, Agüero sort au profit d’Higuain. Au même moment, Valdivia est remplacé par un Mati Fernandez plus vif (74ème). Sur une passe en cloche, la volée d’Alexis manque d’un rien le cadre (81ème). En toute fin de match, sur un nouveau contre orchestré par Messi, Higuain ne parvient pas à tacler assez vite le centre du Pocho. Prolongations.

Le Chili continue sa pression dans cette partie complémentaire. Pocho, entré une demi-heure après tout le monde se plaint de crampes. Sur un tacle salvateur devant Alexis, Mascherano souffre aussi. Poussés à bout, les organismes n’attendent que la séance de tirs au but. Les filets n’auront pas tremblé mais l’intensité, la technique et la tactique auront enjolivé cette finale.

Sampaoli, l’élève modèle

pipita2
Senoras y senores, El Pipita Higuain.

Higuain est le premier argentin a rater son tir au but, alors que Mati, Léo et Arturo l’ont réussi (O-O / O-X). Charles Aranguiz réussi le sien et dans la foulée, Ever voit le sien stoppé par Bravo (O-O-O / O-X-X). Alexis, le meilleur joueur du match a donc la possibilité de rendre 15 millions de personnes heureuses. Sa panenka s’élève à peine. Il s’agit d’avantage d’une frappe toute molle de niveau poussin. Qu’importe, Romero a plongé de l’autre côté, Alexis peut retirer son maillot, les Chiliens courir, Higuain se maudire et Messi pleurer (O-O-O-O / O-X-X).

Cette victoire est assurément la victoire de la tactique sur le talent individuel. Car le Chili ne dispose pas de beaucoup de stars, contrairement à l’Argentine qui s’est tout de même payé le luxe de laisser sur le banc Carlos Tévez. Pour preuve, les deux meilleurs Chiliens du tournoi que sont Valdivia et Aranguiz jouent tout deux au Brésil. Jorge Sampaoli a mené d’une main de maître cette sélection chilienne jusqu’au sommet du tournoi continental.

On peut  situer le début du renouveau du football chilien – aux abysses depuis le mondial 1998 et la disparition du duo Zamorano-Salas – à la prise en main d’un certain Marcelo Bielsa en 2007 et qui a permis au Chili de participer aux deux derniers mondiaux. Sampaoli, disciple d’El Loco peut désormais témoigner qu’il n’est pas nécessaire d’avoir joué au football au haut niveau pour mener une équipe à la victoire. Le divin chauve fait désormais partie de la cour des grands.

 

Crédits photos : AP

1 thought on “Copa America 2015 : le Chili remporte sa première Copa !

  1. VIVA EL CHILE !! Gracias Jorge, gracias El Loco y gracias a todos los jugadores chilenos !! Et merci pr cet article, une fois de plus très bien écrit 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.