mar. Sep 17th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Copa America : Le « Clásico del Pacífico » tourne à l’avantage du Chili

4 min read

Cette fois encore, le Clásico del Pacífico aura donné le Chili vainqueur. Un Chili mis en difficulté par des Péruviens rapidement réduits à dix et qui sortent du tournoi la tête haute. Côté chilien, on peut désormais savourer une finale que tout un peuple espérait.

Les affrontements entre le Chili et le Pérou ne sont jamais tendres. Sans doute parce qu’il y a bien longtemps d’ici les deux pays s’affrontaient dans une guerre armée pour l’acquisition (ou la défense) de territoires frontaliers. A l’occasion de cette Guerre du Pacifique, la Bolivie, alliée du Pérou, avait perdu tout accès à la mer (cause essentielle du retard de développement économique du pays andin), tandis que les Péruviens avaient perdu toute la région de Tarapacá, connue aujourd’hui comme l’une des régions vinicoles les plus réputées du continent. Si les Boliviens avaient carrément mis une croix au calendrier de leur affrontement face au pays organisateur de cette Copa America durant la phase de groupe (rappel : victoire 5-0 du Chili !), nul doute que le Pérou n’aurait pu rêver meilleur adversaire pour une seconde demi-finale internationale consécutive après celle, perdue, disputée lors de la précédente édition de cette même compétition. Et de fait : si le Chili remporte finalement le ticket pour la finale, le Pérou lui aura donné bien du fil à retordre, et ce malgré l’exclusion précoce et relativement sévère de Carlos Zambrano.

Car en début de match, les Chiliens semblent crispés. Tout profite pour les onze, puis dix Incas de Ricardo Gareca qui, très bien organisés, ne laissent que peu d’espace aux Chiliens et se procurent les premières occasions. Dans un stade national rouge de stress, Jefferson Farfan fit ainsi une première fois trembler les supporters de la Roja en trouvant le cadre dès la 9è minute, avant que Lobaton n’oblige dans la foulée Claudio Bravo à la parade. Le derby est chaud et les contacts rugueux. Déjà averti par l’arbitre José Argote, le défenseur central Carlos Zambrano écope d’un bristol rouge direct suite à une semelle sur Aranguiz. Le Pérou, qui dominait jusque là, est réduit à dix. Tout profite pour la Roja qui réagit et prend le jeu à son compte, se créant à son tour l’une ou l’autre occasion franche, comme sur cet envoi de Valdivia qui manque de peu l’ouverture. Le meneur de jeu chilien et esthète du ballon rond, passe ainsi tout proche de fêter par un but son récent transfert vers la péninsule arabique. Qu’à cela ne tienne pour Jorge Sampaoli et ses ouailles, c’est une nouvelle fois l’avant de poche Eduardo Vargas qui va faire la différence.

Une première fois juste avant la pause. Parti à l’extrême limite du hors-jeu, l’attaquant chilien passé de façon quasi anonyme par Naples, Valence et QPR ces dernières saisons s’est rappelé au bon souvenir des supporters chiliens, comme souvent lorsqu’il évolue sous les couleurs nationales. Exploitant un centre d’Alexis Sanchez, Vargas s’en va ainsi tromper avec un brin de réussite l’excellent Pedro Gallese et offre ainsi juste avant la pause l’avance au Chili.
CopaAmerica-ChiliPerou

Au retour des vestiaires, Don Sampa ne semble pas se contenter d’un score arsenal et lance dans la bagarre Eugenio Mena et David Pizarro. Mais c’est la Blanquiroja qui, malgré son infériorité numérique, pousse le Chili dans ces derniers retranchements. Une nouvelle fois, Jefferson Farfan passe tout proche du but égalisateur sur un centre de l’excellent Luis Advincula. Le latéral droit est un des hommes de cette demi finale et le prouve une nouvelle fois quelques minutes plus tard en poussant Gary Medel à la faute ! Ne pouvant se dégager, le défenseur central chilien de l’Inter trompe son propre gardien et remet bien involontairement les deux équipes à égalité. Silence lourd sur le stade national …

Mais cela ne durera pas ! Quatre minutes seulement après cette égalisation, récupérant un ballon perdu par la défense péruvienne, Eduardo Vargas arme une frappe limpide des 25 mètres qui s’en va finir sa course dans la lucarne de Gallese : 2-1 ! Les Péruviens sont KO. Vargas, lui, triomphe. Avec ce quatrième but dans la compétition, il totalise le meilleur nombre de buts depuis Ivan Zamorano en 1991. Surtout, ses deux nouveaux buts permettent au Chili d’obtenir son ticket pour une première finale de Copa America depuis 28 ans !

Car cela semblait écrit. Depuis le début de la compétition, la Roja semble promise à cette finale que tout son peuple attend. Avec une génération en or, Jorge Sampaoli confirme le renouveau chilien sur la scène continentale. Et, comme face à l’Uruguay en quart, les Chiliens ont pu à nouveau compter sur un arbitrage qui ne leur aura certes pas été défavorable … Désormais, le Chili attend, impatient, de savoir qui sera son dernier adversaire le menant vers un premier titre en Copa America. Réponse ce soir avec l’affrontement entre l’Argentine de Lionel Messi et le surprenant Paraguay tombeur de la Seleçao au tour précédent.

CHILI – PEROU 2:1
Eduardo Vargas (1-0, 42e), Gary Medel c.s.c. (1-1, 60e), Eduardo Vargas (2-1, 64e)

Crédit photo : Martin Bernetti / AFP

3 thoughts on “Copa America : Le « Clásico del Pacífico » tourne à l’avantage du Chili

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.