ven. Août 23rd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Liga MX : c’est la reprise au Mexique !

5 min read

1048_liga-mx_620x350

Et oui on ne perds pas de temps au Mexique. Après un Apertura 2015 ponctué par le sacre des Tigres, la Liga MX reprend ses droits. Pour le tournoi de fermeture, voici les principaux mouvements et les forces en présence. Alors, qui remportera le Clausura 2016 ? Éléments de réponse.

Les Tigres, candidats à leur propre succession

tigresmx

Les Tigres ont logiquement remporté l’Aperture 2015. Après un début poussif, notamment perturbé par les demi et la finale de Copa Libertadores, Gignac et ses potes se sont facilement qualifiés pour les play-offs avant de souffrir et de remporter le quatrième titre de l’histoire du club. Déjà engagés en LDC de la Concacaf, les Tigres ne joueront pas la Copa Libertadores. En revanche, leur compte en banque a de quoi faire pâlir la Ligue 1. Lucas Zelarayán, « enganche » de 23 ans est arrivé de Belgrano (ARG) contre 5 millions d’euros. Un attaquant est aussi arrivé, le Paraguayen Fernando Fernández. Avec un tel recrutement, le club de Monterrey est candidat à sa propre succession. Et fait figure de favori.

Les outsiders: Rayados, América

Leurs grands rivaux, les Rayados de Monterrey font figure d’épouvantail. Le recrutement a été parfait, avec la prolongation de la pépite colombienne Edwin Cardona, auteur de nombreux golazos lors de l’Aperture 2015. Un des meilleurs défenseurs centraux du pays a également rejoint Monterrey, en la personne de Miguel Herrera, déjà sélectionné avec El Tri. Et pour couronner le tout, les Rayados ont su attirer le bourreau des Tigres en finale de la Libertadores, l’Uruguayen Carlos Sanchez. Avec aucun départ important et ces arrivées, ne pas atteindre les demi-finales de la Liguilla serait une grande déception pour le club de Monterrey.

A Mexico, on a peu recruté. Du côté des l’América on a fait venir Brian Lozano, un défenseur de 21 ans et déjà international avec l’Uruguay, en provenance du Defensor Sporting. la déception de l’élimination en demi-finales face aux Pumas est restée en travers de la gorge, car la finale était atteignable. En 2016, las Aguilas fêteront leur centenaire; un maillot spécial avec un écusson old-school est prévu. Les americanistas sont conscients que gagner la Liga MX est possible avec leur effectif quasiment inchangé. Le faire l’année du centenaire serait un signe fort.

Les embusqués: Cruz Azul, Pumas, Chivas, Atlas, Léon

Au Cruz Azul, après plusieurs tournois désastreux, on a décidé de faire les choses en grand en faisant venir l’ancien de la Masia barcelonaise Victor Vazquez. De grands espoirs sont placés sur le joueur qui jouait jusque-là à Bruges. Joffre Guerron en manque de temps de jeu avec les Tigres est également arrivé. Objectif: une participation à la Liguilla.

Chez les Pumas, peu de chambardement. L’objectif est simple: jouer les premiers rôles. Les pensionnaires de la UNAM réaliseront-ils un beau tournoi comme lors de l’Aperture 2015 ? Malgré la défaite en finale face aux Tigres, les joueurs ont eu le mérite de gagner le cœur des supporters de la UNAM et des aficionados du foot. Le « como no te vo a querer «  ( Comment ne vais-je pas t’aimer ?) avait même raisonné à la fin de la douloureuse défaite aux tirs aux buts. On espère voir de nouveau le jeu spectaculaire proposé par les felinos ces derniers mois. Mais avec le renforcement des clubs de Monterrey, il sera difficile pour les Pumas de rivaliser.

A Guadalajara, les deux clubs peuvent se targuer d’un beau recrutement. Le plus beau reste celui de l’Atlas. Egidio Arevalo Rios, ce milieu défensif atypique d’1m70 aux 71 capes avec l’Uruguay est arrivé des Tigres. Mais du côté de l’Estadio Jalisco, on a surtout su faire revenir l’enfant du pays, l’un des plus grands joueurs de l’histoire du Mexique, Rafael Marquez. A bientôt 37 ans, Rafita réalise ce que de nombreux latino-américains promettent: revenir dans son club de coeur. Et il veut finir sa carrière sur un titre de champion avec son Atlas. L’ancien barcelonais sera peut-être le sauveur du peuple rojinegro, qui n’a pas levé ce trophée depuis 65 ans. En défense, Rafa sera chargé de protéger Oscar Ustari, arrivé du Newell’s. Aucun doute, le recrutement de l’Atlas a de quoi faire chavirer les romantiques.

Chez l’ennemi, les Chivas, on peu aussi se vanter d’un beau recrutement. Marco Fabian a enfin quitté le navire pour un club européen. C’est l’Eintracht Frankfurt qui a décroché la signature de ce joueur dont la carrière aura contrasté entre golazos – dont un sublime doublé face au Barça – et période creuses dues à des lendemains de fêtes trop difficiles. Pour le remplacer, on a fait venir le génial international Carlos « el Gullit » Peña (Léon) pour 7 millions d‘euros, un milieu qui aurait sa place dans de nombreuses équipes jouant la Ligue des Champions … Mais fort de coffres bien remplis, les Chivas de Guadalajara ont pu enrôler ce box to box, spécimen rare en Liga MX. L’effectif est sans conteste l’un des meilleurs du pays mais le « Troupeau Sacré » peine à se qualifier en play-offs à chaque tournoi. Le Clausura 2016 sera-t-il le bon ?

A Léon, on a remplacé « el Gullit » par Maximiliano Moralez en provenance de l’Atalanta Bergame. L’ancien nain de Vélez a réalisé quatre saisons pleines en Italie et va désormais traîner son mètre 59 du côté du Mexique. Ce petit numéro 10 pourra s’épanouir au Mexique, un pays où être costaud et mesurer plus d’1m 70 pour pouvoir jouer n’est pas obligatoire, suivez mon regard … Léon vise une place qualificative en Liguilla et le plus dur sera de jouer sans « el Gullit ». Mais on le sait, lorsqu’ils sont dans le coup, les Esmeraldas sont capables de grandes choses.

Un tournoi homogène !

Ce Clausura 2016 s’annonce donc indécis, comme souvent. La phase régulière débute ce week-end pour s’achever début mai. Puis débutera la Liguilla, et c’est là qu’il faudra être affuté, car lors des play-offs, les matches s’enchaînent tous les trois jours. Se surpasser sera nécessaire, d’autant que de bonnes prestations permettront une possible sélection pour la Copa America Centenario qui se déroulera au mois de Juin. On peut d’ores et déjà vous promettre des golazos et des ambiances folles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.