jeu. Nov 14th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Liga MX: duel félin entre Tigres et Pumas en finale !

4 min read

Ce sera donc Pumas-Tigres en finale de cet Apertura 2015. En demi, le tableau nous offrait un Clasico Capitalino avec Pumas-América. Dans l’autre confrontation, Toluca devait se défaire des Tigres et leur effectif pléthorique pour atteindre la finale. Récit.

pumasamerica

Jeudi soir, dans un Azteca pas tout à fait rempli – à peu près 90 000 spectateurs tout de même, désolé le Matmut Atlantique Stadium,  les Aguilas de l’América ont largement dominé une équipe des Pumas certes meilleure sur la phase régulière, mais terriblement en manque d’expérience sur les confrontations aller-retour. Tour à tour, Oribe Peralta et Osvaldo Martinez ont manqué d’ouvrir le score mais leurs tirs ont frôlé le montant gauche de Pikolin. Matias Britos pour les Pumas a bien dévié un coup franc pour inscrire le premier but du match mais l’arbitre y a vu un hors-jeu peu évident. Sur la fin de la première mi-temps,  les équipes nous offraient de belles offensives. Le jeu déployé et le rythme imposé par les hommes d’Ambriz, les passes du Rifle et les déviations de Peralta n’ont pas pu nous empêcher de penser aux approximations techniques aperçues quelques heures plus tôt entre Marseillais et Rennais. André-Pierre Gignac a-t-il réellement migré vers un championnat moins relevé ? Ce Clasico Capitalino venait nous en faire douter.

Les americanistas craquent

En seconde mi-temps, on pensait voir les Pumas craquer sous la pression technique. C’est finalement Pablo Aguilar, le défenseur paraguayen de l’América qui a craqué mentalement et qui a du quitter le terrain pour une nouvelle faute. Les Pumas en ont directement profité en ouvrant le score par Ismaël Sosa, bien servi par le Neymar équatorien, Fidel Martinez. Sur la célébration, Samudio, peut-être par solidarité avec son compatriote exclu plus tôt se fâche et se fait sortir à son tour. Une aubaine pour des félins qui vont inscrire deux nouveaux buts, dont une très belle tête de Lalo Herrera. Improbable au début de match, les Pumas décrochent une large victoire à l’Azteca, 0-3.

 

Les joueurs de l’América se devaient donc de renverser la tendance au match retour. Une montagne pour les Aguilas. Mais plus expérimentés et bien meilleurs que leurs rivaux, on les savait capables de l’emporter à l’Estadio Universitario. C’est Darwin Quintero qui a sonné la charge et inscrit un doublé en début de match. La présence de Dario Benedetto, meilleur buteur du club et mystérieusement absent lors du match aller a fait un bien fou à l’attaque des Azulcremas. Mais comme à l’aller, une exclusion a remis les joueurs de l’UNAM dans le droit chemin. Juste après l’expulsion de Paolo Goltz, Javier Cortes – qui avait malheureusement brisé la jambe de Javier Güemez en première période – a inscrit le but du KO. A 1-2,  il était presque mission impossible pour les americanistas de se qualifier pour la finale. Une merveille du Rifle Andrade leur a tout de même laissé espérer jusqu’à la fin, mais leur indiscipline – Sambueza se faisant à son tour exclure – leur a coûté cher. Score final 1-3. Les joueurs de l’América le savaient pourtant : un Clasico, ça se gère surtout dans la tête. De leur côté, les Universitarios devront montrer plus dans le jeu et montrer de l’ambition pour vaincre les stars des Tigres.

 

Car les Regiomontanos ont d’abord facilement sorti une belle équipe de Jaguares en quarts. C’est la griffe de Gignac – auteur de deux des trois buts inscrits, dont un fabuleux retourné et une demi-volée de l’extérieur de la surface – qui a permis aux Tigres de se défaire de l’équipe de Ricardo La Volpe (2-1 puis 0-1 pour un score global de 3-1). Sur son retournée, le commentateur Bermudez nous a même gratifié d »une célébration à faire pâlir notre Christian Jeanpierre national: « Monsieur,,  monsieur,  monsieur,  monsieur,  monsieur Gignac ! » (voir vidéo). En demi, ils leur fallait affronter Toluca. A l’aller, les Diablos Rojos ont éteint le Volcan en accrochant le nul à l’extérieur 0-0. Gignac avait touché du bois, et Talavera brillé dans les cages détournant un pénalty sous les yeux du nouveau sélectionneur Juan Carlos Osorio.

 

Les Tigres, évidemment

Au retour, les Diablos pouvaient donc gérer la rencontre à domicile mais ils ne restaient pas à l’abri d’un but félin à l’extérieur. Dans l’enfer de Toluca, ce sont les Tigres qui ont fait la loi. Gignac, malhabile sur la finition a de nouveau buté sur un grand Talavera sur deux faces à faces. Mais c’est lorsque les Diablos Rojos ont obtenu le plus d’actions que les Tigres ont sorti les griffes. Damian Alvarez a centré pour Javier Aquina. Talavera n’a pu rien faire. A 10 minutes du terme, André-Pierre Gignac a servi Alvarez pour donner plus de consistance à la victoire et qualifier ses Tigres (0-0; 0-2). Qualification logique pour une équipe de l’UANL qui a su sortir le chéquier cet été pour faire venir Dédé et Jurgen Damm la pépite de Pachuca pour 8 millions de dollars.

finalemx

L’Apertura 2015 accouche donc d’un duel entre félins pour sa finale. Un duel d’universitaires aussi puique l’Université Nationale Autonome de Mexico affrontera l’Université Autonome du Nuevo Léon. Superleader, les Pumas ne partent pourtant pas favoris. Car l’expérience incarnée par Gignac, Sobis et Arévalo place les joueurs de Monterrey dans le fauteuil du probable vainqueur. Mais les demi-finales l’ont prouvé: il faut un mental d’acier pour gagner un tournoi au Mexique. La double confrontation dans le Volcan des Tigres puis à l’Universitario à Mexico sera bouillante.

.


 

Crédits photo : espnfc.com, lospumasunam.com.mx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.