dim. Oct 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Bobby Summer Camp 2

4 min read

La fin du mois de juillet est chargé aux Etats-Unis : entre la Gold cup, le All-Star game et la suite du championnat, je ponce mon réseau en streaming pour vous, les hommes de goût.

Le coup de maître de Jurgen

Etats-Unis – Panama, 28 juillet 2013, finale de la Gold Cup, 68e minute, 0-0. Jurgen Klinsmann, sélectionneur américain est suspendu et voit son équipe se faire malmener depuis les tribunes. Se prépare alors à rentrer le jeune Brek Shea (Stoke City, 23 ans) en remplacement de Joe Corana.

69e minute : Après un centre venant de la gauche dégagé par la défense du Panama, Alejandro Bedoya ajuste un centre à ras de terre que rate Landon Donovan, MVP du tournoi, repris par le blond peroxydé dans une défense confuse. Il vient d’offrir la cinquième Gold Cup aux Etats-Unis, le coaching de Klinsmann est parfait, le soccer en fête.

 

Rome ne sera pas détruite en un jour

Le jeu de mots serait digne d’Alex Goude, présentateur M6 aux calembours douteux, s’il ne reprenait pas la campagne faite par la MLS en marge du match qui opposait les All-Star du championnat nord-américain à l’AS Rome de Rudi Garcia. Un an après avoir fait chuter le champion d’Europe Chelsea, les 11 meilleurs joueurs de la MLS comptaient cette année bousculer une AS Roma en pleine préparation mais aussi en pleine reconstruction avec de nombreuses arrivées comme celles de Strootman, de Sanctis ou Mehdi Benatia. Thierry Henry capitaine et Aurélien Collin pour sa 2e sélection étaient les représentants français de cette grande fête.

Si le nouveau venu Strootman pour l’AS Rome avait calmé les velléités de victoire des 21.000 spectateurs du Sporting Park de Kansas City dès la 4e minute, la victoire romaine ne s’est parachevée qu’en 2e mi-temps avec les réalisations d’Alessandro Florenzi, élu MVP de la rencontre, puis de Tallo à la 69e avant que Gonzalez ne sauve le fameux honneur américain avec une tête décroisée sur coup de pied arrêté dans la seule minute d’arrêt de jeu de la deuxième mi-temps.

 

MLS, la suite

Quand elles ne servent pas de cobayes pour les clubs européens, les franchises de MLS continuent leurs joutes pour l’accession en CCL par le Supporters’ Shield mais surtout pour les play-offs.

A l’Ouest, le Real Salt Lake domine toujours, bénéficiant probablement des retombées sportives de l’organisation des JO d’hiver 2002. Malgré tout, leur défaite 4-3 face aux Red Bulls les replace sous la menace des Portland Timbers, battus 2-1 par San Jose mais qui restent 3es avec 3 points et 1 match en moins.  Les hommes de Kyle Beckermann ne comptent plus que 3 points d’avance sur leurs dauphins du Colorado qui ont su disposer du Los Angeles Galaxy (2-0), concurrents directs pour l’accession aux play-offs. Les Rapids font la grosse opération de la journée parmi les 5 premiers puisque les Vancouver Whitecaps se sont également inclinés face à Phildelphie 1-0, leur première défaite de la saison au BC Place.  Le FC Dallas, exempt, reste en position pour les places qualificatives grâce aux faux pas des équipes de tête.

Si devant ça perd, c’est que derrière ça pousse : si on a vu que San Jose avait gagné, il en est de même pour Seattle qui enfonce le Chivas USA en position de lanterne rouge avec une victoire 2-1 à domicile.

 

A l’Est, victoires des deux équipes canadiennes de la conférence. L’Impact de Montréal s’est imposé 1-0 au Stade Saputo face au leader Kansas City et s’empare de la 3e place. Dans le même temps, Toronto qui connaît une saison bien plus difficile – la franchise est 9e de la conférence –  s’est offert le Colombus Crew dans un match des cancres. Les New England Revolution ont infligé à DC United leur 15e défaite de la saison et grimpent dans les sièges qui mènent aux play-offs, sachant tirer à profit la neutralisation du Houston Dynamo et du Chicago Fire (1-1), adversaires directs de l’équipe de Saër Sène, dont vous pourrez retrouver l’interview chez nos amis de The Rookies, ici.

Victoire héroïque des Red Bulls 4-3 face au Real Salt Lake, leader du Supporters’ Shield. Les coéquipiers de Thierry Henry s’accrochent à leur deuxième place, ne comptant plus qu’un point de retard sur le SKC d’Aurélien Collin.

4 thoughts on “Bobby Summer Camp 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.