lun. Juil 13th, 2020

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

MLS – La formule et son explication

6 min read

Nouvel article sur le fonctionnement de la Major League Soccer. Aujourd’hui, programme plus light en prévision avec l’explication de la formule de ce championnat.

 

En effet, il me semblait important d’expliquer la formule pour deux raisons principales. Tout d’abord, elle permet aux lecteurs d’avoir un mode d’emploi made in France. De plus, elle complètera les informations délivrées dans les deux autres articles en vue de la réflexion proposée la semaine prochaine.

 MLS

  • La saison régulière

La MLS regroupe dix-neuf équipes réparties en deux conférences géographiques, l’Ouest (neuf équipes) et l’Est (dix équipes). Chaque équipe joue 34 rencontres en saison régulière. Le calendrier y est différent de celui pratiqué en Europe. Ici, pas de round-robin (le modèle européen) mais un calendrier « contrebalancé ». Les équipes de la Conférence Ouest affronte trois fois chacune des 8 autres équipes du groupe (soit 24 rencontres) et une fois les équipes de l’Est (soit 10 matches). Les équipes de la Conférence Est affronte une fois chacune des équipes de l’Ouest (soit 9 matches) et 2 ou 3 fois chacune des équipes de l’Est pour les 25 rencontres restantes. Ce mode de fonctionnement peut déstabiliser sous nos lattitudes mais il est néanmoins cohérent. Il est en effet justifié par ce classement par conférence où les cinq premiers sont qualifiés pour la suite de la saison. En 2011, la ligue était allée plus loin dans la drogue. 18 équipes, 34 journées. Logique. Mais le classement était réparti par conférence, ce qui ne justifiait pas le calendrier ! De plus, les places de premier tour étaient données… sur le classement général. Avec ce système, le Real Salt Lake est devenu champion en 2009 en passant… par la Conférence Est. Un sacré bordel incohérent.

Le tableau ci-dessous représente la répartition des dix-neuf franchises de la MLS.

Conférence Est

Conférence Ouest

Chicago Fire Chivas USA
Columbus Crew Colorado Rapids
D.C. United FC Dallas
Houston Dynamo Los Angeles Galaxy
Impact de Montréal Portland Timbers
New England Revolution Real Salt Lake
New York Red Bulls San Jose Earthquakes
Philadelphia Union Seattle Sounders FC
Sporting Kansas City Vancouver Whitecaps FC
Toronto FC  

Toutes ces différentes donnes devraient changer en 2015 avec l’arrivée de deux nouvelles franchises (le New York City FC et Orlando City). Reste à savoir quelle sera la nouvelle organisation de la ligue. La suite logique serait deux conférences de 10 et 11. Cela impliquerait le déménagement d’une franchise actuelle de l’Ouest vers l’Est, probablement Houston. Certaines sources ont même proposé le retour de la division centrale pour former trois groupes de sept équipes. Le nombre de matchs ainsi que le type de calendrier inter-conférences devrait évoluer également. Après tout, chaque nouvelle franchise dans la ligue apporte son lot de modifications.

Au final, la volonté de la ligue d’arriver à 24 équipes puis de la stabiliser à ce niveau sera un vrai plus pour le calendrier s’il reste à 34 matchs par équipe. Celui-là devrait offrir deux conférences de douze équipes (avec un duel aller-retour contre les membres de sa conférence et match unique contre les autres). Il restera très américain mais gardera une certaine lisibilité. Bien entendu, si la MLS continue son expansion, ceci devra être remis en cause. Mais nous n’y sommes pas encore. So, wait and see.

  • Les play-offs

Ci-dessous, vous pouvez voir le tableau récapitulatif des play-offs de la saison dernière.

mls1

Comme évoqué précédemment, les cinq premières équipes du classement régulier se qualifient en play-offs. Comme dans toute autre ligue US, les play-offs se déroulent en conférences. Non présents sur ce screenshot pour cause de manque de place, les 4e et 5e de chaque conférence s’affrontent lors du premier tour des play-offs, sur un seul match sur le terrain du 4e. Ce match est souvent considéré par les médias spécialises français (voir les articles à ce sujet sur les sites de L’Equipe) comme un barrage, à tort. Celui-ci fait partie intégrante des play-offs et est semblable au wildcard weekend en NFL où des formations moins bien classées (de la 3e à la 6e place, en l’occurence) se disputent deux places en divisional round. Le mode de fonctionnement y est similaire. Et pourtant, personne n’oserait remettre en cause l’appartenance de ces rencontres au tableau d’après-saison de la NFL.

Le format de play-offs ne connaîtra pas de changement cette saison. Cependant, Don Garber (commissionnaire de la ligue) a émis l’idée que les équipes disposant de la meilleure protection pourraient choisir quelle manche accueillir (aller ou retour). Des précisions devraient intervenir en cours d’année à ce sujet. En ce qui concerne la saison 2015, le format des play-offs sera conditionné par le changement de formule (voir au-dessus) et par le nombre d’équipes que la ligue souhaite voir en play-offs. Il n’est d’ailleurs pas exclu de voir 12 équipes en play-offs à l’avenir, calquant le tableau NFL. Mais ceci n’est qu’une supposition personnelle.

  • La qualification en Ligue des Champions de la CONCACAF

 

La zone CONCACAF ne possède qu’une seule compétition interclubs, la Ligue des Champions, qui existe sous ce nom depuis 2008. Celle-ci cherche encore son public et sa légitimité mais les choses se mettent en place. Pour l’instant, elle est trustée par les clubs mexicains et la meilleure performance d’un club de MLS reste la finale du Real Salt Lake en 2010-2011.

Les qualifications en MLS ne concernent que les clubs basés aux Etats-Unis. Les trois franchises canadiennes (Toronto, Montréal et Vancouver) ne peuvent pas se qualifier par ce biais. 4 places sont en jeu chaque année.

– Le vainqueur de la MLS (Sporting Kansas City en 2013)

– Le vainqueur du Supporter’s Shield (New York Red Bulls en 2013)

– L’autre champion de conférence en saison régulière (Portland Timbers en 2013). (2013 fut la première année où cette règle fut utilisée. Auparavant, c’était le finaliste de la MLS Cup qui se qualifiait.)

– Le vainqueur de l’US Open Cup (D.C. United en 2013)

Chaque équipe est qualifiée pour l’édition suivante. Ainsi, les lauréats de la saison 2013 sont qualifiés pour l’édition 2014-15 de La Ligue des Champions.

Au Canada, un seul ticket pour la compétition est disponible. Il est disputé lors du Canadian Championship, joué au mois de mai, et récompense le vainqueur. Sont concernés les clubs canadiens de MLS et de NASL (FC Edmonton et Ottawa Fury, ce dernier arrivant cette année). En 2014, le premier tour concerne les deux clubs de NASL. Et les trois clubs de la MLS entreront en demies avec un duel Toronto/Vancouver et un autre Montréal contre le vainqueur du premier tour. Le vainqueur 2014 se qualifiera pour la Ligue des Champions 2014-15. La saison dernière, le sésame était revenu à l’Impact de Montréal.

Désormais, vous savez tout des grandes lignes de la formule à MLS, un article à compléter avec celui qui concernait le dictionnaire du recrutement. La semaine prochaine, je proposerai une réflexion sur la Major League Soccer: la théorie des cycles est-elle viable en MLS ? En outre, la MLS est-elle un championnat avec un esprit plutôt américain ou européen ? Eléments de réponse à suivre.

3 thoughts on “MLS – La formule et son explication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.