ven. Mai 24th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Liga MX: le fou derby de Monterrey

9 min read

Journée complètement folle avec 32 buts en 9 matches ! On aura assisté à de nombreux matches dingues, dont le derby de Monterrey entre Rayados et Tigres, le Chivas-Tijuana, ainsi que la belle victoire de Léon dans l’Enfer des Diables Rouges de Toluca. 


Le match bien pimenté: 

Monterrey-Tigres (2-2), Estadio Tecnologico, Monterrey.

En cette quatorzième journée de Liga MX, se jouait le Clasico Regiomontano, le derby de la plus grande ville du nord du pays, Monterrey, 4,5 millions d’habitants. Au pied d’une montagne bizarroïde nommée el Cerro de la Silla ( le Mont de la Chaise), se dresse le Stade Tecnologico, l’antre des Rayados de Monterrey. C’est la dernière fois que le Clasico Regiomontano se jouait dans cette arène. Fort d’investissements importants et du dynamisme de l’agglomération, le CF Monterrey jouera à partir de 2015 à une dizaine de minutes du « Tec » dans sa nouvelle enceinte de 50 000 places.

Ce match avait également une saveur particulière car les deux équipes se talonnent au classement et ne cesse d’échanger leurs places au gré des journées. Toutes deux en forme, elles seront sans aucun doute présentes en Liguilla. Dès le début du match, ce sont les Tigres qui ont imprimé un rythme fort, digne d’un derby. Les Rayados ne parvenaient pas à sortir de cette situation délicate. C’est donc logiquement qu’ils ont encaissé le premier but à la 25ème par Joffre Guerron, d’une frappe sous la barre. Dorlan Pabon, très chaud depuis le début de la saison a cru pouvoir renverser la tendance mais la transversale est venue contrarier sa belle frappe. Et juste avant la pause, les Tigres sont venu confirmer leur très belle première période en enfonçant le clou via Hércules Gomez d’une belle frappe enroulée.

Supporters de Rayados source: mediotiempo
Supporters de Rayados                             source: mediotiempo

Acculés, dominés, outragés, les Rayados sont parvenus à revenir dans le match grâce au bon travail de César Delgado, entré à la mi-temps. L’ancien gone a centré pour le récupérateur Jesus Zavala qui d’une tête plongeante à redonné l’espoir au siens (53ème). Alors que tout portait à croire que les Tigres allaient frapper un grand coup du côté du « Tec » et qu’ils allaient se détacher au classement, une action sublime a permis au locaux de s’exempté de l’humiliation. Dorlan Pabon a transmis la sphère à Chupete Suazo qui lui a remis dans la foulée. En première intention, le colombien a centré pour Luis Madrigal qui n’a eu qu’a poussé le ballon.Statut-quo donc entre ces deux équipes. Avec 24 points, Tigres et Rayados sont respectivement quatrièmes et cinquièmes. Une victoire lors de la prochaine journée et ces équipes pourraient être officiellement qualifiées.

Les buts et les images du Clasico Regiomontano


Pour le reste:

Querétaro-América (3-2), Estadio la Corregidora, Querétaro.

Dans cet autre match complètement fou, les locaux, qui jouaient avec des maillots à rayures roses en soutien de la lutte contre le cancer du sein nous ont fait passer par tous les états.  Après avoir mené de deux buts, les schizophrènes de Querétaro se sont fait rejoindre au score après avoir été réduits à dix. On les pensait au fond du trou, et que les joueurs de la capitale repartiraient avec un score positif,  mais Camilo Sanvezzo, le meilleur joueur de cette quatorzième journée est venu marqué un but plein de hargne et de contrôle dans les arrêts de jeu de la seconde mi-temps.

Camilo Sanvezzo, auteur d'un match remarquable. source: mediotiempo
Camilo Sanvezzo, auteur d’un match remarquable.      source: mediotiempo

Le brésilien était de tous les bons coups lors de ce match. C’est lui qui avait ouvert le score d’une belle frappe en lucarne (24ème) et qui avait servi sur un plateau le second but à William da Silva après avoir traversé tout le terrain sur un contre où il a mystifié la charnière centrale américaniste. Mais lorsqu’ Osorio a été expulsé au retour des vestiaires, les Gallos Blancos se sont recroquevillés en défense et ont subi la loi d’Orbe Peralta et de Luis Mendoza. On pensait alors qu’un point contenterait les personnes présentes dans l’ Estadio La Corregidora et que le leader imposerait sa domination, mais c’était sans compter sur la volonté et le talent de son meilleur brésilien, Camilo Sanvezzo. L’autre, un certain Ronaldinho, s’est fait piquer la vedette, mais son éternelle modestie s’est encore fait ressentir sur la pelouse. Souriant et content pour ses coéquipiers, il est bien plus qu’un leader technique sur le terrain.

Les buts de ce superbe match

Santos-Pumas (1-1), Estadio Corona, Torreón. 

Bonne opération pour les universitaires de México qui arrachent un bon point à l’extérieur alors qu’ils étaient réduits à dix après l’expulsion de leur gardien Pikolin auteur une nouvelle fois de nombreuses bourdes. Après s’être longtemps jaugés en première mi-temps, proposant un triste spectacle, les deux équipes se sont décidées à jouer et chercher les points en seconde période.

A la 70ème, le Capverdien Djaniny s’est retrouvé seul face au gardien de la UNAM qui l’a fauché grossièrement en pleine course. Pikolin avait déjà été l’auteur d’une belle bourde quelques minutes auparavant, un « air-dégagement » mythique. mais Juan Pablo Rodriguez n’a pas permis à Santos de prendre les devant, tirant sur la barre du nouvel entrant Saldivar. Ce n’est que quelques minutes plus tard que « Chuletita » Orozco, bien servi de la tête par Izquierdoz, a porté le score à 1-0 (77ème).

Les verts et blancs pensaient avoir fait le plus dur en ouvrant le score, et en supériorité numérique, ils pensaient maintenir leur domination. Mais à la 80ème, Daniel Ludueña qui a  joué de 2007 à 2013 pour le club de Santos s’est permis d’égaliser d’une belle frappe placée dans le petit filet opposé. Mauvaise opération donc pour Santos qui sort de la zone qualificative pour la Liguilla.

Cruz-Azul-Monarcas (3-1), Estadio Azul, México.

Dès le début de ce match, les joueurs de Cruz Azul ont imprimé leur rythme et imposé leur domination sur le dernier du championnat. Mariano Pavone, d’une frappe croisée à permis aux siens de vite se rassurer (10ème). Malgré une nette domination, le second but n’est pas arrivé, et Monarcas a repris confiance. Un véritable golazo de Carlos Guzman de l’extérieur de la surface a redonné l’espoir aux visiteurs. Surpris et vexés, c’est en deuxième mi-temps que l’équipe Celeste a repris le contrôle du match, via Chaco Gimenez sur coup-franc (65ème). Cinq minutes plus tard, Pavone a clos le score d’un but de renard pour mettre définitivement à l’abris sont équipe et lui permettre d’entrer dans la zone de Liguilla. Désormais huitième, Cruz Azul est loin d’avoir terminé le boulot et la lutte sera rude.

Pachuca-Universidad de Guadalajara (0-0), Estadio Hidalgo, Pachuca.

Malgré cette journée généreuse en but, nous avons tout de même eu droit à un match sans saveur. Deux équipes bien organisées qui ont su annihiler les actions adverses se sont rencontrées, laissant place à peu d’occasions et peu de spectacle. Pachuca reste bien placé pour la Liguilla et rate là l’occasion de grappiller des points afin d’assurer sa présence pour la Fiesta Grande.

Atlas-Puebla (2-1), Estadio Jalisco, Guadalajara.

Une des grosses surprise de ce tournoi est la présence aux avant-postes de l’Atlas, club qui depuis des années joue pour ne pas descendre. Grâce à Millar, encore, et Barragan, le club de Guadalajara a donné une nouvelle tournure à un match qui semblait bien mal embarqué. C’est Pajoy qui avait ouvert le score à la 19ème minute pour Puebla d’une frappe écrasée de l’extérieur de la surface. Mais les locaux ont su reprendre l’avantage  et se retrouve second au classement général juste derrière l’América. Autant dire que les rojinegros sont idéalement placés et peuvent préparer sereinement la Liguilla.

Arturo Gonzalez (Atlas) au milieu de deux poblanos source: mediotiempo
Arturo Gonzalez (Atlas) au milieu de deux poblanos source: mediotiempo

Veracruz-Jaguares (1-2), Estadio Universitario BUAP, Puebla (délocalisé).

L’autre surprise concerne les Jaguares de l’état indigène du Chiapas. Désormais sixième, une présence en quarts de finale de la Liguilla serait  un exploit. A la 34ème minute, dans un match étriqué, Diego de la Torre a sorti une frappe puissante pour permettre aux Jaguares de mener. Même après l’égalisation des Tiburones (les « requins »), les visiteurs ont continué d’attaquer et ont été récompensés en fin de match grâce à Adrian Marin, après un contre express de Franco Arizala.

Toluca-Léon (2-3), Estadio Nemesio Diez, Toluca.

Belle remontée au classement du champion en titre. Au plus bas il y a encore un mois, les joueurs de Léon ne sont plus qu’à un point de la huitième place. Vainqueurs sur le terrain du dauphin, Toluca, ils peuvent rêver à une qualification encore inimaginable fin septembre. Pas de panique pour Toluca, cette mauvaise performance ne remet pas en cause sa présence lors de la Fiesta Grande. Ignorant la chaleur et l’altitude – Toluca se situe dans les hauteurs des plateaux du centre du pays – les deux équipes ont offert un beau spectacle.

Tout d’abord, le buteur Esmeralda Mauro Boselli a donné l’avantage à Léon d’une belle tête. Puis Pablo Velazquez a égaliser sur pénalty permettant aux supporters des Diables Rouges d’y croire (31ème).  Au retour des vestiaires, Elias Hernandez a redonné l’avantage à Léon sur coup-franc, alors qu’un de ses coéquipiers en position de hors-jeu au moment du tir gênait le gardien. L’arbitre assistant avait bien levé son drapeau, mais le central n’a pas bronché et a accordé le but, mettant dans une rage folle les Diables de Toluca.

Joie de Boselli source: mediotiempo

Déconcentrés et énervés, les joueurs de Toluca ont laissé le CF Léon inscrire un troisième but via Miguel Sabah après un bon centre de Cardenas (64ème). Vexés, ils ont tôt de même inscrit un second but grâce à Erbin Trejo, mais ce fut insuffisant pour égaliser. Les joueurs de Léon repartent ainsi de l’Enfer avec les trois points et la certitude qu’une qualification en Liguilla est possible.

Chivas-Tijuana (3-3), Estadio Omnilife, Guadalajara. 

Le match de clôture a été le symbole de cette 14ème journée. Cette rencontre de dingue a vu les deux équipes mener à un moment du match, avant de finalement se clore par une égalité. Les deux équipes peuvent nourrir des regrets, car elles se sont toutes deux retrouvées devant au tableau d’affichage. Tijuana par deux fois (0-1 et 2-3) et Chivas à 2-1. Petit rappel des faits.

Alfredo Moreno a ouvert le score dans la surface pour les Xolos de Tijuana (23ème ). Puis, chose incroyable, le vieux Omar Bravo qui ne mettait plus un pied devant l’autre et n’avait plus marqué depuis Mathusalem a inscrit un doublé pour permettre aux Chivas de mener (34ème et 43ème). Au retour des vestiaires, la tendance s’est de nouveau inversé: coup sur coup Alfredo Moreno pour le doublé et Dario Benedetto sur corner ont redonné l’avantage aux Xolos qui pouvaient alors rêver de Liguilla (54ème et 63ème). Plus guidés par le désir de gagner que par une réelle qualité dans le jeu, le joueurs du Guadalajara ont égaliser dans le temps additionnel grâce à Jair Pereira.

Au classement, Tijuana est toujours à la lutte avec d’autres équipes comme Santos, Querétaro, Léon, Cruz Azul ou encore Pumas pour la huit!ème place qualificative. Quant aux Chivas, dans les bas-fonds du classement, l’objectif est toujours de choper des points pour ne pas descendre. L’arrivée de Chepo de la Torre l’ancien sélectionneur du Mexique n’a pour le moment pas encore porté ses fruits.

Les buts de ce match dingue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.