mar. Juin 18th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

2e journée de Ligain : Bordeaux – Monaco

6 min read

Avec une première ratée à Louis-II, Monaco devait se rassurer à Bordeaux dimanche à Chaban-Delmas, sous peine de figurer dans la zone de relégation, en bonne compagnie aux côtés de Lens et Evian Thonon Gaillard. Les supporters monégasques pouvaient déjà se rassurer avant la rencontre avec la belle stat soulignant que Monaco n’avait plus perdu en terre girondine depuis 2010.

jardim-set-to-replace-ranieri-136390249561110401-140516135004

Le discours du Coach

« Les gars, premier choix fort pour débuter contre Bordeaux : j’enlève Bakayoko. Vous savez pourquoi ? Parce que Bakayako, t’y es mou eh ! Vous l’avez ?! » Dans un silence de cathédrale suite à cette blague au ras des pâquerettes, un rire surgit. En bon fayot, Valère Germain se marre : « Très bien trouvé, coach ! Bien vu patron ! » Le Portugais poursuit : « Sous la pression populaire des nombreux spectateurs du Louis-II, je replace la Toul’ au milieu. Kurzawa ayant fait trop de passes en direction du banc de touche, j’aligne d’entrée Elderson Echiejile. YOLO. Et Valère, vu que tu ris à mes blagues, je te positionne sur le front de l’attaque aux côtés de Berbatov. Radamel, t’avais qu’à faire semblant de sourire ».

Les compositions d’équipe

Monaco - Football tactics and formations

« On continue en 4-3-3. Je vois déjà pointer des regards inquisiteurs : oui, Abdennour sera sur le terrain. J’ai réfléchi d’autres solutions, mais j’en vois pas. Je voulais aussi vous prévenir que ma blague sur le latéral droit est officiellement terminée : je repositionne Fabinho. Je dois me rendre à l’évidence, ma vanne d’aligner Dirar défenseur droit a fait un four. Tant pis. Devant, Ocampos et Germain, une seule consigne pour vous. Dès que vous avez le ballon, passez-le à Berbatov. Il saura surement quoi faire du cuir. » L’entraîneur s’adresse alors à Raggi : « Andrea, ce soir attends toi à du lourd : tu auras Diabaté au marquage. Un gros match t’attend… Non, je déconne, fais ce que tu veux ce soir, je te donne carte blanche. »

La première mi-temps

Les 45 premières minutes se déroulent agréablement bien. Soucieux de ne pas ternir sa réputation, Dimitar Berbatov nous envoie 2-3 exter’. Classic. Germain combine bien sur le front de l’attaque avec le buteur bulgare, et le feu follet Ocampos tente de faire la diff. Même Echiejile, adepte des boulevards laissés en défense, semble tenir la baraque et s’offre même quelques montées sur le couloir gauche. Jardim a l’air serein : hormis une bévue où il concède un corner, Abdennour n’a pas (encore) fait de grosse erreur. Sa défense semble même commencer à s’adapter à ses exigences, à savoir une ligne placée plus haut que la normale. Au milieu, la Toul’ fait parler de lui et enchaine les interceptions affublé de son brassard de capitaine. L’homme est tellement indispensable que Canal + offre à ses abonnés un combiné de tous ses gestes défensifs. Brazzers. Niveau possession de balle, c’est propre aussi : 56-44 en faveur des Rouge-et-Blanc. Ok, c’est pas tout, mais il faudrait pas penser à marquer ? C’est alors que Germain, qui est l’un des footballeurs les plus intelligents malgré son côté Christophe Lemaitre lorsqu’il s’exprime, dépose un caviar au second poteau à destination de Berbatov. Lequel fait parler son instinct de buteur. Pendant que, sur Terre, certains hommes s’agenouillent pour prier et implorer Dieu, lui est au-dessus de tout ça et s’agenouille pour marquer de la tête. 0-1. Dans la foulée, il se fait plaquer par Ocampos qui s’est trompé de sport le temps de 2 secondes et l’arbitre siffle la mi-temps.

oeil

La seconde mi-temps

A la pause, Sagnol enlève Diabaté et fait entrer Plasil. Le supporter monégasque croit alors passer une deuxième mi-temps pépère. Au lieu de ça, Faubert laisse Ocampos sur place, centre pour Diego Contento laissé libre par Fabinho et dépose le ballon pour Diego Rolan, qui a tout le temps d’envoyer sa jambe malgré la présence d’Abdennour. 1-1. Une égalisation où le défenseur n’est d’ailleurs pas exempt de tout reproche. Mais sur le deuxième but bordelais, le mec va mettre tout le monde d’accord et est à l’origine d’un deuxième penalty en deux journées. Il soigne ses stats. Penalty obtenu par Khazri et transformé par Sala, 2-1. Les Girondins, heureux de jouer sans Diabaté, sont alors on fire. Lamine Sané saute à 6m17 (1 cm plus haut que le record du monde du saut à la perche) et dévie le ballon pour Rolan, qui inscrit son deuxième but de la soirée en étant hors-jeu. Trop d’errements défensifs côté monégasque. Mais Jardim l’a vu, et fait alors entrer… Falcao à la place de Germain. Arrive alors le quatrième but bordelais digne d’un cirque Pinder. Echijile passe en retrait directement pour Khazri, lequel est fauché par Subasic. Cette fois, l’ancien Bastiais se charge du penalty. 4-1, le score en restera là, Jardim peut souffler.

Les joueurs

Subasic : Prendre 4 buts en une soirée, être l’auteur d’une faute entraînant un penalty… Le Croate n’a pas dû dormir. Il a dû se mater la compil’ des buts de Davor Suker pour passer le temps.

Fabinho : A passé son temps à monter et à prendre son couloir droit. Défendre ? Très peu pour lui. En même temps, s’il prend exemple sur son homologue du côté gauche, comment lui en tenir rigueur.

Raggi : L’Italien fait tous ses matches avec un couteau entre les dents. Un jour ou l’autre, un arbitre va le voir, il va alors prendre très cher. Capable de jouer à tous les postes de la défense et toujours satisfaisant, Raggi fait penser à ce genre de pote que tu peux appeler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit et te fera toujours rire.

Abdennour : Doit-on vraiment évoquer son match ? Pas serein une seule seconde à Chaban, le def central a des allures d’homme infranchissable mais est en réalité inoffensif. Est en passe de battre le record de penaltys provoqués en une saison.

Echiejile : On l’a connu plus nul la saison dernière, c’est dire. Suppléant de Kurzawa, le Nigérian a fait bonne impression durant 20 minutes. A retrouvé son rang par la suite. Jardim a du s’en apercevoir…

Kondogbia : Rien à signaler. Kondogbia n’est pas sorti du terrain pour se soulager, aucun problème. Un peu plus de sérénité pour lui par rapport à la saison passée, et un peu plus de confiance. En même temps, quand Toulalan joue à côté de toi.

Moutinho : Le fan monégasque attend encore de le voir évoluer à son vrai niveau. Non parce que, soyons francs, Obbadi rendait plus de services au milieu de terrain. Ok pour le travail de l’ombre et les ballons interceptés (qui restent rares). Hormis ça, what else ? Nothing.

Toulalan : Métronome. Un nombre incalculable de ballons récupérés, des courses girondines stoppées à la régulière, des tacles propres… Beaucoup d’amour le milieu récupérateur. Rien de plus.

Ocampos : Quand son équipe a le ballon, il est très précieux. Dès que ça commence à défendre, il ne sait plus où il est. La faute à son 0/20 en tactique et en repli défensif. La preuve en image sur l’égalisation bordelaise. A part ça, a créé des brèches et s’est bien entendu avec Berba.

Germain : Il court partout, il court partout la maman poule de chez nous. Partout, mais de manière efficace. Dans la zone de Moutinho au milieu du terrain, sur l’aile droite, autour de Berba… Germain ne s’est pas arrêté. Une passe dé au final pour lui, et une sortie au profit de Falcao.

Berbatov : Le genre de type qui peut contredire Fogiel car il peut clairement plaire à tout le monde. A base d’exter’, de jeu arrêté, de vista digne des plus grands numéros 10, le Bulgare a éclaboussé la rencontre de son talent pendant 45 minutes. Et le mieux, c’est qu’avec son jeu, il peut continuer le foot de haut niveau jusqu’à ses 40 ans. Roger Milla Power.

4 thoughts on “2e journée de Ligain : Bordeaux – Monaco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.