lun. Août 19th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Dans l’oeil de Der Zak’ : FC Nantes – Evian TG

6 min read

Ce samedi avait lieu une rencontre face à un concurrent direct pour le maintien, Evian faisant partie des clubs les plus menacés par la relégation. C’était l’occasion pour nous de rattraper la défaite à Reims (3-1) et donc de nous approcher un peu plus de cette barre des 42 points, synonyme de maintien, avant d’affronter Rennes le week-end prochain.

Le onze de départ habituel a été un peu chamboulé pour ce match, la faute à un grand nombre de suspendus et de blessés. Deaux, Veretout et Djilobodji payent leurs trois cartons jaunes en l’espace de dix matchs, Alhadur a lui été expulsé face à Reims. Veigneau et Audel sont eux forfaits pour pépins physiques. Ça fait beaucoup. Ajouter à ceux là le petit Léo (Dubois) annoncé titulaire mais victime d’une pointe pendant l’échauffement.

11n

On se retrouve donc avec une défense inédite. Djidji et Vizcarrondo en charnière centrale, Cissokho et Bessat comme latéraux. Ce dernier avait déjà du  dépanner le week-end précédent. En ce qui concerne le milieu de terrain c’est plus classique, Hansen et Gomis à la récup’, GK et Gakpé dans les couloirs et Bedoya en soutien de Bangoura. Buteur contre les Champenois, le Guinéen est donc préféré à Bammou. La jeunesse prendra place sur le banc : Dupé, Walongwa, Dubois, Rongier, Iloki, Bammou & Niane. Moyenne d’âge : 21 ans. #BarelyLegal

Der Zak

Des savoyards revanchards

 

            La rencontre démarre sur un rythme plutôt lent, les deux équipes n’ayant pas envie de se découvrir en début de match. Ce comportement est plutôt logique quand on voit nos lacunes défensives (et les leurs) ces derniers temps. Le premier corner est obtenu par Gakpé et atterrit sur Djidji visiblement surpris. Sa tête ne trouvera pas le cadre.

Le premier quart d’heure est surtout marqué par l’engagement très limite des Savoyards. Dany Nounkeu (paye ton blase) et capitaine Barbosa se rendent coupable de semelles appuyées sur Gakpé et Cissokho. L’arbitre décide de simplement rappeler à l’ordre les deux fautifs.

On tente alors de profiter des ces coups de pied arrêtés. Comme à la 17′ lorsque Bessat enroule au premier poteau et trouve Bedoya. L’Américain, jamais maladroit avec son jeu de tête, décroise vers le petit filet opposé. Il faut une belle horizontale de Leroy pour empêcher l’ouverture du score.

L’équipe commence alors à prendre confiance petit à petit et le quatuor offensif parvient à créer des brèches dans la défense d’Evian qui sont difficilement colmatées. Sur un nouveau coup franc, Hansen hérite du ballon seul au second poteau mais le Danois manque son contrôle…*FacePalm* Les joueurs d’Evian, en retard sur tout les ballons, sont contraint de commettre de plus en plus de fautes (au total 10 en 1ère MT) pour arrêter nos percées. Mensah (semelle sur Hansen) et Koné (tacle sur Gakpé) prennent cette fois-ci un avertissement.

Malgré ce temps fort il s’en est fallu de peu pour que l’on concède le premier but. Barbosa intercepte une mauvaise passe de Bessat aux 25 mètres et pique son ballon (40′). Ça passe très près du poteau de Riou battu.

 

 

L’art de marquer au(x) bon(s) moment(s)

 

Heureusement pour nous cette tentative n’est qu’une maigre réaction et leur défense ne tarde pas à passer en mode fondue. Une minute avant la mi-temps, Bangoura chipe le ballon à Nounkeu. Il s’arrache pour glisser le ballon à Gakpé qui, positionné à droite de la surface, centre en première intention pour N’Koudou. GK ne tremble pas et reprend du plat du pied gauche, 1-0. Les défenseurs savoyards déjà sous pression finissent donc par craquer et on rentre au vestiaire avec cet avantage d’un but. L’ouverture du score est logique, même si on a pas roulé sur notre adversaire, tant ils semblaient dépassés collectivement à chaque perte de balle, et surtout dans l’incapacité à produire du jeu.

On dit souvent que marquer avant à la pause est le meilleur moment possible car l’équipe adverse n’a pas le temps de réagir et est plus atteinte moralement. Mais je pense que le meilleur scénario possible (si tenté qu’il y en ait  vraiment un) est de scorer aux retour des vestiaires. Le coach qui a tout fait pour remobiliser ses troupes et qui a pu donner de nouvelles consignes, voit tout son discourt anéanti en l’espace de deux minutes. Et c’est ce qu’il arrive quand Gakpé, parti à la limite du hors jeu dans le dos de la défense sur une passe aérienne d’Hansen, double la mise d’une demie volée du droit. 2-0, le break est fait (47′).

Une fin de partie mal gérée

 

            Evian tente tant bien que mal de revenir au score au risque de concéder un troisième but sur un contre mais le duo Djidji-Vizcarrondo répond présent avec sérénité. À l’heure de jeu, N’Koudou et Gakpé continuent de faire des misères aux pauvres latéraux evianais. Malgré l’entrée en jeu de Wass, l’ETG a bien du mal à construire. On est même très proche du 3-0 mais N’Koudou (65′) et Bangoura (67′ & 70′) manquent de réalisme.

Ce manque d’efficacité va se payer cash puisqu’au moment où on s’y attendait le moins N’Sikulu, fraîchement entré en jeu, profite d’une mésentente entre Cissokho et Vizcarrondo pour glisser le ballon sous Riou (75′). 2-1, Evian se relance et on se met en difficulté tout seuls pour le dernier quart d’heure.

Les Savoyards joueront leur chance à fond avec notamment quelques occasions pour Duhamel (81′, 83′ & 85′). La fin de match est crispante et c’est un peu la panique à certains moment jusqu’au coup de sifflet final de Mr Varela. Bammou rentré à la place de Bangoura se procure tout de même une grosse occasion dans le temps additionnel mais sa frappe passe juste au dessus de la transversale. Score final 2 à 1 et donc une victoire logique pour nous, la dixième en championnat. La fébrilité de l’ETG nous a une nouvelle fois souri et leur réaction a été insuffisante et sans doute trop tardive. On rebascule en première partie de tableau à la neuvième place avec 39 points. Maintenant place au derby.

 

 

Les notes

 

Riou : 6 – Il est un peu délaissé sur le but et il a été plutôt rassurant en fin de match quand Evian s’est montré dangeureux.

Cissokho : 5 – Une très bonne première mi-temps avec une grosse activité dans son couloir. Nettement moins bon en seconde où il est d’ailleurs fautif sur le but.

Vizcarrondo & Djidji : 6 – Beaucoup mieux que face à Montpellier (4-0), ils ont été complémentaires et auteurs des bonnes interventions aériennes, terrestres et même parfois souterraines.

Bessat : 6 – Il pourrait évoluer en DG plus longtemps que prévu.

Gomis : 5 – Volontaire et plutôt dans le coup en première, il fait encore beaucoup trop de fautes inutiles qui nous mettent en danger.

Hansen : 6 – Une belle passe dé et puis il s’est contenté de faire le minimum syndical : récup’ et relance.

Gakpé : 7 – Enfin un match avec du rythme. 1 but et une passe dé, il peut encore nous apporter avant son départ.

N’Koudou : 6 – Comme Gakpé il a fait mal, comme Bangoura il a un peu vendangé. Son 2ème but en L1.

Bedoya : 5 – Un peu timide dans un match où il avait la place de faire mieux. Toutefois il a été utile pour son jeu de tête et sa qualité de passe.

Bangoura : 5 – Pessimisme : encore pas mal de mauvais choix et de maladresses. Optimisme : à l’origine du 1er but où il s’arrache bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.