dim. Déc 15th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Dans l’oeil de Fournier – OL / PSG

3 min read

Une semaine après le match nul à Monaco, ce soir, on reçoit le PSG. La pression ? Pas tellement, on est à Gerland. Avant ce match, le classement ne change pas, l’OM stagne pendant que Monaco et Saint-Etienne retrouvent leur vrai niveau. Les Parisiens peuvent prendre la première place en cas de victoire, mais c’est sans compter sur Laurent Blanc.

REIMS_FOURNIER_240813
La compo d’équipe

Olympique Lyonnais - Football tactics and formations

Clinton N’jie face à Zlatan. Le duel que la planète football attendait. Renié par son coach en sélection, adoré par sa nation. Ici à Lyon, c’est un peu le contraire, Clinton est mon idole. Derrière, Bisevac est blessé, Rose prend sa place et Bedimo effectue son retour à gauche. Ma composition est toujours celle du premier de la Ligue 1, je vous épargne mon rire démoniaque.

La première mi-temps

Paris prend d’entrée la maitrise du jeu. Lindsay Rose s’amuse un peu et se jette par terre, Zlatan en profite pour marquer. Mais non, hors-jeu, Lindsay déconnait. Réponse immédiate de pataTolisso qui envoie une frappe sur le poteau de Sirigu. 12ème minute, Gonalons décide d’envoyer Anthony Lopes à l’échauffement et donne un ballon à Zlatan qui offre un but à Cavani. Lopes effectue donc son premier arrêt décisif. Très bas au début de la rencontre, on commence à récupérer un peu plus haut. Se faire des passes derrière c’est bien, mais c’est pas comme cela qu’on convertit des occasions. La femme de Laurent Blanc approuve. 31ème minute. J’ai jamais été aussi fier d’être un connard. Zlatan perd le ballon, on est alors à 4 contre 7 parisiens. Un peu trop facile ? Certainement. Gourcuff et Jallet s’amusent, Ferri centre pour N’jie qui remet de la tête pour Fekir. Entouré de 3 parisiens, l’habile Nabil la remet à Clinton N’jie. Le peuple lyonnais retient son souffle. Il est seul face à Sirigu. La fin de l’histoire, une humiliation. 1 à 0. CLINTON N’JIE. J’en resta inconscient jusqu’à la mi-temps.

La seconde mi-temps

Comme en début de première période, les Parisiens reprennent fort. Gourcuff rate ses contrôles, mon grand Clinton parait même plus adroit que Yoann. Les assauts parisiens vont alors commencer. Lopes va commencer à écœurer tout le monde. Éblouissant, impérial, tout ce que vous voulez. Il n’y a pas de terme assez fort pour qualifier sa performance. En 10 minutes il va arrêter 4 tirs que tout le monde voyait au fond. Que ce soit Cavani ou Ibra, rien ne passe. Anthony Lopes est en lévitation sur sa ligne. 66ème minute, les Parisiens poussent sans cesse depuis 20 minutes, Verratti a le ballon dans la surface, et se fait faucher par Rose très bon jusque là. Pénalty discutable, mais passons. Zlatan s’élance, Anthony Lopes l’arrête. Sa statue est prête. Mais tout cela n’était qu’un rêve de courte durée. Turpin siffle, le pénalty est à retirer. Ah oui, on doit rien dire, c’est pas nous qui payons les arbitres ? Difficile de s’en rendre compte. Zlatan le transforme, Turpin est content. Après cet événement, le PSG va arrêter de jouer. Une vulgaire copie de Monaco. On va alors pousser stérilement pendant 20 minutes devant une défense parisienne regroupée. Les dernières minutes seront à l’avantage du PSG. Avec Umtiti en patron, la défense va écarter tous les dangers jusqu’au coup de sifflet final du Cheikh Turpin. Fin du match, un partout comme à l’aller.

Bilan du match

On prend un point en ne jouant pas très bien et face à une belle équipe du PSG. Leader après avoir joué Monaco et Paris en une semaine sans notre meilleur buteur, c’est appréciable. Bisou sur le front de la concurrence.

2 thoughts on “Dans l’oeil de Fournier – OL / PSG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.