sam. Oct 24th, 2020

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Dans l’oeil de Van Gaal : Burnley – Manchester United

5 min read

Bon ba ca sera pas pour cette fois. Malgré l’arrivée de Di Maria, on a toujours pas gagné un match en championnat. Cette fois-ci notre bourreau se nomme Burnley, un promu qui casse pas trois pattes à un canard. La saison s’annonce longue.

.1224909-25761691-640-360

Le discours du coach

« Vue la gueule de notre infirmerie et les frasques de Marcos Rojo qui galère à obtenir son permis de travail, je désespère. Aujourd’hui, on va tenter le diable, uniquement des attaquants et vous vous démerdez défensivement ». A ce moment là, Di Maria me regarde, croyant tout d’abord à une blague. Puis il jette un œil au tableau, découvre la composition d’équipe et commence à se demander dans quelle maison de fou il est arrivé. «  Coach, Fletcher devant une défense à trois avec Evans et Blackett titulaires ? La légende disait donc vraie, vous êtes complètement barré »

.

Les compositions d’équipes

« On continue sur le 3-5-2. Même si ça marche pas, rien à foutre je persiste. En face c’est Burnley, au moins on marquera avec une ligne offensive aussi forte. Derrière…faites ce que vous pouvez ». De Gea me regarde, l’air triste. Pour la première fois de ma carrière, je détourne le regard, incapable de trouver les mots pour le rassurer.

BurnleyHeaton; Trippier, Duff, Shackell (c), Mee; Arfield, Jones, Marney, Taylor; Ings, Jutkiewicz 

Manchester UnitedDe Gea, Jones, Evans, Blackett, Valencia, Young, Fletcher, Di Maria, Mata, Rooney (c), Van Persie

.

La première mi-temps

J’ai à peine le temps de m’installer sur mon banc que Phil Jones nous fait une Phil Jones. Une faute pas méchante mais totalement stupide qui offre un beau coup-franc à Burnley. Et boom, le coup franc est parfaitement tiré et touche la barre. Quelques minutes plus tard, Evans se rappelle de sa superbe passe décisive à l’adversaire face à Milton Keynes et décide de remettre ça : De Gea sort bien et empêche les locaux d’ouvrir le score. Je fulmine, me retourne vers mon assistant et lui demande de partir de suite : « Prend le premier avion pour Amsterdam et ramène moi Blind. Rien à foutre qu’il soit meilleur à gauche ou en milieu déf. Ca pourra pas être pire que cette chèvre ».

Le match se calme un peu, et je me surprends même à apprécier la combativité des joueurs de Burnley. Rien à se mettre sous la dent dans le premier acte hormis un sublime caviar de Di Maria pour Van Persie au quart d’heure de jeu. Mon chouchou batave contrôle bien mais bute sur Heaton. Dernier moment de désespoir : notre nouveau capitaine au salaire astronomique qui se prend un petit pont par un bucheron. Ca en deviendrait presque comique

Je tente un discours à la mi-temps : « Les gars, on subit contre Burnley. Vous avez laissé votre orgueil à Old Trafford ? ». Smalling, blessé et qui a rejoint le vestiaire durant la mi-temps m’offre cette réponse. Fidèle à lui même : « Mais coach, on a perdu contre Swansea lors de notre seul match à domicile. Si notre orgueil se cache quelque part, c’est pas là bas en tout cas ». J’hésite à lui foutre une paire de gifles. Puis je me rends compte qu’il a raison.

.oeil

La seconde mi-temps

Pour être totalement honnête avec vous je me suis endormi jusqu’à la 70e minute. Un grand mouvement de foule sur notre banc m’a fait sursauté. Di Maria était au sol et se touchait les adducteurs. Je me suis mis trois baffes, croyant rêver mais c’était réel. Pris de panique, je choisi le premier remplaçant que je croise pour le remplacer. Pas de chance : c’était Anderson.

Derrière, on finit fort. Ashley Young prend sa chance à l’entrée de la surface à cinq minutes du coup de sifflet final, et voit son tir bloqué par le défenseur de Bunrley. Quand je dis « bloqué » c’est au sens propre :  il prend le ballon dans ses bras mais l’arbitre juge bon de ne pas siffler car ils étaient collés au corps. « FUCK THAT ! Les arbitres sont encore plus mauvais qu’aux Pays-Bas. Pourtant ils sont choisis au pif dans les coffee shop quatre heures avant le match en échange d’un bang et d’une pipe ». Après cette erreur d’arbitrage on pousse mais c’est trop tard. Triste 0-0.

Point positif : on ne prend pas de buts avec une défense à trois Blackett-Evans-Jones. On frôle l’exploit.

Point négatif : on ne marque pas face à Burnley avec Rooney, Van Persie, Mata et Di Maria titulaires. On frôle l’exploit.

.

Les joueurs

De Gea : Il a fait son match. Présent sur les rares opportunités de Burnley

Evans : Promis, il ne démarrera plus jamais un match après la trêve international. Quoi c’était le « futur de Manchester United » selon Ferguson ? Rien à foutre

Jones : L’homme à tout faire. Terriblement maladroit mais plutôt efficace. Pas grand chose à lui reprocher sur ce match

Blackett : Il essaye mais ça suffit pas. Il se contentera des Coupes (pardon de la coupe) et de bouts de matchs dans l’avenir.

Fletcher : J’ai vraiment crû qu’il allait pouvoir jouer un rôle cette saison après les matchs de pré-saison. Mais physiquement c’est beaucoup trop faible. Et bien moins juste que Carrick dans le jeu

Mata : Match terriblement décevant. Beaucoup de déchets. Un jour sans

Di Maria : Pour une première en Premier League, c’est encourageant. Il aurait pu donner sa première passe décisive et a tout donné sur le terrain. Un niveau au dessus de ses coéquipiers sur ce match

Valencia : A fait environ 30 kilomètres dans ce match sur son couloir. Encore trop de déchets sur ses centres, c’est chiant quand tu l’autre côté t’as…personne

Young : C’est lui « personne ». J’ai pas les mots pour décrire sa performance. Je m’abstiendrai donc

Rooney : Match pourri. A beaucoup de mal dans son association avec Van Persie en pointe. On le sentait plus à l’aise l’an dernier un cran plus bas. A méditer

Van Persie : Pas grand chose à se mettre sous la dent. Très discret, j’ai même pas remarqué qu’il était sorti alors que c’est moi qui demande le changement

Rien à dire sur les remplaçants : Welbeck a couru tout droit, et Anderson a tapé son Big Mac dans le rond central.

.

Prochain match après la trêve hivernal avec le retour des blessés et les premières des nouveaux. Entre temps restez optimistes. En tout cas essayez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.